Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Futur(s) New Yorkais,
C'est la pénurie de personnages féminins, cette fois-ci.
Favorisez les filles, s'il vous plaît.
Les garçons peuvent être créé, malgré tout, nous tentons juste de rééquilibrer les choses Smile

Partagez | 
 

 L'étrange Noël de Monsieur Jax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Jeu 7 Déc - 16:30

Ah l'hiver, la neige, les gamins surexcités, les décorations partout en ville, la bonne odeur du pain d'épice, le sapin de Noël, les cadeaux, les dessous affriolants des mères noëls et les opportunités de murge.
Honnêtement, en allant bosser pour Eden, je pensais pas avoir régulièrement ce genre d'occasions. J'veux dire, ok y a un bar, ok on consomme beaucoup, mais le personnel lui, se doit d'être particulièrement clean. Danseuses et danseurs respectent une sorte de déontologie stricte et très encadrée, tandis que nous les videurs, nous sommes tenus de nous assurer d'être toujours opérationnels. Ne pas se murger la gueule en service, en somme.

J'ai beau être moi, je sais me tenir. Et sinon quelques sachets de came volées dans les poches de quelques clients qui pensaient pouvoir entrer de la drogue en pouce pour se poudre le nez avec d'aller mater de la galinette cendrée, je me suis toujours tenu à carreaux. Et étrangement, j'ai été finalement plus sérieux depuis que j'ai vu Amy danser qu'avant. Probablement parce que prendre mon boulot par dessus la jambe pourrait amener un enfoiré à entrer et à la faire chier, d'ailleurs. Marrant d'ailleurs que j'utilise l'expression « par dessus la jambe »
Mon binôme trouverait ça limite, j'imagine.

Mon binôme, c'est Carter. Un colosse qui traîne sur une seule guibolle. On pourrait penser que c'est un problème vu son job, mais quand on voit l'engin... on comprend que nan. V'voyez, j'suis plutôt grand mine de rien. Pas excessivement non plus, mais je flirte avec le mètre quatre vingt dix pour un poids généreux. Merci la boxe. Mais ce mec, même sur une jambe, je suis à peu prés convaincu qu'il est capable de littéralement me casser en deux. Une chance, c'est un bon gars dans le fond. Suffit de le comprendre un peu et de savoir ce qu'on peut faire, et ce qu'on ne peut pas faire. Un peu de répondant est nécéssaire aussi, ça va de soit. Il est réglo, j'suis réglo. Et on s'entend forcément bien, au bout du compte.

Et quand deux types qui sont là pour botter des culs pendant que des bombes sexuelles se trémoussent pas loin d'eux arrivent à la fin d'un service plutôt long, c'est tout naturellement par la case bistro qu'ils doivent passer. Et on a un don pour la surenchère quand on s'y met. La première tournée est pour toi. Ok l'infirme mais t'as intérêt de payer la seconde. Ta gueule Callahan et paye la troisième. J't'emmerde Baloo et paye les shots. Va chier et allonge la monnaie pour les suivants. Tout ça nous amène à une phrase que j'ai toujours détesté entendre de la part d'un barman « Non les gars, j'vous serre plus ce soir, vous être trop bourrés. »

Il avait peut-être pas tort. Mais ni Carter ni moi n'étions enclin juger qu'un homme puisse être trop bourré. C'est évident. On l'est jamais assez. Il y a toujours une étape supérieur à passer. Un nouveau cap à atteindre.
Arrivés à discourir sur l'utilité d'une prothèse de jambe pour marcher plus facilement droit durant les moments d'ivresse, on a vite découvert que nos pas hasardeux et notre débat acharné nous avait conduit au milieu d'une zone encore très fréquenté. Le fameux marché de noël. Ça sentait bon les churros, le vin chaud et le pain d'épice.

« Cartouche je compte sur toi pour me surveiller. J'ai pas la même notion « D'esprit de Noël » que les autres, je te préviens... »
avatarJackson Callahan
Administrateur
Jacky Les Bons Tuyaux
Captain Badass

Administrateur Jacky Les Bons Tuyaux Captain Badass
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/02/1990 à : New York Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 107 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 13/11/2017 Dans la vie, je suis : du genre à me démerder. Côté cœur, je suis : libéré, délivré ?

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Mar 26 Déc - 12:04

Encore une soirée qui défile vitesse grand V.

J'ai trié les têtes qui m'revenaient et celles que j'avais envie de cogner. Y'en a qui on râlé quand j'leur ai dit qu'ils pouvaient pas rentrer. Comme d'habitude. Mais j'en ai rien à foutre moi, qu'ils râlent. Et si ils râlent trop, y'a moyen que j'perde rapidement mon sang froid. Y'a bien une ou deux têtes que j'aurais pris plaisir à écraser, ce soir, mais mon collègue, Jackson, il est plus mesuré qu'moi et il contrebalance un peu mon côté impulsif. Lui et moi, on s'entend plutôt bien. On se charrie souvent, mais avant tout, on fait un bon travail d'équipe. J'avoue avoir été méfiant au départ, parce qu'avec sa gueule de playboy tout droit sorti du magasine Têtu, il m'a pas inspiré des masses confiance. Et vous posez pas d'question quand au fait que j'connaisse ce genre de magasine pour pédé. C'est connu, point barre.

Le service se termine.

J'ai pas prévu d'aller voir ma brune ce soir, alors y'a pas d'mal à aller s'installer à la place que je préfère dans un bar : au comptoir. Et commence alors une série de tournées payées tantôt par moi, tantôt par mon collègue, à grand coup d'insultes diverses balancées avec le sourire. On est comme ça lui et moi, on s'parle pas avec des mots doux. Puis si il l'avait fait, j'pense que j'aurais écrasé sa tête contre la porte avant même qu'il n'ai pu terminer l'mot gênant. Bref. On vide nos verres à la chaîne. Il m'en faut quand même pas mal pour commencer à m'sentir chaud patate. Jackson, lui... J'crois qu'il est plus raide que c'qu'il veut laisser croire, mais j'trouve ça marrant. J'demande une autre tournée, mais ce connard de barman veut pas nous resservir. J'essaie de l'amadouer. Allez Greg, t'es notre collègue, on s'est pelé l'cul dehors toute la soirée... Mais il s'en bas les couilles.

J'ai envie d'le forcer à nous servir un verre.

Mais le Jackson, il s'lève déjà, abandonnant la partie et moi... Bah j'suis assez beurré pour le suivre. On s'retrouve donc dehors, dans les rues enneigées, et j'dois faire quelques efforts pour pas glisser avec ma patte folle. S'en vient donc un discours interminable sur les prothèses. Et puis on débarque dans un endroit tout plein de lumières et de monde. La marché de Noël. Toutes ces lumières se reflètent dans nos yeux pisseux, et la remarque de mon collègue me fais doucement sourire en coin :

"Te surveiller hein..."

C'tout c'que j'grogne alors qu'on s'avance là, au milieu des gens, comme deux putains de chat fourbasses prêts à foutre en l'air un sapin de Noël. L'ambiance est d'une mignonnerie sans limites, mais j'ai l'con.

"Bon il est où le stand où ils vendent de la bière de Noël et du vin chaud ?"

J'regarde autour de nous, de mon mètre 97, et j'interpelle une toute petite bonne femme qui passe à côté de moi :

"C'est où le stand de piche, ma p'tite dame ?"

Elle m'regarde en levant bien haut la tête, un peu outrée par ma demande, et elle me montre du doigt le bout de l'allée. J'la remercie pas. J'avance direct. Ce genre de personne qui se choque d'un rien, ça m'agace. Elle perd pas son temps pour disparaître en trottinant presque, et quand un groupe d'ado boutonneux passent... J'chope un bonnet de Noël sur une tête pour le caler sur la mienne.

"Eh mais monsieur !"

J'ai juste à l'regarder. Il comprend. Il dit rien, il s'casse.

"Qu'est-ce qu'ils sont impressionnables tous ces gens..."

J'balance ça à Jax avec un petit sourire en coin, continuant de boitiller jusqu'au stand convoité.
avatarCarter St James
Administrateur
Propriété de Koko

Administrateur Propriété de Koko
j'ai : 33 ans et je suis né(e) le : 12/08/1984 à : À New-York, dans le Bronx aux States. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 311 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Une loque ou un ancien militaire qui a ruiné sa vie. Côté cœur, je suis : Mort... ?
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Mer 10 Jan - 15:02

J'ai p'tete parlé un peu vite en demandant au Cartouche de me surveiller. Le type est dans un état au moins aussi catastrophique que moi. C'est juste que je suis trop rogné pour avoir assez de bon sens pour le constater. On se retrouve sur la travée principale de ce foutu marché de Noël et les gens nous regardent en s'écartant comme si on était au volant d'une voiture bélier. C'est déroutant... et drôle à la fois. Faut dire que nos pas sont pas c'qui s'font de plus assurés, et que le père St James il a un physique de Grizzli. Le bon sens veut qu'on ne reste pas devant un type comme ça quand il est torché. Une torgnole et c'est la fin des haricots.

J'me retiens de rire en le voyant accoster une petite mamie qui peut se féliciter de la pertinence de son traitement pour ses problèmes de cœur. Elle est choquée, la vieille, mais elle répond à la question. Je me contente d'emboîte le pas à la Bête en semant un petit « Bonne année » à la mémé. J'suis plus engageant que Carter. Pour ramener le calme forcément ça fonctionne un peu mieux.
Fouillant dans mes poches, je finis par extraire une clope que je plante entre mes lèvres et le temps de l'allumer, je vois déjà venir la connerie.

Y a ce groupe d'ado dans le chemin. Un peu trop sûrs d'eux. En bande, un peu échauffés par l'idée de pouvoir gratter un vin chaud. Eux ils se pousseront pas. Et puis ils ont des bonnets de Noël. Et je sais directement que le Cartouche il va trouver l'idée cool.
Je le vois arracher le truc de la tête d'un des petits cons qui n'ose pas dire grand chose et j'me marre.
Sauf qu'il faut pas voler des trucs devant moi. C'est no limit. Si quelqu'un valide un projet de rapine sous mes yeux, croyez bien que je pars rapidos. Surtout quand j'ai picolé comme c'est le cas ce soir.

Je rejoins Carter en pressant le pas, et je me contente de le laisser me servir de leurre. La base dans le pickpocketting, c'est pas la vitesse des doigts ou la précision. C'est la capacité à ne pas amener l'attention de la victime sur le geste criminel. Et le Carter croyez le bien qu'il l'attire bien l'attention. Malgré lui, j'aurais tendance à dire.

Je m'attarde à faire les poches de deux trois rombières pétées de thunes sur le chemin, si bien que quand on arrive enfin à ce foutu stand pour picoler, j'me retrouve à déballer de l'oseille d'un premier porte monnaie rose pute. D'un second en fourrure style zèbre, et le troisième cuir et or d'une grande marque à consonnance italienne. Jackpot j'ai envie de dire.
Je relève les yeux vers la nénette derrière son stand. Pas rassurée la pauvre. On est arrachés de ouf, il faut dire. Je claque les biff comme on le fait dans un salon de strip tease.

« Mère Noël... c'est l'occasion de nous faire rêver jusqu'à la fin de la soirée. Rince nous donc ! »

Bah... elle a une tenue de père noël. Mais pas vraiment le côté sexy des nanas de Noël que j'ai en tête.

« Putain... J'sais même pas si j'arriverai à rentrer tout seul, t'sais ? »

Et la soirée ne fait que commencer, bordel...
avatarJackson Callahan
Administrateur
Jacky Les Bons Tuyaux
Captain Badass

Administrateur Jacky Les Bons Tuyaux Captain Badass
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/02/1990 à : New York Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 107 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 13/11/2017 Dans la vie, je suis : du genre à me démerder. Côté cœur, je suis : libéré, délivré ?

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Jeu 11 Jan - 11:40

On y arrive à ce foutu chalet.
J'ai toujours mon bonnet sur la tête, mais visiblement, l'effet produit n'est pas celui souhaité. C'est à croire que la gonzesse déguisée en Mère Noël se méfie de nous comme de la peste, suffit de voir comment elle nous observe... Mais j'm'en bas les couilles. J'ai jamais eu l'air sympathique, et j'ai pas envie de me donner cet air là. Suffit de voir comment j'suis avec ma voisine... J'passe mon temps à lui faire peur et à lui grogner dessus comme un clébard enragé, mettant un point d'honneur à donner vie à chacun des mythes qu'elle s'invente sur moi. Du coup à ses yeux, je suis un espèce d'ermite handicapé, psychopathe, alcoolique, tortionnaire de chien et violeur de jolies brunes.

Bref.

Jax étale le pognon sur le bois du petit comptoir, et j'le regarde en coin. Tout ces porte-monnaies différents, et le style des affaires... Me fais penser que c'est peut être pas forcément à lui. A moins que si. Et puis ça aussi, je m'en bas les couilles. J'suis trop arraché pour réfléchir, et tant qu'on a ce qu'il faut pour continuer à consommer... D'ailleurs il demande à la nana de nous rincer, ce qu'elle fait avec tout de même un air méfiant, nous servant un verre de vin chaud chacun.

"Sympa le porte monnaie en fourrure..."

J'esquisse un petit sourire en coin.

"Ça va plutôt bien avec l'image que je me faisais de toi au départ."

Je chope le verre et commence à boire. Boit-sans-soif, qu'on pourrait m'appeler. Jackson me dit qu'il sait pas si il arrivera à rentrer tout seul, et je hausse les épaules :

"Au pire du pire, tu dormira dans mon salon, avec le chien."

J'dis ça avec beaucoup de spontanéité, vidant mon verre dans la foulée et le tendant à la serveuse pour qu'elle en remette un autre :

"Ça s'boit tout seul ces trucs là..."

Équilibre précaire. J'tiens debout, mais je tangue au gré du vent comme un putain de drapeau, les yeux plus brillants que jamais. Il est vrai que depuis que je fréquente Khloé, j'ai vraiment freiné sur ma consommation... Alors même si je tiens encore bien l'alcool, je sens que mon endurance s'est fragilisée.

"T'as décoré ta baraque pour Noël ? Moi, ma meuf à fait d'ma maison un putain de village du Père Noël, et j'ai laissé faire..."

J'ai un petit sourire. J'parle d'elle comme de ma meuf, alors que j'sais même pas où j'suis avec elle... C'est bien parce que j'suis mort ça, tiens.
avatarCarter St James
Administrateur
Propriété de Koko

Administrateur Propriété de Koko
j'ai : 33 ans et je suis né(e) le : 12/08/1984 à : À New-York, dans le Bronx aux States. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 311 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Une loque ou un ancien militaire qui a ruiné sa vie. Côté cœur, je suis : Mort... ?
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Jeu 18 Jan - 10:02

J'me marre quand Carter se fout de ma gueule pour les portefeuilles. Il faut que je pense à m'en débarrasser rapidos d'ailleurs avant que ça commence à couiner et que les flics débarquent. Ce serait con de se faire gauler avec ça entre les mains hein. Je tire juste l'argent qui reste, et j'me contente de les faire tomber à mes pieds, et de les pousser pour qu'ils glisser vers le caniveau, laissant à la bouche d'égoût le soin de les avaler. Ni vu. Ni connu. J'peux recommencer à boire. Et j'le fais sans avoir réellement conscience  du goût de c'que j'bois. J'suis fumé comme un putain de saumon, bordel.
Et l'autre qui me propose de passer la nuit avec son chien puisque je n'arriverai pas à rentrer. Sympa, c'est clair. Mais avec son chien, c'est d'emblée moins glamour comme projet.

« T'es un pote. »

Je finis moi aussi mon verre, et je le claque à côté du sien, que la gonzesse du stand nous resserve tous les deux d'un coup. Elle a l'air inquiète... et contente à la fois. Sûrement qu'elle s'attendait pas à devoir servir des poches comme nous sur un marché de Noël. Et sûrement aussi que l'oseille que j'ai claqué sur le comptoir la met en joie. Le côté commerçant, j'imagine.

« Ouais comme du p'tit lait... »

Je me redresse, je fouille mes poches, je sors une clope et j'en propose une à Cartouche... et à la nénette du stand. Un coup de briquet et hop je m'engorge mes poumons d'une bonne bouchée toxique. Le pied, j'ai envie de dire. 

« Décorer ma baraque pour Noël ? »

La question me fait même pas marrer. Elle est trop perchée pour que j'en rigole. J'ai vraiment une tête à faire ce genre de connerie ? Cartouche visiblement oui, enfin malgré lui à c'que je comprends. Et j'ai beau être beurré comme une tartine, je note bien le fait qu'il appelle Khloé sa meuf ici. L'alcool qui délie la langue, faut croire.

« Genre t'as le sapin et tout le bordel ? La crèche ? Les guirlandes qui clignotent un peu partout dans ton salon ? Sur la rambarde de ton escalier. Flippant... »

Je tire une fois de plus sur ma clope. Et comme toujours quand deux mecs ivres morts causent, ça y va les confessions. Il se foutait de ma gueule à cause du portefeuille en fourrure y a trente secondes et voilà qu'il me confie cette histoire de Noël et de sa meuf. Merde si j'étais pas rogné de ouf j'aurais trouvé ça mega bizarre que le gros Cartouche me parle comme ça de gonzesse.

« Mais devant les meufs, être taillé comme une armoire à glace ça sert foutrement à rien t'sais. Si elle veut faire un truc, elle fera un truc. Toi, t'as beau être contre, suffira d'un regard un sourire ou une petite crise de larmes et t'es baisé à l'infini. Alors j'suis pas étonné pour les décos de Noël. Sauf si t'as un levier sentimental assez solide pour l'en empêcher. »

Je casse ma cendre. Me voilà Jackson le penseur ivre. Le mec qui en dit sûrement un peu trop, d'ailleurs. Mais j'suis toasté comme une biscotte. Alors c'est normal.

« Et j'suppose que t'en as aucun ? »
avatarJackson Callahan
Administrateur
Jacky Les Bons Tuyaux
Captain Badass

Administrateur Jacky Les Bons Tuyaux Captain Badass
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/02/1990 à : New York Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 107 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 13/11/2017 Dans la vie, je suis : du genre à me démerder. Côté cœur, je suis : libéré, délivré ?

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Mer 31 Jan - 17:45

J'suis un pote qu'il dit. Bien sur que j'en suis un. J'me beurre pas la gueule avec n'importe qui, et j'propose pas à n'importe qui d'venir crêcher dans ma piaule. Du coup quand il m'dit ça, j'acquiesce d'un signe de tête évident, avec une regard évident, et un peu perdu dans les limbes de l'au-delà. La nana du stand nous ressert, et Jax propose sa clope alors j'me fais pas prier, j'en prends une, j'sors un briquet que j'mets trois plombes à allumer. Un coup, deux coup. Trois coups.

"Putain d'truc qui marche pas..."

Quatre coups, y'a une flamme, et j'vise à côté d'la cigarette, tangue à gauche, à droite et... Voilà. Ça y est. J'peux moi aussi m'intoxiquer tranquille, recrachant sans faire gaffe, la fumée dans la tronche de la serveuse. Puis ça embraye sur ma maison et mes décor de Noël.

"Ouais y'a tout ça. Ça clignote de partout, même le chien il a un collier stupide de Noël."

J'ai un rire un peu lent, mais franc. En vrai j'dis ça, mais j'suis content que Khloé se soit permise de faire comme chez elle. J'me suis laissé berner comme un putain de bleu mais au final, ça lui fait plaisir... Jackson percute parfaitement l'truc et ce qu'il me raconte ensuite me fait sourire un peu. J'ai l'regard perdu quelque part entre le Mordor et Calcuta.

"T'as pigé. J'suis un putain d'faible quand c'est elle."

J'tire encore sur ma clope et boit lentement dans mon verre sans ressentir le moindre goût du truc dedans. J'bois, c'est tout.

"Et toi, l'gigolo, t'en es où avec ta coyote là ?"

J'lui glisse un putain de sourire de con, le bousculant d'un coup de coude sans vraiment mesurer ma force :

"Fais pas c'te gueule d'innocent et raconte tout à ton poto Cartouche."

Faut vraiment que j'sois rôti pour m'auto-surnommer de ce blase que j'déteste tant. Mais si ça peut l'faire causer un peu. C'est que j'suis curieux moi. Puis merde, elle m'avait inclus dans son traquenard, la maligne, mais elle m'a rien raconté après. Merde quoi. Trop de suspense.
avatarCarter St James
Administrateur
Propriété de Koko

Administrateur Propriété de Koko
j'ai : 33 ans et je suis né(e) le : 12/08/1984 à : À New-York, dans le Bronx aux States. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 311 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Une loque ou un ancien militaire qui a ruiné sa vie. Côté cœur, je suis : Mort... ?
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Mer 31 Jan - 22:05

C'est quand j'vois le gros Cartouche essayer d'allumer sa clope que je commence à mesurer à quel point on est mal tous les deux. Et les verres qu'on enchaîne comme des cons ne vont pas aider. J'ai l'esprit ailleurs, mais assez de recul pour savoir que plus j'avale ce qu'on me sert, et moins j'ai de chance d'avoir des souvenirs viables du reste de la soirée. Et puis merde c'est pas tous les soirs que je finis ivre mort quand même. 
Ivre mort au point de l'écouter m'expliquer que sa maison a été complètement redécorée. Ivre mort au point d'avoir la gueule d'un mec hyper sérieux à qui on est en train de parler de géopolitique mondial à ce moment là, à opiner de la tête avec une grimace de vieux briscards.

« Putain... c'est chaud mec. J'te plains. »

Trop sérieux. Trop trop sérieux. Au point d'en arriver à un sujet que j'aborde pas habituellement et sur lequel en général je compte pas m'abstenir mais là... j'suis rond comme une boule. Rôti comme un stick de viande à kebab. Alors crois bien que j'vais causer comme une petite connasse pendant sa séance shopping.
J'me calle un verre avec les gros yeux, gonflant les joues avec l'air du mec qui sait pas quoi commencer. Ni quoi dire. Pis je balance les épaules en arrière.

« C'est... compliqué, et simple à la fois. »

Le genre de phrase qui ne permet vraiment pas de se faire une idée des choses hein, on est d'accord. Parler sans parler. Mais bon faut se livrer. C'est le jeu de la sociabilisation dans ces moments là hein. Et dans le fond, je suis un brin chanceux. Cartouche est cramé de ouf. Y a des chances que je puisse causer sans qu'il retienne quoi que ce soit. Ou pas. En fait je m'en fous. Bizarrement je sais qu'il répetera rien. Genre... Bro code.

« On se connaît depuis qu'on est gamin. À l'époque j'étais... j'étais pas comme maintenant. Mon père était un pochard violent, limite tortionnaire. Je ramassais son vomi le matin plutôt que de me changer, et des tartes dans la gueule le soir. De fait, j'étais une bille à l'école et parce que le pognon partait en picole, j'étais la cible assez facile des moqueries et pire que ça. De faire, y avait qu'Amy qui était gentille. C'est la seule personne qui a pris la peine de simplement s'intéresser un peu à ma tronche. En grandissant, j'ai mal tourné comme tu t'en doutes, mais elle était toujours là. Plusieurs fois ça aurait pu s'faire entre nous. Mais j'étais une savate de compet. Et elle c'était Amy. Donc je sabotais toutes les possibilités. Genre le gars qui assume pas. J'suis allé en taule, comme tu sais et en ressortant, il se trouve que j'ai tenté de faire les choses bien. Ça a pas fonctionné de ouf. On s'est engueulé, genre salement, avec tout qui sort n'importe comment et parce que je voulais même plus la voir, elle a bricolé son truc avec toi et Eden pour me coincer comme une putain de taupe dans son trou. Mais là... ça s'goupille pas mal je crois. »

Pfiou, sacré monologue. Je cause trop en ce moment bordel. J'm'attendris faut croire. Tirant sur ma clope, je finis par recracher la fumée vers le ciel, avant d'achever mon verre, et de faire signe pour qu'on nous serve à nouveau... avec une demande qui va nous coûter cher :

« Hey m'dame... z'avez pas un truc plus fort en stock ? Un digestif de Noël. »

Et elle en avait un justement...

***

J'ouvre à peine un œil que je le regrette. J'ai la nuque tellement raide que le simple fait de rouler mon orbe dans son orbite que ça me fait un mal de chien. Quelque part à côté de moi, un souffle chaud contre mon cou me laisse penser que ça n'a pas été si terrible. Amy est là. Nouveau souffle. Je renifle un peu. Amy est là, mais elle a pas l'haleine fraiche putain. Troisième souffle, je tourne la tête pour me retrouver nez à … truffe avec un gros truc. Putain de sa race. Une gueule énorme. C'est un putain de cerbère qui me face. Je veux bondir, mais je me fracasse les genoux dans ce qui m'a l'air d'être une table basse. Je geins de douleur et j'avise un peu mieux la situation.

Je suis dans un salon, et j'ai visiblement dormis assis par terre, le front sur une table basse face à la gueule béante d'un chien de l'enfer. À ma droite, un gros tas sur le canapé. Carter. On est chez Carter. Je le sais pas ce qu'il m'a parlé de sa déco de Noël et que je vois des trucs qui clignotent dans tous les sens. Et le chien du diable a un collier customisé comme il me l'avait dit. Putain de merde.

« Putain... »

Je tourne la tête et...

« Putain... »

Deux longues jambes, interminables. Je plisse les yeux, je remonte. Ventre plat. Seins de ouf. Bouche de... voilà quoi. Des yeux de biches. Des cheveux en pagaille mais jolie de ouf.

« Putain... »

Je cligne des yeux. Parce que cette nana là, je la connais. Je secoue la tête. Je retiens une envie de dégueuler parce que le simple mouvement de ma caboche me donne des nausées et je tends une main hasardeuse vers le gros Carter pour tapoter son bras.

« Cartouche. Putain réveille toi y a un truc qui va vraiment pas là. »

Nouveau coup d'oeil. Jambes. Ventre. Boobs. Tête.

« Putain... »

J'insiste pour que le gros se réveille sous le regard étonné de son chien et les yeux de biche de la nana. Et quelle nana putain !

« Carter je crois qu'on a pris des trucs glauques et que je suis ne pleine halu faut que tu m'aides là. »

Il émerge toujours pas ce con. Je tape carrément. Je tape parce que j'suis à ça de la crise d'angoisse.

« Putain Carter ! J'suis tripé de ouf y a la meuf du calendrier à branlette de la prison là. » Aka... Victoria Secret's.

Si j'savais...
avatarJackson Callahan
Administrateur
Jacky Les Bons Tuyaux
Captain Badass

Administrateur Jacky Les Bons Tuyaux Captain Badass
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/02/1990 à : New York Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 107 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 13/11/2017 Dans la vie, je suis : du genre à me démerder. Côté cœur, je suis : libéré, délivré ?

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Mer 31 Jan - 22:41

J'pensais pas qu'il se lancerait comme ça, le Jax. J'pensais pas qu'il se livrerait si facilement, mais finalement, il vide son sac. J'écoute avec les yeux plissés, parce que d'une, je m'enfume la gueule avec ma propre clope et de deux, j'ai vraiment du mal à garder les yeux bien ouverts. Alors bon, il m'avoue que c'était un genre de petit bizu quad il était à l'école, et j'avais vraiment à milles lieues d'imaginer ça. Pour moi, c'est l'genre de gars populaire depuis qu'il est né t'sais. Populaire auprès des gonzesses qui l'ont sorties d'sa mère, auprès des profs à l'école, auprès des nanas... Il a une gueule à rameuter les groupies lui.

Mais pas du tout.

Il avance dans l'récit, il me dit qu'il se faisait tabasser par son père et je grimace, la clope entre les doigts, me rongeant un peu les petites peaux autour des ongles là, genre un peu angoissé par ce qu'il me raconte. J'aime pas vraiment les enculés qui sont violents avec les gosses... Mais je l'interrompt pas. J'le laisse se confier en tanguant d'avant en arrière, prêt à me vautrer sur lui à tout moment. Puis il en vient à m'parler de sa coyote. Amy, la seule qui s'est réellement préoccupé de lui. Et le destin qui s'en vient à les réunir par la suite. C'est beau putain. Si j'avais fumé, j'suis sûr que j'aurais eu la larmichette, hein. J'suis sensible quand je m'enfume à l'herbe...

"Bah putain t'as pas eu une vie facile toi."

C'est tout c'que j'dis. Pour le moment. Lui, il demande des trucs plus forts à boire. La nana nous sert avec des yeux de boeuf qu'on égorge, parce qu'elle doit surement se dire qu'on devrait pas continuer à picher alors qu'on est au fond du seau comme ça... Du coup j'récupère mon verre, je trinque avec lui, j'fais un cul sec et j'demande :

"Mais sinon, tu l'as baisée ou pas ?"

Dure fin d'soirée.

***

J'me vois pas, mais j'suis une loque.
J'm'entends pas, mais j'ronfle comme un putain de gros porc.
Dans ma tête ? C'est l'néant. Le vide interstellaire. Je ne suis plus qu'un poids, un truc massif, encombrant et cloué au canapé. J'm'en rends pas compte, mais j'suis à plat ventre, la gueule posée sur l'accoudoir en cuir, la tête dans ma bave... J'ai mon manteau encore, et mon bonnet de Noël est de travers sur ma caboche. Mon jean est descendu jusqu'à mes genoux, la ceinture encore dans ma main qui pend sur le sol, à croire que j'ai essayé de me déssapper avant de sombrer.

J'suis mort. Ou presque.

Enfin, ça c'est que j'crois sur le moment, parce que c'est rien comparé à ce qui va m'arriver... J'sens pas les premiers contacts. J'sens pas les bousculades... Ce sont les coups qui me réveillent, et la voix lointaine que je reconnais comme celle de Jackson. Alors je renifle, je me tord comme un énorme tas de saindoux, fais un bruit dégueulasse avec ma bouche est ma salive parce que j'ai ronqué avec la gueule ouverte... J'entends deux ou trois mots.

Carter, halu, branlette.

Je grogne, je crois. J'essaie de relever la tête, mais elle est si lourde... Et si douloureuse. Putain de bordel de merde, on a vraiment trop forcé hier hein. J'ouvre les yeux.

"Putain..."

Ça me nique dans les tempes, ça bourrine dans mon crâne comme jamais... Et je relève la tête lentement, dans un horrible bruit de succion... Ma joue restant collé au cuir du canapé.

"Qu'estaaaa ?"

J'tourne la tête, j'le regarde, et quand ma vision m'fais plus lorgner du brouillard, juste derrière lui, j'peux apercevoir Khloé, en nuisette, et même Bruce. Mais Bruce, c'pas l'plus grave.

"... Bordel de merde."

Non mais là, j'vais m'faire fracasser. J'avais dis que je rentrerais vers deux heures... J'sais même pas quand est-ce qu'on est rentrés en fait... Alors je plante ma tête dans le plaid, roulé en boule entre moi et le dossier du canap'...

"Jax... Jax, ta gueule."

J'regarde plus personne, j'tends juste un bras vers la brune :

"J'te présente Khloé... Khloé, j'te présente Jackson."


Ma voix est étouffé dans le polaire du plaid. J'ai à peine croisé son regard que j'sais déjà que les flammes de l'Enfer vont se déverser sur nous. C'est obligé.
avatarCarter St James
Administrateur
Propriété de Koko

Administrateur Propriété de Koko
j'ai : 33 ans et je suis né(e) le : 12/08/1984 à : À New-York, dans le Bronx aux States. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 311 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Une loque ou un ancien militaire qui a ruiné sa vie. Côté cœur, je suis : Mort... ?
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Jeu 1 Fév - 14:31

Carter et moi, ça prend de jolies proportions, j'ai l'impression. On est plus ouvert l'un à l'autre et on se permet même de passer du temps ensemble, assez souvent maintenant. On a pas réellement mit de mot sur cette relation naissance mais j'ose espérer qu'entre lui et moi, c'est autre chose qu'une histoire de cul. J'en suis même certaine, vu nos discussions. On se comporte tout comme, de toute façon.

Ce soir, j'ai prévu de passer la nuit avec lui, en revenant d'un gala de charité. Je le texte pour savoir s'il sera disponible en précisant que je le rejoindrai tard dans la soirée, aux alentours de minuit, voir même un peu plus. Il répond présent et m'indique qu'il sera chez lui vers deux heures.

Je débarque comme prévu aux alentours de une heure et des poussières, épuisée par cette soirée à laquelle j'ai été traînée de force. Pas que je n'aime pas ça mais c'est toujours mieux quand c'est voulu de son propre gré. Il n'est pas rentré et je ne suis pas étonnée. Bruce, lui, en revanche, il m'accueille bien. Trop bien, même. Sa grosse gueule vient se fourrer au niveau de mes cuisses et sa queue balance à tout va. Je m'accroupie et je lui caresse la tête.

- Ton maître t'a laissé tout seul, mon pauvre.

Je dépose la clé de la maison de Carter sur un petit meuble trônant dans l'entrée et j'avance dans la maison, en observant mon art. J'ai décoré sa maison, comme c'était prévu, pour Noël et je n'ai pas fait les choses à moitié. J'ai décoré autant l'intérieur que l'extérieur. Ça scintille de partout. Celui qui n'aime pas Noël peut faire une syncope à la simple vue extérieure. Je monte à l'étage suivie de Bruce et je file prendre une douche avant de me glisser dans une nuisette noire me tombant à mi-cuisses. Il devrait apprécier. Il est presque deux heures quand je rejoins son lit dans lequel je m'emmitoufle sous la grosse couette en attendant son arrivée, le chien à mes côtés, sa grosse gueule déposée sur mon ventre. Je le caresse quelques instants avant de sombrer.

***

C'est les rayons du soleil qui filtre à travers les rideaux qui me réveille. Il me faut quelques minutes pour émerger et pour me rendre compte que ni Bruce, ni Carter ne sont là. Je ne l'ai même pas senti me rejoindre. Si le chien n'est pas à côté de moi, c'est que le maître doit être dans les parages. Je me lève et je me dirige tout de suite vers la salle de bain pour me brosser les dents avant de descendre les marches qui mènent au rez-de-chaussée. J'ai dormi comme un bébé et je m'en veux presque de ne pas avoir accueilli Carter mais ça me passe vite. Je sursaute en voyant la scène.

Dans le salon, Carter et Bruce sont bien là mais ils ne sont pas seuls. Il y a un autre homme, qui doit être un pote de Carter, j'imagine, qui est assis par terre, le front posé sur la table basse et ... ça pue l'alcool mais d'une force. Carter, lui, il est affalé sur le canapé, à plat ventre, encore vêtu de son manteau mais son jean baissé jusqu'à genoux, sa ceinture à la main. Putain de merde. Moi qui commençait à culpabiliser parce que je lui avais promis une soirée ou plutôt une nuit de rêve, en quelque sorte, je me rend compte qu'au final, si j'ai aussi bien dormi, c'est parce qu'il ne m'a jamais rejoint et que je n'ai jamais senti sa présence. Il est mit une putain de race avec l'un de ses potes ?

J'avance de quelques pas pour observer la scène d'un peu plus près quand son pote, justement, émerge. Il a l'air complètement à côté de ses pompes et la scène est presque surréaliste. Un premier juron s'échappe d'entre ses lèvres quand c'est la grosse gueule de Bruce qui se trouve face à son visage. Un second, quand il s'aperçoit de ma présence, en inspectant presque chaque zone de mon corps à l'arrache, comme s'il était en plein trip. S'en suit un troisième et après ça, j'ai cessé de compter. Je croise les bras sur ma poitrine et je le regarde, secouer Carter comme un prunier, se pensant effectivement prit d'une putain d'hallucination. Je note le "La meuf du calendrier à branlette de la prison.". Je ne sais pas à dire vrai, comment je dois le prendre. Carter émerge enfin en jurant lui aussi et en faisant les présentations. C'est une blague ? Il a la gueule collée dans sa bave, sur l'accoudoir en cuir du canapé et ça n'a pas l'air de le choquer de me voir là, limite, en petite tenue.

- Khloé ? Mais non, voyons. J'suis visiblement la meuf du calendrier à branlette de la prison.

Sympa, comme première approche mais c'est pas comme si je l'étais vraiment, au final. Quoi que si, je le suis mais dans d'autres circonstances. Là, ils me désolent autant l'un que l'autre et malheureusement, même si je ne connais Jackson ni d'Adam, ni d'Ève, il pourrait subir mes foudres, par mégarde.

- Tu m'as plantée pour te prendre une mine avec ton taulard de pote ?

Je me faufile derrière Jackson pour rejoindre le canapé sur lequel est affalé Carter et je le secoue à mon tour pour le faire émerger plus rapidement.
avatarKhloé Stevens
Fondatrice
Propriété de Carter

Fondatrice Propriété de Carter
j'ai : 23 ans et je suis né(e) le : 26/08/1994 à : Manhattan, New York, États-Unis d'Amérique. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 358 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Ange & Égérie officielle de Victoria Secret et Mannequin Lingerie, actuellement. Escort-Girl, anciennement. Côté cœur, je suis : en train de succomber.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    Jeu 1 Fév - 16:10

L'autre il émerge, et v'la pas qu'il fait des présentations. Je plisse les yeux, revenant fixer la fameuse Khloe. Bah ouais j'la connais. Forcément que j'la connais. En fait, j'suis presque bien content d'être autant dans le mal parce que j'aurais encore plus ouvert ma grande gueule. Juste par surprise. C'est vraiment la meuf du calendrier Victoria Secret. C'est vraiment elle. Genre en chair, en os, et en nuisette. Dans le putain de salon de Carter. Sa putain de meuf c'est elle. Je ramène mes deux mains devant mes yeux et je les frotte un peu. C'est gênant de ouf, en vrai. Pourquoi j'ai parlé de ce foutu calendrier à voix haute moi ?

C'est ma nuque que je frotte un peu. Putain. Les choses auraient pu être mieux. J'aurais pu me réveiller avec Amy. Faire des vannes chelous sans être gêné. Matter sans risquer de m'en prendre une. Voire deux. Parce qu'elle a l'air d'être remontée comme une pendule Suisse l'autre là, avec ses grands yeux.

Les présentations sont faites. Et elle est pas contente. Elle repart sur cette histoire de calendrier à branlette. Quand j'entends sa voix, sa colère assez mal contenue... ça m'agace. Ça m'agace de ouf même parce que chaque décibels font fibrer les cloches de ma migraine. C'est comme une agression caractérisée ça. En plus j'aime pas bien le ton. Genre son taulard de pote. Elle a de la chance que je sois assis et à moitié coincé derrière la table. Le matin, avec la gueule de bois, je suis pire que mauvais moi.  

« Oulala, mais elle va se calmer Miss Monde là ? Tu crois que les gens achètent ces calendriers pour le paysage et le filtre des photos p'tete ? »

Ta gueule Jackson. Ta gueule.
Non mais bon, c'est vrai qu'elle saoule là. On peut pas avoir une gueule de bois de ouf tranquillement, sans se faire emmerder par une nana gaulée de ouf ?

« C'est bon quoi... l'halu restait le plus probable vu la situation. On s’attend pas à croiser un mannequin connu au réveil hein... »

Bon bref, je me bastonne avec moi même pour me relever, râlant, pestant, grognant. J'ai plus de sang dans la jambe gauche, je dois sautiller sur la droite en l'agitant pour chasser les fourmillements et l'engourdissement salement désagréable, le tout en faisant quelques signes de la main pour désigner les destinations plausibles vu l'endroit où j'me trouve.

« J'ai besoin qu'on m'indique assez rapidement l'endroit adapté pour dégueuler le plus proche... ainsi qu'un évier. »

Pour me rincer la gueuler après la fête à Raoul. Logique hein.

« Non mais j'suis sérieux, j'vais vraiment recracher mes tripes dans les vingt secondes à venir. »

Perso, j'suis encore fumé comme un saumon. Alors que je claque une quiche maintenant là, de suite sur la gueule du chien, ou dans des chiottes, c'est plus ou moins du pareil au même. Mais bon...la maison est sympa, ça m'emmerderait de niquer le plancher.
avatarJackson Callahan
Administrateur
Jacky Les Bons Tuyaux
Captain Badass

Administrateur Jacky Les Bons Tuyaux Captain Badass
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/02/1990 à : New York Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 107 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 13/11/2017 Dans la vie, je suis : du genre à me démerder. Côté cœur, je suis : libéré, délivré ?

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'étrange Noël de Monsieur Jax    

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
L'étrange Noël de Monsieur Jax
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» monsieur Jambou
» Un bien étrange rêve...
» Requête auprés de Monsieur le frére du roi
» Le passeport de Monsieur Rouzier s'est-il perdu dans le courrier ?
» Bonne fête monsieur le président!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  ::  :: Bronx :: Les logements-
Sauter vers: