Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Futur(s) New Yorkais,
C'est la pénurie de personnages féminins, cette fois-ci.
Favorisez les filles, s'il vous plaît.
Les garçons peuvent être créé, malgré tout, nous tentons juste de rééquilibrer les choses Smile

Partagez | 
 

 Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageAuteur
MessageSujet: Re: Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]   Dim 18 Mar - 9:07


Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran.

Sanaa & Gabriel

• Tu sais, tu peux le dire que tu fantasmes sur moi. Tu ne seras pas la première personne !

Son air de "vaqs-y, dis moi tout" me fit glousser. Ses paroles, davantage ! Elles me mirent mal à l'aise le temps d'une seconde, celle de pouvoir observer Gabriel dans son intégralité, de bas en haut. Je remis une mèche derrière mon oreille gauche avec molesse.

• Honnêtement je ne dis pas non aux plaisirs de la chair, surtout si c'est avec un beau gosse ou une belle gosse.  En l'occurrence, Matthew Lewis est devenu super beau gosse. Mais c'est sûr que je ne voudrais pas me taper Neville ! En plus, la pédophilie, c'est pas mon truc.

Je le regardais galérer à ouvrir sa pistache, ne manquant pas l'occasion d'en saisir une pour moi-même. Et tandis que je regardais à comment l'ouvrir sans en mettre partout, j'écoutais ses mots. Et je souris. Oui parceque effectivement, la pédophilie, c'est... Je grimaçais. Mais surtout, je me rendais compte de ce qu'il me disait. Il n'était pas contre quelqu'un, ou quelque chose, du moment que cela lui paraissait beau. J'aime beaucoup le concept de cette mentalité... Ce n'est pas discriminant, c'est humain. Je souris donc en coin, un peu béate tandis que je croquais ma pistache. Quant à moi, j'ignorais encore comment je fonctionnais. En théorie, un peu sur le même principe ! Par contre, en pratique, je n'avais pas connu de nanas... Mais, parfois, j'aimerais bien.

Décidément, c'est fou ce que j'adore ce mec et sa façon de penser.

• Je comprend la chose ! Normalement, je devrais être plus ou moins dans les mêmes bases d'idées... Genre, joli, et je m'en fous de savoir ce que t'as en bas !

Je me mis à rire légèrement, terminant de mâchouiller la pistache un peu coriace. Mon regard se posa sur le film... Le serpent s'approchait d'Harry. Il l'avait libéré après tout... Le « Merrrffffffffffi....» me fit sourire en coin. Je me redressais légèrement pour me positionner sur le côté, le coude me servant de support pour soutenir ma tête d'une paume entremêlé dans mes cheveux. Je m'étais mis à deux-tiers face à mon futur colocataire. Je m'apprêtais à lui parler de cette fois-là. Mais... J'ouvris la bouche... En suspens... Puis la referma, ne quittant l'écran des yeux. Je préfère ne rien demander. J'aimerais, mais je pense que le malaise serait présent si j'ose demander pourquoi. Je me contenta juste de me pencher un peu en avant pour saisir mon gobelet Starbuck afin de terminer mon café devenu glacé. Le film s'avança petit à petit et je ne dis rien, profitant un peu de celui-ci. Après tout, on étaient là pour ça... Je déposais le gobelet, vide, une légère mousse sur les lèvres. Je la fis rapidement disparaître d'un trait de langue, concentré sur l'histoire.

avatarSanaa Niyati
Bourriquet Malicieux
Bourriquet Malicieux
j'ai : 27 ans et je suis né(e) le : 28/02/1991 à : Austin, Texas. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 118 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/11/2017 Dans la vie, je suis : Kinésithérapeute. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]   Lun 19 Mar - 19:49

En règle générale, je ne jugeais pas une personne sur son physique, sauf dans des cas extrêmes ou d'une évidence folle. Je n'allais pas ne pas lui parler et ne pas l'aimer soit disant parce qu'elle n'était pas à mon goût physiquement ou que c'était un vilain petit canard de la société. Les seuls moments où je prenais en compte le physique, c'était pour les relations charnelles parce que c'était naturel. Il fallait bien que la personne me fasse envie, que je lui trouve un charme. J'étais ravi d'apprendre que Sanaa pensait de la même façon.
Nous ne parlâmes plus pendant quand même de longues minutes. J'étais assis, adossé à l'accoudoir face à Sanaa mais je ne la regardais pas, j'avais la tête tournée vers la télévision. Nous étions absorbés par le film qui aspirait nos mots. Des fois, il m'arrivait d'avoir des moments d'absence, mon esprit s'évadait vers des souvenirs, notamment celui de ce fameux jour avec Sanaa. Et dire que j'avais réussi à ne plus y penser. Aussitôt, je chassai ce souvenir de ma tête pour me concentrer de nouveau sur Harry Potter qui était à dos de Troll des Montagnes dans les toilettes des filles.
« J'me rappelle, quand j'étais au lycée, chaque année il y avait un jour où on pouvait venir déguiser. Lors de mon année de Freshman, avec mes potes, on s'était mis d'accord pour venir déguisés en élèves de Poudlard de différentes maisons. » racontai-je pour faire la conversation.
Je préférais parler des bons souvenirs de mon passé à Sanaa plutôt que la partie sombre. Je n'avais jamais évoqué cette dernière avec elle. Je me limitais aux anecdotes à caractère sympathique. Elle savait que ma mère était décédée quand j'avais treize ans et cela s'arrêtait là. Je crois que durant toute mon enfance et mon adolescence, je n'avais jamais cessé d'attendre ma lettre pour Poudlard. Ou à défaut Ilvermorny. Lettre qui n'est jamais arrivée. Je rêvais d'un destin fantastique, hors du commun. Mais je restais planté au sol du Tennessee, sans balai magique, sans réseau de cheminée, sans Poudlard Express.
« J'aimerais trop aller en Angleterre et visiter les studios d'Harry Potter. Pas toi ? Promets moi qu'un jour tu me paieras ça pour mon anniversaire. Sinon j'te boude. » dis-je avec un petit sourire.
avatarGabriel Rosenbach
Porcinet Consciencieux
Porcinet Consciencieux
j'ai : 24 ans et je suis né(e) le : 14/02/1994 à : Versailles, France. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 179 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 26/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant en langues étrangères et serveur. Côté cœur, je suis : Célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]   Lun 19 Mar - 21:13


Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran.

Sanaa & Gabriel

Lorsqu'il me entreprit de me parler de son époque lycée, tout en évoquant l'idée de se déguiser en élève de Poudlard, je souris en coin. Je l'imaginais bien en Gryffondor. Et moi, en Serpentard. Il aurait bien une tête de brave... Avec des lunettes et une cicatrice, l'illusion serait parfaite, tiens ! Mieux que l'original, je trouve. La pensée fut agréable, elle eue le mérite de m'arracher une belle grimace d'amusement quelques instants. Je me tournais vers lui pour écouter la suite de son récit, à mi-face devant lui, n'ayant qu'un faible sourire en coin comme expression.

• J'aimerais trop aller en Angleterre et visiter les studios d'Harry Potter. Pas toi ? Promets moi qu'un jour tu me paieras ça pour mon anniversaire. Sinon j'te boude.

Je me décollais légèrement du sofa pour m'étirer, ma tête partant en arrière, dévoilant ma gorge. J'en profitais même pour me craquer un peu de nuque, me laissant retomber tel un sac lourd de farine contre mes coussins. Je remis un genou plié contre moi, l'enserrant de mes propres bras. Et je me mis à rire face à ses menaces.

• J'avais déjà regardée pour le faire, ce tour de Londres + Studios d'Harry Potter ! C'était pas si cher ! Et j'te l'offrirais, si c'est ce que tu veux ! Opportuniste... !

Je me penchais en avant pour saisir une poignée de pistaches, que j'observais avec attention pour comprendre laquelle j'aurais pu ouvrir aisément, la main gauche prise par ma petite poignée.

•  De toute façon, tu dis que tu me bouderais mais je SAIS que tu ne bouderais pas longtemps, avec moi.

J'osais sourire davantage, plus franc, plus sincère. Je me souvins de cette altercation entre lui et Castiel, l'autre jour, dans le bar. Il est vrai que cette fois-là, j'avais putain de ramé pour pouvoir le calmer. Je levais les yeux vers lui, arrivant à casser la coquille d'une pistache entre deux doigts.

• ... Quand j'arrive à avoir ton attention, j'peux faire en sorte que tu ailles mieux. En tout cas,  je crois. Enfin, j'espère... ! Comme avec Castiel...

Je levais le visage pour laisser tomber le fruit à coque dans ma bouche, que je mâchais goulûment. J'adore les pistaches. Et tandis que je me délectais de son goût, je chipotais aux autres, secouant ma paume quelque peu.

avatarSanaa Niyati
Bourriquet Malicieux
Bourriquet Malicieux
j'ai : 27 ans et je suis né(e) le : 28/02/1991 à : Austin, Texas. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 118 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/11/2017 Dans la vie, je suis : Kinésithérapeute. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]   Lun 26 Mar - 19:38


Sanaa me traita d'opportuniste, ce qui me fis rire. Elle savait parfaitement que c'était faux. En fait, je donnai beaucoup plus que je ne recevais, en bon pigeon que j'étais. La seule condition était juste que je ne m'en rende pas compte ou bien que je sois assez attaché à la personne pour tout laisser passer. Sur Pottermore, le Choixpeau m'avait envoyé à Poufsouffle. Mais j'avais fait le test il y avait de cela assez longtemps et que je me demandais à quelle maison j'aurais appartenu à ce jour. Il allait falloir que je repasse le test.
« Qui te dit que je vais pas te bouder longtemps ? » lui demandai-je, avec un léger sourire.
Je la regardais grignoter ses pistaches tandis que je m'emparai du bol de chips nature. Sanaa me donna alors un argument assez valable. Elle commençait à bien me connaître. Elle évoqua même l'épisode avec Castiel. Elle savait que j'étais de nature parfois impulsif, tout comme j'étais râleur. Mais si on parvenait à focaliser mon attention sur autre chose, je me calmais relativement aisément, même si je n'oubliais pas pour autant. Parce que j'avais la rancune tenace, aussi. Non, je n'avais pas mauvais caractère, à peine. Si on ne venait pas me prendre la tête ou quoi, tout allait bien.
« C'est pas faux, tu marques un point. »
Je me rappelai alors que j'avais quelques bricoles à lui raconter. Elle était devenue la personne à qui je me confiais le plus. Je ne me sentais pas jugé avec elle et elle n'était pas facilement choquée. J'aurais pu lui avouer un truc totalement obscène et incorrect qu'elle n'aurait pratiquement rien dit à côté de certaines personnes. Bien que je n'eus rien de ce genre à lui dire. Je mangeais quelques chips avant d'essuyer mes mains avec un sopalin pour me débarrasser du sel et de la sensation de gras qui restaient sur mes mains. Je m'amusais à chercher les chips les plus rousses et les plus pliées.
« Au fait, je ne t'ai pas dit. A propos de Lazulis. Tu vois la femme dont je te parlais, qui a un adolescent. J'ai décidé de ne plus la voir. » dis-je avec détachement.
C'était une bien longue histoire et qui m'avait beaucoup énervé. J'étais un humain. Pas une image. C'était dommage, je l'appréciais beaucoup mais les choses avaient qu'on ne pouvait pas continuer ainsi. Je ne l'aurais pas supporté.

avatarGabriel Rosenbach
Porcinet Consciencieux
Porcinet Consciencieux
j'ai : 24 ans et je suis né(e) le : 14/02/1994 à : Versailles, France. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 179 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 26/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant en langues étrangères et serveur. Côté cœur, je suis : Célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]   Mar 27 Mar - 16:50


Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran.

Sanaa & Gabriel

• Qui te dit que je vais pas te bouder longtemps ?

C'était vraiment une question ? Mon rire essayait de paraître discret, mais c'était raté.

•  ... Quand j'arrive à avoir ton attention, j'peux faire en sorte que tu ailles mieux. En tout cas,  je crois. Enfin, j'espère... ! Comme avec Castiel...

• C'est pas faux, tu marques un point.... Au fait, je ne t'ai pas dit. A propos de Lazulis. Tu vois la femme dont je te parlais, qui a un adolescent. J'ai décidé de ne plus la voir.

•  ... !

Mon regard se tournait alors vers lui. J'étais réellement surprise ! Il m'en avait tant dit, non pas spécialement en éloges mais disons qu'entre son amour pour lui, le fait qu'il se contentait de la voir, qu'elle ne voulait pas se détacher de lui telle une tique et cette obsession oppressante pour ce gars, là... Un acteur ? J'étais plutôt étonnée qu'enfin, il décide de quelque chose à son sujet. Je reposais donc les pistaches, me concentrant sur ce qu'il venait de m'avouer.

• ... Ah ! Et... Elle sait ? Tu lui as dis ? Parce que... Je l'imagine fondre, ou partir en petits morceaux de mouchoirs. Non pas qu'elle soit méchante, ou qu'elle le mérite, non. C'est pas ça, c'est que... Elle s'accrochait...

Mes épaules s'affaissèrent... Et j'observais la table avec une certaine tristesse. J'avais ponctuée ma phrase de petits éclats de voix dans les mots, comme les mégères le feraient pour dénoncer quelque chose de scandaleux, enfin voyons ! Sainte Mère de Dieu !. Mais là... Je me souvenais de ce qu'elle lui avait dit. De ce qu'elle avait voulue lui montrer. Je ne l'avais vue qu'en photo mais son récit la concernant m'avait touché. J'étais a la fois dégoûtée pour elle et contente pour lui. Une femme amoureuse à sens unique, surtout si elle l'est AUSSI d'un autre, ce n'était pas bon, déjà à la base. Je me caressais la jambe, pensant à toute leur histoire, même si c'était un grand mot.

• ... Elle a fait quelque chose pour que tu décides cela ?


avatarSanaa Niyati
Bourriquet Malicieux
Bourriquet Malicieux
j'ai : 27 ans et je suis né(e) le : 28/02/1991 à : Austin, Texas. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 118 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/11/2017 Dans la vie, je suis : Kinésithérapeute. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]   Mer 28 Mar - 20:06


Sanaa sembla surprise de ce que je lui annonçais. C'était peut-être un peu direct la façon dont je lui en faisais part, elle me regardait avec de grands yeux ahuris. Elle se mit à m'interroger, tout naturellement. Elle avait l'air de ne pas en revenir. Sanaa était une fille qui ressentait beaucoup d'empathie, je voyais un air de tristesse vaguement se dessiner sur son visage. Il était vrai que c'était triste pour Lazulis mais cela valait mieux pour elle autant pour moi, au final. Je dois avouer qu'au départ, la décision de couper les liens était une initiative totalement égoïste de ma part, j'avais ça sans aucune charité d'âme. Et je le regrettais mais je ne pouvais plus le changer. Je mis pas mal de temps avant de me décider de répondre à Sanaa, cherchant comment formuler mes phrases, histoire de ne pas encore dire quelque chose que j'aurais pu regretter ou que je ne pensais pas vraiment qui m'aurait fait passer pour le premier des enfoirés.
« En fait, pendant une dispute je lui ai dit que je voulais qu'on arrête de se voir et après je suis parti. Tu vas sûrement me demander pourquoi on s'est disputé. On était ensemble, on venait de passer un bon moment. Et là, direct après, elle saute sur son portable mais au départ je le prends pas mal. C'était peut-être pour voir des nouvelles de son fils ou que sais-je. En fait nan, c'était juste la dernière photo de Walter Donovan. Comme si ça ne pouvait pas attendre quelques minutes. C'était rien mais c'était la goutte d'eau qui a fait débordé le vase. »
Je ne lui précisai pas qu'au début, elle imaginait que j'étais Donovan. Je l'avais encore au travers de la gorge, cette anecdote.
Avec le recul, je me disais vraiment que c'était une bonne chose pour elle qu'on ne se voit plus. J'étais incapable de lui donner ce qu'elle attendait de moi. Même si je pensais avoir été clair sur ce point, il y aurait pu avoir une ambiguïté dans l'esprit de Lazulis. Et cela allait inévitablement lui faire du mal. Je savais que c'était difficile émotionnellement parlant d'être amoureux d'une personne que l'on voit régulièrement sans que cela soit réciproque.
« C'est mieux pour nous deux, finalement. Ça l'aurait fait souffrir car j'aurais pas pu lui donner ce qu'elle voulait. La façon dont je l'ai "quitté" entre guillemets est la seule chose que je regrette. On avait pas les mêmes attentes. Si on s'était mis ensemble, j'aurais fini par la tromper. »
Je pensais avoir été assez clair dans mes explications même si je passais sous silence beaucoup de précisions De toute façon mon récit aurait été trop dense, sinon. J'avais peur d'avoir été trop brute sur mes dernières paroles, mais c'était la vérité. Je pris ma boisson du Starbuck dont il restait un fond que je finissais en deux ou trois gorgées avant de la reposer sur le sol tandis qu'Harry, Ron et Hermione étaient devant le chien à trois têtes pour passer dans la trappe.
avatarGabriel Rosenbach
Porcinet Consciencieux
Porcinet Consciencieux
j'ai : 24 ans et je suis né(e) le : 14/02/1994 à : Versailles, France. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 179 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 26/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant en langues étrangères et serveur. Côté cœur, je suis : Célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]   Dim 22 Avr - 20:34


Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran.

Sanaa & Gabriel


• [...] Si on s'était mis ensemble, j'aurais fini par la tromper.

J'entendais ses gorgées de café froid du Starbuck parcourir sa gorge, d'un bruit sourd et profond, avant d'entendre le même gobelet se poser au sol à ses côtés. Je ne su répondre à ses arguments. Il est vrai qu'elle avait toujours paru étrange, auprès de moi. Qu'elle était très "passionnée" dans la vie, toujours à fond, à 200% de ce qu'elle devrait aimer. Mais malgré cela, j'arrivais à penser qu'elle méritait quelque chose de bien. Et au fond, je sais que Gabriel est quelqu'un de TRÈS bien. Seulement, il m'expliquait que leurs attentes n'étaient guère les mêmes. Sur ce coup là, c'était un gros point, qu'il marquait.

• ... Bah... Oui, si c'est pour voir les choses comme ça, alors oui, c'est mieux pour elle... Mais je n'ai juste pas envie qu'après ça, elle tombe sur un mec complètement pourri alors qu'elle avait un gros potentiel assez bien pour fabriquer quelque chose. Sauf si, toi, t'étais pas prêt à commencer ça ? Parce que tu dis que t'avais pas les mêmes attentes mais.. Parce que c'est ELLE, ou en général ? Genre, tu la voulais que pour son cul, vulgairement dit, ou pour essayer un truc à long terme ? Plutôt en plan cul, j'ai l'impression... Ou alors, elle ressemblait pas assez à Matthew Lewis ?

Sur cette tirade, je souriais de toute mes dents. J'imaginais Neville avec de longs cheveux et OH MON DIEU. Je me pouffais à rire !


• Tu veux que j'aille me dessiner un peu d'barbe avec un marqueur et que je mette mes cheveux en arrière ? Y a moyen hein ! Pas pour les abdos mais j'te jure qu'au fond de ta tête, y a moyen que tu les imagines sur moi !!

Je partais réellement dans mon rire ! Je me rendais bien compte que ses dires n'étaient que des nouvelles "graves et lugubres" mais je détestais ce genre d'ambiance. C'est bien, de se parler de choses essentielles qui nous incombent mais je préfère voir le bon côté des choses. Et pendant ce temps, j'occupais mon esprit à imaginer mon propre corps se changer en Lewis.

• OH !! J'ai même de quoi me rembourrer le slip, si tu veux plus de réalisme ! T'auras une belle soirée, alors, là !!!!

Je tendais déjà mes paumes en avant pour m'éviter un coup de coussin de sa part ! Tandis qu'une fois la trappe passée avec le chien à trois têtes, les clés volantes scintillaient à l'écran, dans cette pièce immense, avec un balai à disposition. Leurs tintements aigus offraient une certaine douceur à cet instant.

avatarSanaa Niyati
Bourriquet Malicieux
Bourriquet Malicieux
j'ai : 27 ans et je suis né(e) le : 28/02/1991 à : Austin, Texas. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 118 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/11/2017 Dans la vie, je suis : Kinésithérapeute. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Appartement de Sanaa — "Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran." [PV Gabriel Rosenbach]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  ::  :: Manhattan :: Les logements-
Sauter vers: