Vous souvenez-vous de vos débuts dans le monde du RPG ? Quand tout cela a commencé ? Nous, oui, et nous le regrettons amèrement. Replongeons-nous dans le passé !
 
Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Privilégiez les hommes, s'il vous plaît,
nous sommes en pénurie !

Partagez | 
 

 /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Mar 19 Sep - 18:18

Active la musique sale batard:
 

— Aah, putain de bordel de merde...

J'arrive même pas à ouvrir les yeux. Putain qu'est-ce que j'me suis mis hier encore... J'sais même pas où j'suis. Comme d'hab. La main sur les yeux, je grogne comme un vieux chien, en serrant les dents. J'ai une putain de migraine qui me martèle le crâne. J'ai l'estomac en vrac, j'ai l'impression d'sentir les relents de la tise d'hier. WOH. Hier. Attends, comme beaucoup de samedi matin, va falloir que j'remette en place ce qui s'est passé... J'me redresse à moitié, puis j'm'écroule sur le lit. Nan, pas la force. Pas encore. Pas encore...

Putain autant sur l'moment je kiffe ma race, mais l'lendemain j'regrette. J'suis encore défoncé j'suis sûr que j'pisse de la vodka pure.

J'vais ouvrir les yeux, déjà, ça s'rait pas mal... Putain j'ai mal au tétons tellement ils pointent, ça caille sa race ici. Je passe mes mains sur mon ventre, sur mes pecs... Ah ouais, j'suis à poil. Ah, pas tout à fait, j'ai mon boxer. Je grimace en ouvrant les yeux, pour regarder autour de moi en grimaçant. Fucking lumière du soleil, j'arrive même pas à faire le point.

D'un coup, mon téléphone sonne. Mais putain quelle heure il est ? Je roule sur le ventre, et j'choppe mon téléphone à l'aveuglette, lui, il s'est pas perdu. Bien sûr, ça s'rait trop simple, j'le fais tomber. Putain. Je souffle, ça arrête de sonner, puis ça reprends. Ta gueule putain... J'me penche au bord du lit, sur le ventre, et j'attrape cette merde. Je décroche machinalement et j'porte le téléphone à mon oreille en me massant la tempe de l'autre main en même temps.

— WOOOH LEWIS !
— Oh putain ta gueule, j'viens d'me réveiller, qu'est-ce que tu veux ?
— Il est quatorze heure mec. Tu t'fais vieux, tu tiens plus l'coup.
— Ferme ta gueule... Quand tes pieds arriverons à toucher les pédales d'une bagnole on en reparlera.
— Ouais bon, c'tait juste pour dire que si jamais vous êtes chaud, toi et Momo, c'soir on bouge à la villa d'Mike, tu connais les bails, et t'inquiète, y aura autant de mecs que de nanas.
— Ouais c'est bon, on verra, ciao.

Et pof, je raccroche, et j'laisse tomber mon tel, et ma tête contre le matelas en même temps. Il a raison ce connard d'Aaron, ouais, j'vieillis, enfin, faut dire qu'on s'est mis une sacrée race hier. Morgan.. Il est où d'ailleurs ce bâtard ?

Maintenant que j'suis un peu mieux réveillé, on va dire ça comme ça, j'me redresse sur le lit. Putain la chambre est en bordel... Mais qu'est ce que j'ai branlé en rentrant putain ? J'm'assois au bord du lit, et j'me frotte les tempes. J'attrape ma bouteille d'eau, j'ai la bouche sèche comme un désert arable putain. Puis j'me lève... J'vais aller me rafraîchir la gueule, et après je chercherai ce gros con qui doit être dans un état aussi pathétique que moi.

J'marche jusqu'à ma salle de bain, en grimaçant. Ah, ben j'l'ai trouvé.

— T'es sérieux gros ?

J'le matte, ce naze, dans la baignoire, les quatre fers écartés sur les rebords du bassin, en train de pioncer, 'fin j'crois. Comment il a terminé ici lui ? Il a gardé sa chemise au moins, mais il a plus d'pantalon. J'pense pas qu'on ai ramené quelqu'un hier, sinon ça se saurait... J'crois.

Ah ben il est beau l'Morgan, si parfait toute la journée. 'fin moi aussi en même temps... Sauf que moi j'suis levé à temps pour pas qui y aie de preuve. J'récupère mon tel, et j'le prends en photo, ça fera un souvenir. J'pose mon tel sur le meuble, et je m'avance, pour ouvrir l'entrée d'eau de la douche, histoire de le réveiller un bon coup...
avatarLewis Steiner
Administrateur Sans Coeur ♥
Administrateur Sans Coeur ♥
j'ai : 30 ans et je suis né(e) le : 07/06/1987 à : Berlin. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 255 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Avocat de l'accusation réputé, s'il vous plaît. Une sorte de proc' quoi. Me faites pas chier ou j'vous fous au trou. Côté cœur, je suis : Célibataire, t'es malade toi.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Mer 20 Sep - 13:12

Brutalité. Fraîcheur. Sursaut. Panique. Infarct'.

"C'EST PAS MOI PUTAIN !"

J'gesticule comme un gros ver de farine avant de m'enfoncer... M'enfoncer... Respirer. Peut pas respirer.... PUTAIN J'SUIS DANS L'EAU SA MÈRE ! Instinct de survie. Nager jusqu'au bord... Ouvrir mes putains d'yeux collés par les vapeurs de vodka et de chicha...

Etre dans ma baignoire.
Inspirer un grand coup.
Lever la tête.

Voir Lewis avec le pommeau de douche.

"... 'spèce d'enculé."

J'arrive à peine à lever le bras pour m'essuyer les yeux... Bordel j'ai vraiment trop forcé hier soir. J'arrive pas à recadrer mes idées. En fait j'crois bien que j'ai pas d'idées là. J'sais même pas comment j'suis arrivé là.

"Gros, j'me rappelle de rien."

Je gigote mes pieds dans l'eau froide et petit à petit, le coton dans mes yeux s'évapore. J'ai encore ma chemise, mais pas mon futal... C'chelou. La lumière ça me défonce les yeux et m'file des espèces de picotement sur le côté du crâne :

"Azy éteins ça..."


J'm'extirpe de l'eau comme je peux, et glisse sur le carrelage comme un énorme gastéropode humide, levant un bras pour écraser l'interrupteur. Trempé, je rampe pour aller m’asseoir contre le mur, les jambes flageolantes et les frissons sur la couenne :

"Il caille sa race dans c'te baraque putain..."

J'prends l'tapis de bain pour l'enrouler autour de mes épaules et tenter de faire le point deux minutes. Juste recalibrer la machine. Mais j'y arrive pas. Et j'ai mal au crâne putain...

"Lewis j'suis trop mal."

C'est tout c'que j'trouve à dire. J'fais une pause. Je referme les yeux. Puis j'demande, le bout de mes indexs roulant sur mes tempes douloureuses :

"Gros, j'ai pris des trucs que j'prends jamais d'habitude, hier soir ? J'sais pas... Des nouveaux cachetons ou quoi ?"

Parce que franchement... J'suis dans le mal comme jaja, là.
avatarMorgan Valentini
Administrateur Mégalo
Propriété de Lewis

Administrateur Mégalo Propriété de Lewis
j'ai : 29 ans et je suis né(e) le : 05/08/1988 à : Florence, la belle. Italia. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 96 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Gynéco obstétricien depuis 1 an. Côté cœur, je suis : Célibataire et vendeur de rêves...
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Ven 22 Sep - 12:11

J’explose de rire que je le vois se réveiller et remuer comme une grosse larve qui panique. P’tain si j’avais pas reposé mon portable, j’aurais pu filmer la scène. Il manque de ce noyer ce con aussi. Il a l’air encore plus déchiré que moi c’matin, j’sais pas c’qu’il a branlé, mais moi non plus j’avoue. Les lendemains de soirée sont toujours un peu compliqués en général, mais là j’avoue que le combo migraine, oubli, nausées et amnésie, il est pas habituel. ‘fin on aura bien le fin mot de l’histoire la prochaine fois… J’pense. Au pire on s’en tape.

J’arrête de me marrer, mais j’le regarde avec un beau sourire, entre moqueur et qui s’retient de rire. Quel gros naze. Il a d’la chance que j’l’aime ce con.

— J’t’aime aussi gros.

J’le laisse se démerder dans son bordel de baignoire, et j’regarde ma tête dans le miroir, j’lui fait dos. Putain la gueule… J’ai des cernes que j’ai jamais eu. J’ai encore un peu les yeux explosés… Et ma coupe, putain. J’pécho nada comme ça.

Je frotte mes paupières et mes poches au dessous des yeux, puis j’me rafraîchit le visage, pendant que Morgan me parle. J’crois qu’on est dans le même état, même si il à l’air pire.

— Ouais, moi non plus… J’sais pas c’qu’on à branlé. Autant au sens propre que figuré d’ailleurs, et ça m’rassure pas.

C’est vrai, j’me souvenais de rien… J’sais juste qu’on à été en soirée. Mais y avait qui ? Et c’était où ? Et qu’est ce qu’on à foutu encore ? Putain. On est vraiment des gros branleurs des fois. Encore un connard qui nous à refilé de la merde, et foncedé comme on était, on à ouvert la bouche comme des salopes. Bordel.

J’me retourne, et j’vois Morgan qui s’assoit par terre, enroulé dans le tapis d’bain. Il est mal. J’l’ai jamais vu comme ça. J’m’appuie cul contre l’évier, et j’le regarde.

— J’sais pas gros. On était trop perchés. On a dû accepter la première merde trafiquée dans le fond d’une baignoire au Mexique quand on nous l’a proposée…

L’truc, c’est qu’en général, on traîne dans des soirées où y a pas ce genre de dealer de mes deux, qui refourgue de la merde coupée à la farine. Donc j’sais pas, c’est bizarre… Un truc à élucider.

— Allez viens là.

J’me penche, et j’attrape le bras de Morgan pour le tirer autour de mon cou, et l’aider à marcher jusqu’à la chambre. J’le fous dans le pieu et je lui lance un plaid plus chaud sur le corps. J’enfile un t-shirt et j’garde mon boxer, et j’m’assois à côté de lui.

— T’inquiète tu vas décuver. Par contre j’sais plus chez qui on était, mais on devrait l’prévenir…

Puis je réalise.

— Putain, Aaron ! Il m’a appelé c’matin pour m’dire qu’ils remettaient ça ce soir. J’suis sûr c’était chez lui. J’vais l’niquer putain.

J’attrape ma bouteille d’eau et j’la refile à Momo. J’aime pas l’voir comme ça, il est vraiment mal. M’enfin, on a vu pire, on va dire. Il s’en r’mettra.

— J’vais nous faire un café gros. Gerbe pas sur mon lit.

J’sors de la chambre, j’le laisse décuver et réfléchir un peu. J’sors de la chambre et… Putain. Qu’est-ce que c’est que cette merde ? On dirait que la fête s’est passée ici. Y a du bordel partout, des fringues dans l’escalier, des tableaux penchés, des traces de pas, de l’eau par terre… J’entends pas d’bruit, y a personne. C’est nous qui avons fait ça en rentrant ou quoi ? J’regarde par la fenêtre… Ouais, vu comment nos bagnoles sont garées, ça s’rait pas étonnant. J’soupire… J’vais vraiment parler à cet enculé.

J’vais vite fait nous faire des cafés dans la cuisine. Y a genre deux sandwich mal faits à peine entamés. On devait avoir la dalle. J’me dépêche, j’met une touche de lait d’amande dans l’mien, et j’file dans la chambre.

— Tiens.

Je tends son café à Momo, et j’me refous à côté de lui. La journée va être longue…
avatarLewis Steiner
Administrateur Sans Coeur ♥
Administrateur Sans Coeur ♥
j'ai : 30 ans et je suis né(e) le : 07/06/1987 à : Berlin. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 255 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Avocat de l'accusation réputé, s'il vous plaît. Une sorte de proc' quoi. Me faites pas chier ou j'vous fous au trou. Côté cœur, je suis : Célibataire, t'es malade toi.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Lun 25 Sep - 10:16

J'ai le caisson qui va exploser. Putain ça faisait tellement longtemps que j'avais pas été aussi mal... J'suis vraiment au fond du seau là. Non, attends, j'suis même en dessous du seau, tu vois l'délire ? Même Lewis se rappelle de rien. On a encore merdé comme des putains de blaireaux. C'est à peine si j'arrive ç bouger en fait... J'fais corps avec le carreaux de la salle de bains, enroulé dans mon tapis bleu et humide.

Bordel, j'ai froid sa mère !

Lewis m'aide. Lewis me soulève et j'me laisse porter comme une poupée d'chiffon, une chiffe molle, un tas de rien, jusqu'à ce qu'il me pose sur son lit. J'suis tellement au fond du seau que j'ai même pas fais un pas pour l'aider. J'ai juste laissé traîner mes orteils sur le sol.

"Merci, gros."

Il me file un plaid et j'me couvre direct avec, déboutonnant ma chemise trempée dans des gestes imprécis et tremblants tandis qu'il disparait, me sommant de ne pas dégueuler sur son lit, après m'avoir causé d'Aaron, mais j'pas écouté. Là honnêtement, j'sais pas. J'suis dans un état second, proche de l'Ohio. À la frontière du Mordor. Je vire ma chemise et la jète par terre, m'empressant de m'enrouler dans le plaid polaire, enfonçant ma tête dans un des coussins du pieu de Lewis. J'suis maaaaal là. J'aime pas ne pas être en pleine possession d'mes moyens. J'me sens faiblard. Et l'autre con revient avec du café. Rien que l'odeur me fais grimacer et je le lui fais savoir :

"Ho putain sors moi ça d'la gros. J'le boirais... Plus tard."

J'ai les yeux qui collent. J'ai l'estomac dans la gorge.

"Mec..."

Oups. Momo l'asticot bondit du lit, rampe, quatre patte et direction directe la salle de bain où je gerbe comme un malpropre dans les chiottes. Je repeins littéralement la cuvette... Mais j'suis plutôt fier d'y être arrivé... J'aurais pu faire ça dans son lit. Et il me faut au moins dix minutes avant d'arrêter et d'me retrouver en PLS sur le carrelage froid, le regard rivé vers le plafond, à frissonner comme un dingue. J'me sens presque mieux. J'attends encore un peu avant d'revenir dans la piaule et de me vautrer dans son lit, ramenant la couette sur moi en soupirant :

"J'ai l'impression d'revenir à ma première cuite, gros. C'est limite vexant là."

Faut vraiment qu'on retrouve c'qu'on a foutu de notre soirée.

"Y'a de l'aspirine ?"

À ma première cuite, j'avais pa pris d'aspirine. L'âge me joue des tours...


avatarMorgan Valentini
Administrateur Mégalo
Propriété de Lewis

Administrateur Mégalo Propriété de Lewis
j'ai : 29 ans et je suis né(e) le : 05/08/1988 à : Florence, la belle. Italia. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 96 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Gynéco obstétricien depuis 1 an. Côté cœur, je suis : Célibataire et vendeur de rêves...
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Mar 26 Sep - 11:33

Le café écoeure Morgan. Bah ouais, mais bon, c’est un peu comme un remède de grand-mère, ça aide à faire passer la cuite. Il est quand même plus défoncé que moi. Mais moi par contre, ça m’fait chier, j’me souviens de rien. J’ai la nausée et tout l’bordel, mais aucune mémoire concernant comment on est arrivé à ce stade de loques. Surtout Momo, putain, mais qu’est-ce qu’on à branlé sérieux ?

Je pose la tasse sur une commode, plus loin de la pièce, avec le mien. J’le boirais plus tard aussi, t’façon c’est trop chaud. A peine le temps que je revienne, il me regarde avec ses yeux de « mec, j’vais rendre » putain. Bon, bah il fonce, et il se vide, au moins il est arrivé jusqu’aux chiottes.

D’habitude j’me marre, mais là j’avoue qu’il est dans un état inquiétant, pour une simple cuite. J’ai l’air sérieux, profitant de son absence pour siroter vite fait deux ou trois gorgées de café. Il finit par revenir, en se refoutant sous la couette.

— Ouais, t’es dans un état pire que l’mien là… Mais j’te jure j’me souviens de rien.

Quand il demande de l’aspirine, j’ouvre à nouveau le tiroir de ma table de nuit, pour en sortir une boite de cachetons. Je lui lance la plaquette, et je lui refile la bouteille d’eau.

— Prends-en deux.

Je me frotte les tempes, j’essaye de me souvenir. La seule chose dont j’me souviens, c’est chez qui ça c’est passé, parce qu’il m’a appelé ce matin. Sinon j’en saurais pas plus. J’suis pas chaud, mais faudrait qu’on se pointe à la soirée d’Aaron chez Mike, ce soir, pour en savoir un peu plus. Y aura sûrement les mêmes personnes. On trouvera bien qui nous à filé de la merde pour qu’on soit dans un état pareil. On dirait que Morgan va claquer.

— Faut qu’on s’démerde pour savoir. Hier on était avec Aaron, gros. Il refait une soirée ce soir, faut qu’on y aille.

Pas que ça m’enchante, on va être morts, mais bon. Ca commence vers vingt trois heures minuit ce genre de soirée, on à le temps de décuver un peu. Et on va éviter de s’en remettre une sur place, sinon on va finir aux urgences.

Putain j’suis claqué, j’ai envie de m’écrouler. Tiens d’ailleurs c’est c’que j’fais, j’me plante dans le lit à côté de Morgan, sous la couette, la tête bien calée dans l’oreiller, yeux fermés, vers le plafond. Je soupire, putain j’ai le bide en vrac.

— J’ai pas envie d’y aller. Mais c’est l’moyen de savoir. C’est la merde si y a des saloperies qui trainent dans nos soirées. On paye pas la blinde pour se faire enfiler de la daube dans le pif, hein.

C’est la merde… La grosse merde c’t’histoire. C’est autant la merde pour notre santé que pour notre réputation. C’est un gynéco reconnu, et moi un procureur renommé, si on s’fait chopper, les tabloids vont être contents, et nous on va couler… Donc bon. Pas d’hustoire de drogue de merde, faut faire ça discrétos.

— Va falloir qu’on s’bouge un peu gros, genre une douche… Ca pue ici putain.
avatarLewis Steiner
Administrateur Sans Coeur ♥
Administrateur Sans Coeur ♥
j'ai : 30 ans et je suis né(e) le : 07/06/1987 à : Berlin. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 255 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Avocat de l'accusation réputé, s'il vous plaît. Une sorte de proc' quoi. Me faites pas chier ou j'vous fous au trou. Côté cœur, je suis : Célibataire, t'es malade toi.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Lun 2 Oct - 12:23

L'aspirine me vient. La bouteille d'eau aussi. Je m'enfile deux cachetons et un peu de flotte, grimaçant en reposant la bouteille au sol. C'est qu'c'est dur d'avaler quoi que ce soit là sérieux. Je continue de frissonner sous la couette épaisse et j'constates que l'autre con non plus se rappelle de rien :

"C'est chaud, gros. J'arrive même pas à me rappeler de où c'était, ni comment on est rentrés. J'ai un putain de blackhole dans ma tête."

Mes yeux fixent le mur d'en face et quand j'reste fixé comme ça, j'vois plein de petits trucs chelous, comme des petits points lumineux qui traversent mon champ de vision. Wow, la cuite est sévère. Même trop pour le coup, c'est une histoire à finir à l'hosto c'truc là... Lewis me dit qu'on a passé la soirée chez Aaron. Rah le fils de pute... Et en plus il nous réinvite à une autre soirée. Je tourne alors la tête vers mon boloss de pote avec une mine dépité :

"Nan mais là, j'peux pas. J'suis mort Lélé. Puis tu m'connais, j'vais pas m'limiter encore et ça va repartir en couilles..."

J'ai limite le regard implorant. Mais en même temps si on y va pas, on va jamais savoir c'qu'on a prit et qui est responsable de mon état gastéropodesque.

"... Putain il fait chier le Aaron. C'pas la première fois qu'il y a des trucs qui s'passent dans ses soirées, mais d'habitude rien à voir avec c'qu'on peut consommer."

C'est la merde parce qu'on aligne le fric justement pour éviter ce genre de conneries. Mais là j'suis pas dans l'optique d'aller me fritter avec un connard qui organise ses soirées comme un gland... J'pas envie de bouger d'là.

J'pourrais fusionner avec ce lit.

"Gros si on y va, faut qu'tu m'tiennes."

J'parle de la soirée. Mais c'pas une bonne idée parce qu'il sera tout aussi incapable que moi de rester soft, ce con. Quand à la douche, j'en soupire d'avance, mais c'vrai qu'on schlingue de ouf :

"Putain j'pas la foi. Ni le foie. J'suis mort..."

Mais faut bien reconnaître qu'une vraie douche chaude, ça devrais m'faire du bien. Alors j'repousse les couvertures mollement, reste étalé sur le dos quelques instants avant d'me redresser dans le lit et d'remarquer un énorme hématome sur ma cuisse, prenant alors un air offusqué :

"Putain c'est quoi ça ?!"

Misères mais qu'est-ce que j'ai branlé ? J'me lève et m'retourne pour montrer les dégâts sur mon corps d'Apollon à mon pote avec un air tout contrarié :

"Non mais ça va pas du tout ça, gros !"

Faut vraiment qu'on sache c'qu'on a foutu hier soir...

"Putain j'vais le niquer l'autre enculé d'Aaron."

Et voilà que j'm'en vais comme un prince, décidé à prendre ma douche pour me remettre un peu les idées en place.
avatarMorgan Valentini
Administrateur Mégalo
Propriété de Lewis

Administrateur Mégalo Propriété de Lewis
j'ai : 29 ans et je suis né(e) le : 05/08/1988 à : Florence, la belle. Italia. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 96 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Gynéco obstétricien depuis 1 an. Côté cœur, je suis : Célibataire et vendeur de rêves...
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Mar 3 Oct - 15:13

Morgan à la tête dans le fion, et pas qu’un peu. D’habitude on est dosés pareil, mais là j’suis clairement plus net que lui, même si j’me souviens de rien. J’le regarde avaler son aspirine comme si il était accro, tout en frissonnant à moitié sous ma couette. Il se souvient de rien, ça tombe mal… Moi non plus.

— Nos bagnoles sont garées, mal, mais elles sont là. On à dû rentrer en bagnole, et y a personne ici à part nous…

Puis j’lui parle qu’Aaron refait une soirée ce soir, et que c’est sûrement le seul moyen d’faire quelque chose pour notre état, ‘fin au moins de savoir ce qu’on nous à refilé, et mettre une race au fils de pute qui fait tourner de la merde comme ça. Putain, on dirait deux ados pétés au GHB là. Alors ouais, moi non plus j’ai pas envie d’y retourner, parce qu’on sait très bien comment ça va s’finir encore. On va refuser l’premier verre comme deux mijaurées, puis on va finir par avoir le foie explosé au shots Jagger/Vodka. Mais faut qu’on s’contrôle, on est pas si cons… Si, p’têt en fait, on sait pas s’tenir.

— Ouais, j’sais pas ce qu’il à branlé encore, mais là ça l’fait pas. On paye pour c’genre de soirée, c’est pas pour finir comme un camé dans une baignoire, hein.

Bon, j’le chambre un peu au passage, mais au moins j’me suis écrasé avec un peu plus de dignité pour le coup, cette fois-ci. Y a plus qu’à, maintenant. On y va, on y va pas… J’sais même pas ce qui coule dans mon sang à l’heure actuelle.

Morgan me demande d’le tenir en soirée… Il sait très bien comment j’suis, aussi à fond et intenable que lui. Ca va être la merde si on fait pas un minimum attention. Mais putain, on à trente ans, on est plus des gosses, on sait gérer un peu, surtout quand on a manqué de terminer dans l’coma. Bon j’exagère p’têt, mais Momo en est pas loin ce con.

— C’est bon, on va gérer gros. J’vais te tenir, si tu m’tiens. Ca va l’faire.

Puis j’le vois se lever, et s’offusquer. Il a un putain d’hématome sur la cuisse, un truc de bâtard, comment il s’est fait ça ?

— T’as essayé de tamponner une gonz’ dans le mauvais sens ou quoi ?

J’me marre un peu, parce qu’on dirait une diva. Genre, le truc qui l’emmerde le plus c’est un fucking bleu sur sa cuisse. Il est pire que moi des fois. J’le laisse partir sous la douche en premier, en m’étalant un peu sur le lit cinq minutes, le temps d’entendre couler l’eau…

Ouais, j’ai pas l’temps. Enfin si, mais j’ai envie d’déconner un peu.
Je vire mon calbut et je le fous dans un coin de la chambre. Donc, j’suis à poil, dans le plus grand des calmes. J’attends que Momo soit bien sous sa douche, pour le rejoindre direct. J’ouvre la portière transparente, et je me fous derrière lui, avec un vieux sourire pervers. Je sais que ça va le faire tiquer, moi ça m’fait marrer.

— On a pas l’temps gros, puis économies d’eau.

Je me marre, mes cheveux sont trempés, et je les mets en arrière, ils gouttent dans mon dos. L’eau coule sur mon corps endoloris, putain, ça fait du bien. Je bénis ma douche multiplaces. Pour baiser c’est le pied aussi.

Bien décidé, j’m’approche de Morgan, dans son dos, je me colle presque à lui, et j’effleure son oreille de mes lèvres… Ma main effleure sa hanche, en allant vers l’avant… Je passe quelques secondes à rendre le truc super sensuel, pour bien le faire flipper.

— Passe-moi l’Ushuaia gros.

Je dis ça avec ma vieille voix de pote, et sûrement pas d’amant, histoire de le décompresser. Je ricane bêtement, pour finalement jeter un regard sur le grand miroir en face de la douche.

— OH PUTAIN.

Oula. J’ai un peu abusé sur le côté aigü de ma voix. J’viens de remarquer que j’ai le même genre de bleu que ce gros con, mais sur le cul. Putain ma fesse gauche. C’est quoi cette merde.

— T’as vu ça gros ?! Putain mais mon cul quoi ! Comment j’ai eu ça ?!

J’fais encore plus ma diva que lui. On est comme ça… Mais putain, je déteste avoir des marques sur mon corps. C’est moi qui les laisse d’habitude. J’me savonne rapide, et j’vais me mater dans une position bizarre dans le miroir.

— Non mais matte moi l’truc poto !

Dis-je le cul cambré et le haut du corps a moitié retourné en arrière devant le miroir… Puis j’me tourne vers Morgan.

— On va trouver qui nous a fait ça gros.

Ah, le drama… J’me crois dans un film.
avatarLewis Steiner
Administrateur Sans Coeur ♥
Administrateur Sans Coeur ♥
j'ai : 30 ans et je suis né(e) le : 07/06/1987 à : Berlin. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 255 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Avocat de l'accusation réputé, s'il vous plaît. Une sorte de proc' quoi. Me faites pas chier ou j'vous fous au trou. Côté cœur, je suis : Célibataire, t'es malade toi.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Lun 9 Oct - 10:03

Putain ça craint tellement ça.

Je déteste voir mon corps porter des marques. Déjà de une, c'est laid. Et de deux... Bah c'est laid quoi, merde ! J'ai un putain de corps, c'pas pour qu'il soit marqué comme ça avec des hématomes aussi gros... La loose. Lewis peut bien s'foutre de ma gueule ce connard, hein. Si il me cherche de trop, c'est sa gueule qui va être bleue.

BREF.

Me voilà dans la douche après avoir viré mon calbut'. L'eau chaude, tout d'suite, ça m'met bien. Je profite un peu et tout, jusqu'à sentir un espèce d courant d'air froid et...

"HAN PUTAIN LEWIS ARRÊTE DE FAIRE ÇA !"

Je m'avance brutalement, presque collé au mur carrelé de la douche et j'me raidis comme une pute qui s'prend un manche dans le cul...

"J'T'AI DÉJÀ DIS QUE J'VOULAIS PAS QU'TU RAPPLIQUES QUAND JE PRENDS MA DOUCHE GROS !"

Putain de sale pédé. Il me stresse. C'pas comme si on avait une douche immense en plus... Non mais l'autre quoi ! J'peux à peine bouger, j'toujours peur d'effleurer sa teub ou je n'sais quoi. Ça pourrait l'exciter en plus ce batard. Et j'suis pas d'ce bord là moi hein !

"Des économies... Putain dis juste que ça t'fais bander de prendre ta douche avec moi ouais !"

Connard de merde. Il le fait exprès cet enfoiré, parce que regardez le comment il s'colle presque alors que moi, je fusionne avec le carreau froid pour éviter qu'il me touche... L'ushuaia... L'ushuaia...

"Tiens connard. Et décolles putain !"

Non mais c'est GÊNANT. Et lui il rigole. PUTAIN le but c'était de me détendre sous la douche, pas d'avoir peur de m'faire enfiler, quoi ! Merde !

C'est son cri de tâta qui me fais sursauter.

Il se retourne pour me montrer son cul et alors là... J'peux pas m'empêcher de rire comme un con :

"T'as du t'faire chibrer le fion et tu t'en rappelle même pas..."

Ou alors on a fait des sales pogos en rentrant...

"Putain c'est vraiment moche."

Il se savonne vite fait et dégage de la douche pour contempler sa croupe. C'est ça dégage. Moi aussi j'me savonne et j'finis par sortir de la douche, m'observant moi aussi dans le miroir :

"Faut qu'on y retourne gros. J'veux savoir c'qui s'est passé."

J'suis décidé là. J'enroule ma serviette autour de ma taille et passe mes doigts sur la peau de mon visage tiré.

"Gros j'ai des cernes de ouf..."

Vite le roll-on. Vite. J'applique le produit frais sous mes yeux et laisse sécher avant d'me mettre une crème de jour. Léger coup de peigne... J'lisserais tout ça plus tard, bien que là, j'ai la mèche volumineuse...

"J'commence à avoir la dalle. Ça te dis pas un gros Domac ?"

J'sais même pas qu'elle heure il est. Mais la foncedalle, ça n'attends pas.
avatarMorgan Valentini
Administrateur Mégalo
Propriété de Lewis

Administrateur Mégalo Propriété de Lewis
j'ai : 29 ans et je suis né(e) le : 05/08/1988 à : Florence, la belle. Italia. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 96 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Gynéco obstétricien depuis 1 an. Côté cœur, je suis : Célibataire et vendeur de rêves...
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Lun 9 Oct - 10:28

Ah putain, j’aime trop ça, le faire chier. Si ça pouvait être un métier, j’serais bien payé en heures sup. Il me fait chier avec son côté ‘j’suis pas pédé moi’, j’m’en tape hein. C’est pour ça qu’à la moindre occasion j’viens me coller à lui et ça le fait stresser. Le voir collé à la vitre comme ça… J’me retenais de me marrer. Je dis rien alors qu’il m’insulte ce sale con en plus, mais ça valait le coup.

Jusqu’à ce que je trouve quelque chose de plus intéressant à faire : me mater. En même temps v’la le truc que je me tape sur le cul. C’est dégueulasse.

— Ferme ta gueule toi, c’est un bleu, j’ai pas une fissure, bâtard.

Ah, notre manière de communiquer particulière… Beaucoup de gens prendraient mal notre discussion, mais en fait on s’parle tout le temps comme ça. C’est notre manière de nous dire qu’on s’aime.

J’attrape une serviette pour m’essuyer et la nouer autour de ma taille, avant de me coiffer devant le miroir. La flemme un peu. J’me mettrais plus au top ce soir, avant d’aller à cette putain de soirée… En attendant, je laisse mes cheveux blonds un peu volages, ondulés, mais ça fait pas dégueulasse.

— Ouais, on va y aller.

J’regarde Morgan se foutre du roll-on. Et après c’est moi la tafiole hein ? Non mais regardez-le, sérieux. Avec sa crème de jour. Bon, j’fais la même chose, mais on sait tous que les pédé prennent plus soin d’eux. C’est louche Momo, c’est louche.

— Ouais t’es moche gros.

Je le taquine, ce con est toujours beau, même défoncé ou fatigué.

Il propose un macdo, ouais, j’avoue que ça ferait pas de mal de bouffer comme des gros… J’ai l’estomac qui crève la dalle. Ca imbibera l’alcool.

— Ouais, on passe au drive et on bouffe ici.

Comme une star incognito, j’enfile des vêtements basiques, une chemise blanche simple et un jean noir bien droit. J’enfile des baskets et je met mes ray-ban, vu ma tronche, vaut mieux en fait.

— Bon allez bouge-toi. On prends ma bagnole.

J’le laisse me suivre, moi je descend, je cherche mes clés, mais heureusement la seule chose que j’ai pas paumé hier soir c’est ça. Elles sont sur la porte. J’embarque dans la bagnole, et j’attends que Momo monte. Je check mon tableau de bord et la voiture en elle-même, au cas-où… J’met le contact, et là :



Je regarde Morgan… Et je démarre. Faut qu’on s’mette en forme là, on va pas larver toute la journée. Je file au fast food le plus proche, en bougeant ma tête au rythme de cette grosse musique de beauf. Je m’arrête au macdrive, je baisse un peu, et je commande, j’laisse Morgan choisir, je chope tout et je me barre, pas envie de bouffer sur place.

On se ramène à la maison, et je cale tout sur la table.

Putain, ça fait du bien de bouffer. J’l’attends pas, et j’attaque le Big tasty ma gueule. J’lui balance une frite au passage.

— Tiens, ça c’est pour le « connard » sous la douche.
avatarLewis Steiner
Administrateur Sans Coeur ♥
Administrateur Sans Coeur ♥
j'ai : 30 ans et je suis né(e) le : 07/06/1987 à : Berlin. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 255 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Avocat de l'accusation réputé, s'il vous plaît. Une sorte de proc' quoi. Me faites pas chier ou j'vous fous au trou. Côté cœur, je suis : Célibataire, t'es malade toi.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: /DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan   Lun 9 Oct - 10:49

J'me tire dans ma piaule quelques instants pour enfiler un survet' et un pull à capuche où y'a marqué "NOPE" en gros dessus. Je rabat la capuche sur ma tête et rejoins l'autre pédé dans sa piaule qui s'habille comme si il allait à la messe :

"Gros tu vas prier après ?"

Petit tacle à la gorge. Ça c'est pour le "t'es moche" à toute à l'heure. Il nous faut à peine quelques minutes pour regagner sa bagnole et qu'il mette un peu le son. J'remue la tête en rythme et chantonne la musique en m'allumant une clope, vitre ouverte. On passe notre commande au Mcdo que je ponctue d'un :

"Et oubliez pas la sauce bande de bâtards."

Non mais c'vrai c'est relou. À chaque fois il manque un truc t'sais. Encore quelques minutes et la commande est récupéré. Lewis me fourre les sacs sur les cuisses et nous voilà repartis chez nous. Putain rien qu'à l'odeur j'ai envie de tout niquer tout d'suite là.

On rentre, on s'pose.

J'me vautre sur notre grand canapé d'angle et allume la télé pour mettre un programme de merde sur les cassos qui envahissent notre pays. Ceux qui font dix gosses et se foutent sur la gueule toute la journée... J'chope mon Big Mac et y croque à pleine gueule avant d'me recevoir une frite sur la tronche :

"EH CONNARD VA."

J'mange la frite. Oui j'la mange. Et j'veins d'lui balancer un second connard. Alors quoi, y'a un nuggets qui va m'atterrir sur le front toute à l'heure ? La bouche pleine, j'commence à m'indigner de la nana à la télé :

"Regardes moi c'te connasse. Sérieux, j'en ai des comme ça au taff, elles ont tellement pondu que l'spéculum il touche même pas les bords."

Blague crade. J'le fais exprès, j'sais que ça l'fais gerber le Lewis.
avatarMorgan Valentini
Administrateur Mégalo
Propriété de Lewis

Administrateur Mégalo Propriété de Lewis
j'ai : 29 ans et je suis né(e) le : 05/08/1988 à : Florence, la belle. Italia. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 96 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 14/09/2017 Dans la vie, je suis : Gynéco obstétricien depuis 1 an. Côté cœur, je suis : Célibataire et vendeur de rêves...
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
 
/DUPLEX DE LEWIS ET MORGAN/ Les lendemains de soirée bien arrosées, on a encore la nausée, la tête qui va exploser — Lewis/Morgan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» morgan ≠ allez viens, on est bien bien bien bien.
» Je t'insupporte, tu m'insupportes, on s'insupporte ! (Morgan & Becky)
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» Lewis Yorkshire de 15 ans (54) - ADOPTE
» John Lewis accuse Mc Cain d'attiser la haine contre Obama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  :: Archives :: Archives de RPons à l'ancienne :: RPs-
Sauter vers: