Vous souvenez-vous de vos débuts dans le monde du RPG ? Quand tout cela a commencé ? Nous, oui, et nous le regrettons amèrement. Replongeons-nous dans le passé !
 
Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Futur(s) New Yorkais,
C'est la pénurie de personnages féminins, cette fois-ci.
Favorisez les filles, s'il vous plaît.
Les garçons peuvent être créé, malgré tout, nous tentons juste de rééquilibrer les choses Smile

Partagez | 
 

 Rodéo Club {PV Eden}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: Rodéo Club {PV Eden}   Mar 9 Jan - 11:01

Samedi soir, minuit et demi.

Quand tout le monde se gèle les glawis sous le vent glacial, moi, j'suis en t-shirt sous ma veste de motard, à laisser entrer, ou pas, les gens qui se pressent devant l'entrée du Eden's Coyote Ugly Show. Là-dedans, y'a tout un tas de minettes qui se trémoussent sur le bar à horaires réguliers, mais aussi tout un tas de types qui peuvent péter une pile à tout moment à cause de la piche. J'suis donc là, avec mon collègue du soir, Carter, pour limiter les problèmes dehors, mais aussi à l'intérieur.

Avant l'service, j'ai du m'enfiler pas loin de deux litres de bibine sous l'oeil un peu grognon de la patronne qui malgré tout, s'étonne de ma capacité à ne pas m'imprégner de l'alcool que contient la bière... Vu ma carrure, j'ai besoin de plus que ça pour être d'équerre, mais elle a du mal à piger comment c'est possible. Et surtout, elle kiffe pas trop l'idée que l'on boive comme ça avant de bosser. J'ai juste eu à dire que ça m'réchauffe et.. De toute façon que voulez vous qu'elle me dise de plus ? J'suis pas bourré, j'fais mon taff donc...

Bref.

Carter à sorti son manteau d'aviateur, avec son col mouton, et j'avoue m'être un peu foutu de sa gueule pendant toute la soirée. On se chamaille donc devant l'entrée, gentiment, bon enfant, lorsque je jette un oeil à l'intérieur du bar en faisant rentrer deux nanas. Y'a un groupe de mec devant le bar qui semble un peu excité et comme le show attendu de la patronne doit commencer dans moins de dix minutes, je file une petite tape sur l'épaule de Cartouche pour lui dire :

"J'vais dedans, y'a Eden qui va pas tarder à monter, et y'a lui et lui là-bas qui sont un peu trop énervés."

J'montre du doigt deux type du petit groupe qui s'agitent et font un peu n'importe quoi, ce qui à le don de me rendre archi-méfiant. Carter acquiesce et se place tout seul devant la porte. Vu la largeur de ses épaules, ça ne pose aucun problème... Moi, j'rentre donc. Je commence à cerner la foule du haut de mes deux mètres, j'observe et garde un oeil sur les blaireaux devant le comptoir. Le premier qui moufte, j'me le fais.
avatarSören Svensson
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 29 ans et je suis né(e) le : 12/12/1988 à : Stockholm, en Suède. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 11 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 23/12/2017 Dans la vie, je suis : LOADING Côté cœur, je suis : un habitué des trucs courts et sans prises de tête.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rodéo Club {PV Eden}   Mar 9 Jan - 15:13

Une soirée comme une autre, pour moi. Je suis au bar et je remplis parfaitement mon rôle de barmaid, rinçant le gosier de tout les abrutis qui étalent leur pognon devant moi. Tu payes pas, je ne te sers pas, c'est la règle. Le but, c'est de faire du bénéfice. Faut les payer, les fournisseurs. Les seuls que je rince à l'oeil, ce sont mes employés. D'ailleurs, Sören, il est chaud ce soir. Il s'est enfilé deux litres de bière, si ce n'est plus, sous mes yeux et ça me contrarie. Quoi que contrarier, c'est un grand mot, quand on voit le gaillard. En réalité, je ne veux juste pas que mes employés consomment pendant leur service. Pourtant, je ne dis rien parce que je sais que le travail est fait et même très bien fait. C'est Carter le plus sage des deux. Pareil que précédemment. Sage est un grand mot dans la mesure où il a bientôt encastrer un mec contre la devanture de l'établissement parce qu'il forçait le passage pour entrer et qu'il jugeait qu'il ne remplissait pas les critères. Je suis fière de mes avions de chasse. Baraqués, tous autant qu'ils sont. Beaux. Beaufs. Prêt à péter des dents si ça tourne mal. Je ne pouvais pas faire meilleur choix. Entre Carter, Jax, Sören et Lars. Tous des monstres, à leur façon. Les frères Hercules, je crois que c'est les pires. Tu les vois, t'as juste envie de ne plus exister ou de les acheter pour qu'ils évitent de te dégommer la tronche avec un seul doigt. La soirée s'annonce tranquille, en dehors du débordement qu'il y a eu à l'entrée. Les minutes défilent à une vitesse folle et il est temps pour Amy et moi d'entrer en scène. Amy, c'est la seule avec qui j'accepte de partager mon trône dans le sens où c'est ma copine et qu'elle et moi, on est comme les doigts de la main. On se met en condition, on annonce le show dans les règles de l'art et nous entrons en action, bouteilles en main. Je les vois, ces petits merdeux, en première ligne. Ils sont un petit groupe. Quatre ou cinq à tout casser et y en a deux qui sortent du lot. Ils sont jeunes. Ils doivent être tout juste majeurs, j'imagine. Y a celui qui dirige la bande, celui qui pense pour tout le monde, le peureux et les toutous nerveux, prêt à péter de la gueule pour montrer qui ils sont alors qu'en réalité, ils ont que dalle dans le calecif. Amy et moi, nous nous laissons pas déstabiliser le moindre du monde. Il y a foule, ce soir, comme chaque soir, d'ailleurs. Je me penche en même temps qu'elle pour rincer les gosiers de nos assoiffés, sauf que ça ne se déroule pas comme d'habitude, au moment où nous les lâchons et où nous reprenons notre danse. On se fait choper comme des grosses merdes, sur l'épaule des deux chiens galeux en rut. La règle d'or : ne pas toucher à la marchandise et en l'occurrence, nous.
avatarEden Montgomery
Fondatrice Coyote
Fondatrice Coyote
j'ai : 36 ans et je suis né(e) le : 28/04/1981 à : Houston, Texas, U.S.A. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 22 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 17/11/2017 Dans la vie, je suis : propriétaire du Eden's Coyote Ugly Show et Coyote. Côté cœur, je suis : libre comme l'air.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rodéo Club {PV Eden}   Jeu 11 Jan - 11:20

Y'a toujours des gens qui peuvent pas s'empêcher de me fixer comme si j'étais une erreur de la nature, le truc un peu trop grand, un peu trop massif et peut être un peu dangereux pour autrui si je venais à perdre le contrôle... Ils ont raison. Ils ont raison d'se méfier parce que ma foi, si j'ai été employé ici, c'est pas pour rien. C'est pas pour rien non plus si on est pas deux en salle, et deux dehors. Un seul de nous suffit pour calmer les écarts généralement. On a pas forcément besoin d'user de la violence, nos physique servant généralement à eux seuls à dissuader n'importe qui de vouloir jouer au gros dur.

Mais eux...

Ces petits connards que j'ai en ligne de mire depuis le début de la soirée, ils ne semblent pas convaincus que j'pourrais littéralement les fracasser sur le comptoir si l'envie me prend. Et plus j'les regarde rouler des mécaniques, plus ma mâchoire se serre, signe que ma patience s'effrite peu à peu. J'bouge pas pour le moment, j'ai même pas d'avertissement à donner parce que à part être remuants, y'a pas grand chose à redire à leur comportement. J'sais juste d'expérience que ce genre de kékés des plages, ça fini forcément par faire le truc de trop.

Et le truc de trop, il arrive bien vite en définitive.

Eden et Amy, ma patronne et une de ses employées, traversent le bar de leur démarche féline. C'est très joli à voir, y'a pas de doute, mais c'pas elles que je fixe. Non, ce sont eux. Parce qu'elles se dirigent droit vers eux, parce qu'ils commencent à s'agiter de trop... Parce que ça siffle, ça braille... Et que d'un coup, j'les vois plus mes coyotes. Elles sont attirées dans la foule, l'une et l'autre perchées sur les épaules de ces deux connards. Et là, j'ai envie de dire que j'vais pas faire de quartiers parce que la règle est super simple ici : tu mates, tu payes, tu bois... Mais tu touches pas.

Un viking dans la foule.

J'pousse tout le monde de mes grandes paluches et il ne me faut que quelques pas pour débarquer au niveau des faits et des fauteurs de merde. J'me retrouve face à eux, et y'en a un qui se permet de dire :

"Eh alors, tu vas faire quoi maintenant, le colosse ? Frapper ? Tu sais quand même que c'est..."

Bim. Le poing part. J'en ai rien à foutre moi. Les petits malins comme ça, ça m'insupporte. Je récupère donc Amy d'une main pour l'assoir sur le comptoir.

"Retournes au vestiaire !"

J'ai grogné ça, parce que autour de nous, ça commence grave à s'échauffer. Je chope le deuxième par la tignasse, j'lui colle un autre coup... Et l'autre revient à la charge, pas assez sonné du premier décaissement que je lui ai collé dans le nez. J'retiens un peu mes coups... J'pas envie de tuer quelqu'un. Il se jette sur moi, me colle des pains au corps que j'sens à peine... Chargé d'adrénaline. Et ça gueule tellement autour de nous que si j'pouvais, je cramerait tout le monde... Il me faut pas longtemps pour récupérer la patronne et la mettre derrière moi, en sécurité :

"Ça va ?"

J'lui demande ça, et les deux cons continuent de chercher la merde, j'reçois un plein coup dans les dents... J'en fauche un en balançant mon poing à l'aveugle. J'bouge pas de là où j'suis, comme un immense tronc d'arbre, je protège Eden avant tout, reculant pour qu'elle puisse se mettre à l'abri derrière le comptoir... Quand c'est fait.

Là c'est plus pareil.

J'en chope un dans chacune de mes mains, et je fonce vers le mur le plus proche à grands pas pour leur écraser la tronche dedans.

"Alors enculé ? Tu fais plus le malin là !"

Derrière moi, une autre patte me chope :

"EH ARRÊTE ÇA TOI !"

C'est ce qu'on me hurle. J'me retourne, j'le chope aussi, et aussi étonnant que ça puisse paraître, j'ai qu'à lever le pied assez haut pour lui donner un coup de savate dans la gueule et le voir se ramasser deux mètre plus loin, alors que ses copains sont sonnés, assis contre le mur, le visage en sang dans leurs mains. Celui qui tombe se relève, visiblement énervé, il se jette encore sur moi.

Le con.

J'attrape par la gorge avant même qu'il arrive... J'le plaque au sol. Et là... bah là, j'perds le contrôle. Je cogne.

Je cogne,
Je cogne,
Je cogne...

Généralement c'est Lars qui m'arrête quand c'est comme ça.
Mais Lars, ce soir, il est pas là.
avatarSören Svensson
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 29 ans et je suis né(e) le : 12/12/1988 à : Stockholm, en Suède. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 11 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 23/12/2017 Dans la vie, je suis : LOADING Côté cœur, je suis : un habitué des trucs courts et sans prises de tête.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rodéo Club {PV Eden}   Jeu 11 Jan - 14:21

C'est arrivé tellement vite. Il a suffit que quelques secondes pour que tout dégénère. Amy et moi, à la merci deux imbéciles et ... Sören qui débarque et qui se sert de son arme de prédilection : son poing. Sören, c'est pas le genre de gars avec qui t'as forcément envie de te fritter. Il est aussi grand que large. Son regard en dit long sur ses intentions généralement. Logiquement, pour faire mal, il n'a même pas besoin de refermer la main et donc, de se servir de son poing. Le premier coup part alors que le chef de bande, visiblement, n'a pas fini sa réplique provocatrice. Un coup de poing dont il se souviendra sûrement un bon moment. Amy est remise sur le bar et redirigée vers les vestiaires. Je bat des jambes et je tape de mes poings dans le dos de celui qui me retient sur son épaule, pour me défaire de cette étreinte que j'aurais volontiers esquivée si j'avais pu. Ce qui est en train de se passer, je le sens mal, clairement. La foule se déchaîne, autour de nous, comme apeurée ou fascinée par ce qui est en train de se produire. Les coups pleuvent et moi, je me retrouve au milieu de tout ça, en quelque sorte, jusqu'à ce que Sören me choppe et me mette derrière lui. Je hoche la tête et je m'apprête à hausser le ton pour tenter de rétablir le calme, avec mon videur mais ça se déchaîne davantage. Il se mange un coup au moment où il s'assure que tout va bien. Pour ma part, y a pas de casse. C'était juste l'oeuvre de jeunes imbéciles dont le visage est imprimé dans ma tête. Ils sont déchaînés comme jamais et Sören, lui, il est là, comme un pilier à encaisser chaque coup reçu et à les redistribuer sans ménagement, j'ai l'impression. Planquée derrière lui, il recule et je peux me remettre derrière le comptoir. Je cherche des yeux Carter qui se trouve à l'extérieur et qui ne peut pas bouger de son poste au risque que ça déborde à l'extérieur aussi. Malheureusement, dans ce genre de cas, quand ça chauffe à l'intérieur, c'est la même chose à l'extérieur. Les gens profitent du fait que ce soit le capharnaüm pour forcer le passage. Nous sommes très sélectifs. Sören gère mais ça vrille tellement vite. Je me sens impuissante face au spectacle auquel j'assiste. Un Hercules qui chope deux gars et qui les projettent d'une puissance contre un mur. Quand je dis d'une puissance, c'est de toute sa carrure et sûrement de toute sa force. S'ils ont pas les os brisés, c'est un miracle. Son pied s'écrase contre le visage d'un troisième et là, c'est le drame. Je le vois dans son regard. Tel un animal, il en chope un énième par la gorge et le plaque au sol et se met à le cogner avec une violence qui me donne froid dans le dos. La foule panique, désormais. Ça crie de tout les côtés et je perd le contrôle de la situation. Je n'ai pas le temps de réfléchir. Si je le laisse faire, il va le tuer. Si je me met entre son poing et l'autre mec, il va me briser les os. Je n'ai pas le temps de réfléchir ... je contourne le comptoir et je me jette entre Sören et l'autre type qu'il est en train de détruire autant mentalement que physiquement parce que des séquelles, il risque d'en avoir. À demi allongée entre les deux, je prie pour la première fois de ma vie pour qu'il se rende compte de ma présence et qu'il cesse de le cogner. Je saisis ses poignets entre mes mains et je crie, le plus fort que je le peux. Sören, arrêtes ! J't'en prie, arrêtes !
avatarEden Montgomery
Fondatrice Coyote
Fondatrice Coyote
j'ai : 36 ans et je suis né(e) le : 28/04/1981 à : Houston, Texas, U.S.A. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 22 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 17/11/2017 Dans la vie, je suis : propriétaire du Eden's Coyote Ugly Show et Coyote. Côté cœur, je suis : libre comme l'air.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rodéo Club {PV Eden}   Hier à 11:55

Y'a rien qui m'arrête. Le mec essaie d'me virer d'là mais j'ai verrouillé l'truc. J'vais lui faire comprendre à ce fils de pute, qu'il peut pas faire ce qu'il veut quand il veut. Si ses darons s'en sont pas chargé, moi j'compte bien l'sécher pour le calmer. J'entends rien de c'qui s'passe autour de nous, tout c'que j'sais c'est que mon poing agit comme une véritable masse, s'écrasant au beau milieu de sa gueule qui ressemble plus à grand chose à mesure que mes phalanges cognent l'ossature de sa tronche.

Le sang me gicle à la gueule.

J'en ressens la chaleur sur mes paumes. J'vais trop loin, c'est net, mais la bête ne s'apaise pas. Elle n'en a peut être pas assez... Comme toujours. Comme à chaque fois que j'la libère de ses chaînes.

Sören, arrêtes ! J't'en prie, arrêtes !


Des doigts enserrent mes poignets, plus fins que ceux du con que je massacre. Mon attention est déviée, le poing levé, prêt à massacrer une nouvelle fois... Et j'croise son regard. Eden. Elle m'arrête en plein élan. Peut être le coup qui aurait pu mener au désastre... J'me redresse, relâche ma prise sur ce type qui peine à respirer désormais, des bulles sanguinolentes sortant de ses narines à mesure qu'il prend de grandes goulées d'air. Il est vivant, c'est d'jà ça. Mais vu le regard de la patronne, je sais bien que j'ai vraiment vraiment trop été loin, là. Elle ne s'attendait peut être pas à ça venant de moi et pourtant... J'ai pas gagné mes titres de combat de rue en caressant des joues quoi.

J'me relève. Avec une souplesse étonnante pour la masse que j'représente.

Tout le monde me regarde avec un air un peu effrayé, un peu dégoûté, un peu fascinés pour certains. Amy est revenue, derrière le comptoir, elle observe la scène et demande timidement à notre boss :

"J'appelle une ambulance ?"

J'bouge pas. J'respire vite, le poing en sang, la gueule maculée de rouge aussi... Mon regard vaque d'Eden à ma victime. Puis le silence devient tellement lourd que j'balance sans pression, levant mes paumes bariolées de sang devant moi :

"J'avais prévenu..."

Ouais nan là, j'aurais peut être du fermer ma gueule.  
avatarSören Svensson
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 29 ans et je suis né(e) le : 12/12/1988 à : Stockholm, en Suède. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 11 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 23/12/2017 Dans la vie, je suis : LOADING Côté cœur, je suis : un habitué des trucs courts et sans prises de tête.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rodéo Club {PV Eden}   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Rodéo Club {PV Eden}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Club de medecine
» C'est qui c'elle la? (PV Caillou érodé)
» Club de Shogi
» Achats groupés club?
» Parties / Campagnes / jeux / Activités au Club :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  :: New York :: Manhattan :: Eden's Coyote Ugly Show-
Sauter vers: