Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Futur(s) New Yorkais,
C'est la pénurie de personnages féminins, cette fois-ci.
Favorisez les filles, s'il vous plaît.
Les garçons peuvent être créé, malgré tout, nous tentons juste de rééquilibrer les choses Smile

Partagez | 
 

 So, it's begin... — EiRon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageAuteur
MessageSujet: Re: So, it's begin... — EiRon   Mer 7 Fév - 17:41


Je savais pas réellement ce que je devais penser. J’étais quelqu’un de nature assez naïve de base, et là, au début, je m’étais pas vraiment rendu compte qu’Eitel s’amusait clairement avec moi. En vérité, je cherchais toujours à me persuader du contraire, parce que bon, des jouets, il peut en avoir par centaine. Alors si je suis toujours ici, à sa botte, c’est sûrement pour plus que de l’amusement ? Que je fais bien mon travail ? Je l’espérais. Je prenais beaucoup sur moi, et l’une de mes plus grandes frayeurs c’était de perdre ce travail. Alors oui, il prenait beaucoup de mon temps, de mon énergie, et empiétait sur ma vie privée… Mais à côté de ça, je pouvais mener une petite vie cosy et tranquille avec Sam, et aider aussi ma mère, en subvenant à ses besoins. Une aubaine pour un gosse comme moi qui n’a pas fait de multiples études. J’étais un assistant qui se donnait corps et âme, et ça marchait. Encore pour un moment, je l’espère, vu comment Eitel se lasse…

Dans le studio, alors que des femmes sont en train de s’affairer à le maquiller légèrement, et à le recoiffer, il me pose une question sur ses cheveux. Est-ce que je dois me renseigner sur les dernières modes avant de lui répondre ou est-ce que je dois donner mon avis ? En même temps, si je ne lui donne pas de réponse immédiate, il ne va pas apprécier. Donc la réponse à ma propre question était toute faite.

— Ça dépends, ça reste à la mode. Mais éphémère. Faut pas que tu gardes ça plus de deux semaines…

A force de vivre avec des stars et dans leurs univers, on savait comment elles fonctionnaient. Tout était question de mode, d’attention, flashy, bling bling, etc. Toujours.

— Pour la couleur, va doucement en premier, pas trop flash. Après tu pourras. Essaye bleu… Je sais pas.

Il n’avait qu’à demander à son fameux pote Caïn, justement. Ce mec est passé par toutes les coupes, les couleurs, les allures, les styles… C’était du grand n’importe quoi et le pire c’est que ça plaisait. Enfin, j’imagine que je l’aimerai bien, ce type, si je connaissais pas sa véritable personnalité. Ils font la paire avec Eitel, c’est un des signes de l’apocalypse quand on les voit ensemble, déjà.

Quand Eitel revient, je suis assis avec mon téléphone. Non pas pour jouer à un quelconque jeu, mais toujours en train d’échanger avec son agent ou d’autres partenaires. Je planifiais aussi les transports pour la soirée. Soirée que j’aurais tout fait pour faire annuler si j’en avais le pouvoir… Et je prévoyais de quoi manger ce midi.

— Nan, ça va, je sais que tu reviens toujours bien vite.

Je souris. J’essaye de me détendre à ma manière aussi. Je me lève, verrouillant mon téléphone, et le mettant dans ma poche, quand il me dit vouloir aller manger. Mais bien entendu, ça, j’avais pas anticipé, ce qu’il voulait manger. Alors même si ça me faisait chier, je passais un simple coup de fil pour annuler. J’avais réservé une petite table dans une de ses brasseries chic qu’il aime bien. J’appelais avant pour qu’ils lui donnent une table éloignée, pour que personne ne le remarque. J’avais l’impression d’être un bodyguard sans la carrure, parfois.

— Va pour le tacos.

Je ne réfléchis pas, et je commande via mon téléphone. La nourriture arrive trente minutes après, dans la loge que nous pouvons emprunter encore un petit moment avant de repartir au studio pour se préparer pour ce soir. Je dépose son tacos sous ses yeux, moi je ne me suis rien pris, j’ai l’estomac noué a force de courir partout. Je n’ai même pas faim. Je le laisse manger.

— Je vais profiter du temps ou tu manges pour me laver ici et prendre de l’avance pour ce soir. J’en ai pas pour longtemps.

Il fallait bien que je me lave aussi après tout. Je file alors dans la petite salle de bain de la loge, et je me déshabille, pour me détendre le peu de temps que j’ai pour moi.
avatarAaron Smith
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 27 ans et je suis né(e) le : 02/07/1991 à : Lakewood, New Jersey. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 15 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 09/01/2018 Dans la vie, je suis : Assistant d'Eitel Brown. Côté cœur, je suis : En couple, et heureux... ?
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So, it's begin... — EiRon   Ven 16 Fév - 13:10


Aaron & Eitel

Et tu n'as encore rien vu...


Mes cheveux ont toujours été naturels. Jamais je n'y avais touché jusqu'à maintenant, mais l'envie de commencer se faisait sentir. Peut-être le besoin de changement, ou bien juste en avoir marre de voir la même tête dans le miroir jour après jour. Puis je suis le genre d'homme qui souhaite tout tester avant de passer l'arme à gauche, alors même s'il ne s'agit que de coiffure, c'était toujours un pas dans la nouveauté. Et puis ça me ferait un petit post Instagram en plus. Encore une chose qu'Aaron gérait pour moi.

Et vous savez quoi ? Son avis là, bah au fond, il n'est pas con ! Il est vrai qu'il ne faut pas garder ce genre de fantaisie très longtemps, au risque de passer de cool à ringard avant d'avoir eu le temps de comprendre. Et le bleu... ça me fait chier de l'admettre, mais oui, ce n'est pas une mauvaise idée. Le bleu pouvait être sympa, surtout s'il est genre... roi, ou quelque chose comme ça. Un beau bleu, sans être électrique. Je ferai ça dans la semaine. Tu me programmes ça ? J'veux un expert par contre, pas le coiffeur du coin. On parlait de mes cheveux quand même.

L'interview avait été simple, les fiches d'Aaron m'ayant déjà préparé à la question la plus personnelle, ou celle ayant besoin d'explication. Tout s'est bien passé, et j'avais pu partir relativement rapidement. Comme d'habitude, il traine sur son téléphone. Tu devrais te le faire greffer à la main. Ironique, car je sais très bien que c'est à cause de moi qu'il l'a toujours à côté. Pour mes rendez vous, mes problèmes, mes envies. Surtout mes envies.

Aaaaah mon tacos ! ça c'était une bonne nouvelle, je n'ai pas pour habitude de manger ces merdes là, mais parfois, j'aimais bien m'accorder des frites pleines de sauces et tout ce qui va avec. Un truc bien gras, qui obligera mon agent à me dire que je suis un con qui doit garder la ligne si je veux garder mon partenariat avec une marque de parfum... Ce n'est pas faux. Cool ! Il gère le truc, et j'ai enfin le Graal entre les mains. Tu bouffes pas ? ça ne m'empêche pas de moi bouffer. Et c'est teeeellement bon ! Il me dit vouloir se laver, je ne relève pas. Si ça lui fait plaisir hein. Ouais, vas y.

Du coup, me voilà tout seul dans la loge, en tête à tête avec mon tacos. Je prend mon téléphone personnel, et y met de la musique, pendant que je mange. Sauf que... Une belle tache vient se mettre sur ma chemise, empruntée. Merde, ça, c'est con ! Je finis quand même de bouffer, et me lève, direction la petite salle de bain. Aaron est déjà sous l'eau, mais.. Comment dire. Oui, c'est ça ! J'en ai rien à branler. J'ouvre la porte vitrée, histoire de lui montrer. Aaron ! J'ai niqué la chemise, faut que tu m'en trouves une autre avant de sortir d'ici. Je me doute que pour la soirée j'aurais une autre tenue, mais quand même, là c'était parfait pour que les paparazzi prennent une photo de ma chemise pleine de sauce et commence à dire de la merde. Je ne veux pas être vu comme un con qui ne sait pas manger !

Au pire attend ! Je prend la tienne. Bon on ne fait pas vraiment la même taille, mais ça ira bien. Je prend sa chemise, et la passe, avant de prendre mon kit, comme il l'appelle, avec ma brosse à dent et le reste. Alors oui, pendant qu'il finit sa douche, moi je me brosse les dents, normal. La brosse dans la bouche, le dentifrice qui déborde sur les commissures de mes lèvres, je relève la tête vers mon jeune assistant. Tu t'es grave affiné en vrai ! Tu fais du sport, en plus de ta grève de la faim ? Je ris, doucement, et crache dans l'évier, avant de partir de la pièce, le laissant terminer tout seul.

Mais je sais pertinemment que je pourrais le rendre beaucoup plus mal à l'aise, avec quelques remarques.

Code by Fremione.

avatarEitel Brown
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 04/05/1990 à : New-York Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 27 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 09/01/2018 Dans la vie, je suis : chanteur. Côté cœur, je suis : collectionneur.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So, it's begin... — EiRon   Sam 17 Fév - 19:18


J’étais pas de si mauvais conseils, finalement… Eitel semblait emballé à l’idée de se colorer les cheveux en bleu. C’était un truc un peu dans le vent, c’est derniers temps, mais il lui fallait un bleu plus discret, tout en étant voyant, enfin, de toute façon, c’était mon boulot de lui organiser ça, et j’avais pas intérêt à me foirer… Autant ça faisait un petit moment maintenant que je faisais ce boulot, autant je n’étais jamais à cent pour cent sûr de ce que je faisais. J’avais toujours peur que ça ne lui plaise pas, capricieux comme il est… Ça ne serait pas étonnant. Même si je faisais le meilleur truc, il serait capable de le contester. Enfin bon.

— Je te programme ça. Et oui, c’était pas mon intention de t’envoyer chez Saint Algue, hein…

Je note ça directement dans mon téléphone d’ailleurs. Puis j’ai le temps de programmer ça, pendant qu’il passe son interview. J’appelle un spécialiste coloriste à Manhattan, et je lui réserve une bonne partie de l’après-midi pour le rendez-vous d’Eitel. J’ai même choisi le coloris qu’il doit préparer… J’espère que ça lui ira. Le coiffeur me l’avait demandé, pour faire les bons mélanges, et savoir si il avait tout ce qu’il fallait. Il me faisait confiance, j’étais quasiment sûr que ça allait lui plaire. Mais bon, on ne sait jamais.

Quand il revient, il me fait une remarque sur mon téléphone. Ah ça, si je pouvais me le greffer… Il en est abîmé légèrement tellement je passe ma vie dessus. Enfin, il sait très bien que c’est un besoin professionnel. Avant ça, je n’étais jamais sur mon téléphone, j’étais bien loin de ça. Mais là, j’en ai vraiment l’utilité. Sans ça, je pourrais pas travailler. Du coup, je ne réponds pas, et je le laisse manger, le prévenant que je vais me doucher. Si je pouvais au moins m’accorder ça… Parce qu’après j’aurais pas le temps. Et j’ai pas envie d’arriver mal sapé et pas lavé à une soirée super importante.

J’entends, sous la douche, qu’il met de la musique. Je profite du moment de tranquillité… Je me met sous l’eau chaude, et je lance ma tête en arrière, comme pour me plonger dans ma petite bulle. Mais celle-ci est bien vite percée… Je sursaute comme une nana en me tournant de moitié pour pas qu’il voie mes attributs, quand il ouvre la porte vitrée un peu embuée, dégageant l’eau de mon visage d’une main.

Ne dis rien, Aaron, ne dis rien…

— Bon sang, Eitel.. ! La porte !

Je disais ça autant par pudeur que parce qu’il avait tâché sa chemise. Il manquait plus que ça. Déjà que c’était pas la bonne, en plus, il la salit. Puis sans que j’aie le temps de dire quoi que ce soit, il pique la mienne. Et moi je porte quoi après ? J’imagine que je vais devoir m’en trouver une autre…  Je ferme la porte, et je soupire… J’vais bien trouver une chemise adéquate, mais en attendant, fallait que je me dépêche… Je finis de me laver, j’ose pas trop sortir nu comme ça alors qu’Eitel est là… Et sa remarque n’arrange rien. Je dois rougir bêtement, quel con ! … Mais le fait qu’il aie remarqué ce genre de choses… Ben c’est perturbant.

— C’est à force de courir partout pour toi, ça…

Je souris un peu, puis il finit par partir de la salle de bain. Je sors, je me sèche, et j’enfile mon pantalon. Je nettoie vite fait la tâche sur la chemise d’Eitel, et je l’enfile, même si ça se voit encore, ça fera l’affaire en attendant… Puis je retourne dans la loge.

— Bon… J’ai pas le temps d’aller fureter dans les studios… Faut qu’on passe chez moi avant d’aller au studio et à la soirée… Comme ça je me change, et c’est bon…

J’étais un peu gêné de demander ça, mais je crois que j’avais pas le choix de toute façon, sinon j’allais être habillé comme un sac. J’suis pas sûr d’avoir du change au studio, donc… Autant passer par chez moi avant.
avatarAaron Smith
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 27 ans et je suis né(e) le : 02/07/1991 à : Lakewood, New Jersey. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 15 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 09/01/2018 Dans la vie, je suis : Assistant d'Eitel Brown. Côté cœur, je suis : En couple, et heureux... ?
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So, it's begin... — EiRon   Mar 20 Fév - 15:26


Aaron & Eitel

Et tu n'as encore rien vu...


Mes parents ne m'ont pas élevés comme les autres, dans la norme. Alors que certains partent échanger quelques tirs de balles avec leur père, mon frère et moi les regardions en plein show, aux quatre coins du monde. Nous avons été élevé par des nourrices, mais si il y a une chose à laquelle nos parents ont toujours tenus, c'était que nous ayons toujours le meilleur, dans tous les domaines. La meilleur bouffe, les meilleurs nourrices, les dernières choses à la mode. Et je crois avoir tenu ça d'eux. Si j'avais envie de changer la couleur de mes cheveux, il fallait que ça soit fait par le meilleur. Alors je ne savais pas si il était au courant des derniers coloristes à la mode, mais bon, j'allais encore une fois lui faire confiance. Parce que oui, la dessus, il avait mon entière confiance ! C'était un bon assistant, quoi que j'en dise ou que je lui fasse penser. Encore heureux ! Et je veux faire ça chez moi. Pour un peu plus de confort ! Puis on sait jamais, si la coiffeuse ou le coiffeur est sexy, y'a de quoi s'amuser pendant que ça pose.

En tout cas, j'avais un problème là, qui était immédiat, alors que pour les cheveux, ça pouvait attendre. Mais pour la chemise... Je ne pouvais pas sortir avec ça ! Alors oui, à chaque problème sa solution. J'ai pris sa chemise. T'es en train de me dire que plus je te fais courir, plus tu deviens sympathique à regarder ? Je tourne la tête vers lui, alors que je commence à boutonner. Tu vas en enchainer, des courses. Et je sors, le laissant seul dans son eau.

Je n'ai à attendre que quelques minutes avant de le voir revenir, avec ma chemise cette fois. J'aurais pu faire un commentaire, mais il me prend les devant, à me dire qu'il faut qu'ils passent chez lui. Un petit sourire sur les lèvres, je me lève, et m'approche doucement. On y va. Je prend mon téléphone, et appelle un taxi. Je ne veux pas qu'il ait le temps de planifier quoi que ce soit, je veux débarquer chez lui au naturel, et voir comment est son environnement. Je crois bien que c'est la première fois que je viens comme ça chez lui !

Du coup, on enchaine le taxi, et je lui laisse donner l'adresse. Ah ouais, tu habites là bas ? Je sors mon téléphone, histoire d'envoyer quelques messages, et regarder mes comptes Instagram et Snapchat. J'enchaine un petit selfie pour mettre en story, avec un petit sourire. Rien de bien intéressant, c'est juste pour entretenir. D'habitude, je charge d'autres gens de gerer ça, mais là, je dois m'occuper. Au fait, la soirée de ce soir, c'est pour quoi ? Parce que je veux bien aller voir des gens mais bon, que j'ai pas l'air trop con.Un petit briefing, avant d'arriver.

Je sors de la voiture, et je le suis. Tu ne crois quand même pas que j'allais rester dans la voiture, ou même dans le couloir ! Et puis c'était trop tard pour reculer. Alors j'entre dans son appartement, le laissant se rendre dans sa chambre pour se changer. Je regarde tout, dans son salon, prenant un cadre entre mes mains, pour y regarder la photo. Un mec, pas lui. Avec des gens que je ne connais pas. ça doit être son mec. Je prend une photo avec mon portable, et le repose. Bon alors, t'as trouvé quoi te mettre ? Pire qu'une nana. J'étais pire, mais bon, le faire chier était une passion. Ton mec n'est pas là ? Je viens dans sa chambre, j'en ai marre d'être tout seul. Alors devant la porte, je croise les bras, et attend.

Code by Fremione.

avatarEitel Brown
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 04/05/1990 à : New-York Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 27 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 09/01/2018 Dans la vie, je suis : chanteur. Côté cœur, je suis : collectionneur.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So, it's begin... — EiRon   Dim 25 Fév - 15:55


Il me précise qu’il veut faire ça chez lui. Chose que je n’avais pas anticipée… Pas grave, j’arrangerai ça sur le moment, en sortant de la douche. Question d’habitude. Il fallait être prêt à tous les imprévus avec Eitel. Et puis bon, nos partenaires, ou les commerçants chez qui je prenais rendez-vous, savaient à qui ils avaient à faire, alors bon, les caprices, ils en avaient aussi l’habitude, et n’allaient pas gueuler pour un changement de programme. Et sa remarque sur mon physique… J’avoue que ça m’a fait bizarre. Ça fait toujours plaisir quand on plaît, en vérité, mais j’sais pas, quand ça venait d’Eitel, c’était… particulier à mes yeux. Mais je ne m’y attardait pas, bien que le rouge m’ai monté aux joues l’espace d’un instant en l’entendant dire qu’il allait me faire courir plus encore. Je ne sais pas si je devais bien le prendre ou avoir sacrément peur de la suite.

Dans la voiture, je prends mon téléphone et du coup, j’appelle pour régler le problème du coloriste. Histoire qu’il vienne à domicile. Je lui donne tous les renseignements disponibles, et je raccroche, jusqu’à ce qu’Eitel me demande le thème de la soirée, enfin, la raison, plutôt. Je regarde un peu les informations que j’en ai reçu, et je lui dit.

— C’est une soirée de lancement de marque d’un jeune créateur. Y aura beaucoup de stars, et de managers qui recherchent des égéries, etc… C’est toujours bon d’être sur place.

C’était une soirée un peu banale, en vérité, mais comme il y avait la masse de gens connus, ça pouvait être sympa, pour de nouvelles rencontres, ou même des contrats, et juste pour se montrer aussi. C’était un peu le quotidien, pour Eitel. Il était en pleine gloire, et ça ne faisait qu’augmenter son niveau. C’était une soirée chic, un petit peu.

Puis on finit par arriver devant chez moi. Je pensais qu’il allait m’attendre, mais visiblement… Ce n’était pas dans ses projets. Je ne savais même pas si Sam était là, et au fond, je n’espérais pas, pas envie d’embrouilles avant la soirée… Du coup je ne dis rien, et je le laisse venir avec moi, quand même un peu… stressé. Je ne connaissais même plus l’emploi du temps de Sam, avec tout ça… J’avais bien assez d’horaires à gérer.

— Tu peux m’attendre ici, j’arrive.

Je file dans ma chambre, et je le laisse dans le salon. Sam n’est pas là… ouf. J’en profite pour me changer, et j’enfile une tenue un peu plus classe pour ce soir, bien que simple. Je met un pantalon en jean noir grisé, presque argenté, et une chemise aux rebords noirs, le reste blanc. Je retrousse les manches jusqu’à mes avant-bras, et j’enfile aussi des chaussures adaptées. Je boutonne ma chemise quand Eitel arrive.

— Non, il n’est pas là, il doit être en cours.

Sam faisait des études de médecine, du coup, il était encore dans ses cours.

— Et oui, j’ai trouvé. Qu’est-ce que tu en penses ?

Je lui demandais son avis, pour une fois… Je sais qu’il me donnerai un avis honnête, j’avais pas envie de passer pour une grosse tâche à cette soirée remplie de VIP… Rarement accompagnés par leur assistant, eux. Donc fallait que je brille un peu, ce soir…

avatarAaron Smith
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 27 ans et je suis né(e) le : 02/07/1991 à : Lakewood, New Jersey. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 15 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 09/01/2018 Dans la vie, je suis : Assistant d'Eitel Brown. Côté cœur, je suis : En couple, et heureux... ?
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So, it's begin... — EiRon   Sam 3 Mar - 16:25


Aaron & Eitel

Et tu n'as encore rien vu...


Aaron est tellement facile à embeter.. Mais il faut dire que je le cherche beaucoup quand même. Peut-être qu’il en a marre de moi, mais qu’il n’ose pas me le dire. Mais après tout, c’était dans le contrat, il savait depuis le premier jour qu’il allait devoir supporter mes frasques. Et vu que je le payais, je pense que j’avais le droit à un petit extra, et quelques excentricités pour qu’il n’oublie jamais qui est son patron. C’était moi, et j’aimais le rappeler, de temps en temps. En tout cas, nous étions rapidement arrivés à son appartement, où là aussi, j’étais toujours son patron. J’allais faire ce que je voulais. Alors j’allais arriver, fouiner, et sortir. Je ne sais pas comment pourrait être son appartement. Aaron n’avait jamais exprimé le moindre gout sauf quelques vêtements, rien qui puisse me donner une idée pour son intérieur. Et au final, une fois dedans, rien ne m’a étonné… C’était d’un banal ! On sentait que son mec avait une paye d’étudiant…

Du coup, forcement, lorsque je me trouve chez lui, j’enchaine les photos de son intérieur avec mon téléphone portable, juste pour pouvoir l’étudier plus tard quand j’aurais le temps. Genre, ce soir, quand j’aurais fini de sauter ma proie de la soirée, et que je n’aurais rien d’autre à faire en attendant qu’il se casse de chez moi. Et puis il fallait qu’Aaron se prépare, et je n’avais pas spécialement envie de rester à ne rien faire en attendant.

La chambre… C’était la seule pièce où je ne m’étais pas encore rendu. Forcement, vu que mon assistant se trouvait dedans, et qu’il s’habillait. Non pas que je souhaitais lui laisser un peu d’intimité, mais je n’étais pas du genre stalkeur. Alors les bras croisés, et une jambe passant devant l’autre, je me tenais de par l’épaule sur l’encadrement de la porte, ignorant simplement la réponse sur son petit ami étudiant. Ça n’était pas quelque chose qui m’intéressait, et je ne suis pas non plus du genre à faire semblant. C’est vraiment pas mal. Je ne me gêne pas de le regarder de haut en bas, le mettant clairement. Mon radar était lancé, pour voir les imperfections et ce qui allait. Ouvre un autre bouton de ta chemise, en haut. Pour les chaussures, change tes chaussettes, elles débordent trop sur le côté. Sinon, ça va.

Et j’étais sincère, pour une fois. Maintenant qu’il avait terminé de se préparer, nous pouvions aller au studio pour que moi, je me prépare. Mes vêtements m’y attendait, peut-être du coup quelque chose que le créateur de la soirée ait fait ? J’en sais rien, et je m’en fous, tant que ça me va. Je sors de la chambre, et je vais prendre une bouteille de vin, qui traine dans la cuisine, et que je débouche. Ça me fera un petit jus pour le taxi.

Et nous voilà en route pour la soirée du créateur… Je me demande s’il est gay d’ailleurs ! Non pas que sa sexualité m’importe vraiment, mais c’est surtout qu’il pourrait être une bonne cible pour cette nuit.. Et s’il cherche une égérie, je peux peut-être faire d’une pierre deux coups. J’espère ! Fais moi une recherche rapide sur le créateur. J’entre dans le taxi, et commence à boire, lui proposant la bouteille de temps en temps. Oui, je commence à boire, parce que si j’attends d’être là bas, j’allais devoir attendre qu’un serveur daigne faire le plein et avancer jusqu’à moi. Être célèbre n’a pas que des avantages. Et le vin n’était pas dégueulasse non plus, ça n’enlève rien.

Alors, tu as trouvé quoi ? Je veux tout savoir. Date de naissance, profession des parents, âge, s’il est marié ou pas, ce qu’il aime dans la vie. Il devait se dire que j’étais totalement dingue, c’est rare que je ne cherche réellement à connaitre des personnes, et encore plus pour le travail.

Je déclare la mission séduction ouverte.. Dis-je en chuchotant, et en regardant les réseaux sociaux sur mon téléphone, cette fois ci par rapport au créateur. Savoir sa dernière photo en date me donnerait pas mal d’infos sur lui. Si tu ne trouves pas pour sa sexualité, ce soir, je te charge de le draguer. S’il répond plutôt positivement, j’attaque. Comme si j’allais me prendre un vent…

Code by Fremione.

[/b]
avatarEitel Brown
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 04/05/1990 à : New-York Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 27 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 09/01/2018 Dans la vie, je suis : chanteur. Côté cœur, je suis : collectionneur.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So, it's begin... — EiRon   Mar 6 Mar - 15:29


J’me sentais bizarre, à lui demander son avis. Mais au moins, je savais qu’il n’allait pas me mentir, et me dire ce qui n’allait pas, pour que je ne paraisse pas ridicule à cette fameuse soirée là… J’avais déjà le trac, mais genre, vraiment. Je le suivais souvent dans ses trucs, ses pots, les galas et tout… Mais jamais vraiment dans des soirées « hype » comme ça. Puis c’est dans ma nature aussi, j’ai jamais été boite de nuit, fête ou soirées avec cents ou milles personnes… J’étais pas encore quelqu’un de bien déluré, mais j’le suivais, c’était mon taf, c’était comme ça. J’prenais l’habitude, mais j’étais pas le mec le plus à l’aise du monde quoi… Bon là encore c’était pas la soirée DJ et compagnie, mais y aura quand même du monde, et du beau monde, des stars, ceux en vogue et un peu moins, des créateurs, des photographes… Enfin vraiment une soirée privée, quoi. Ça me stressait vraiment.

Puis je voyais Eitel observer mon appart, je sentais son jugement, mais bon… on a pas le même train de vie, faut dire, et puis j’avoue que c’est beaucoup Sam qui décide. Je ne suis pas super doué en déco, alors je préfère le laisser faire… Comme il dit, à la maison comme au boulot, faut qu’on me dicte ce que j’ai à faire. Je l’avais un peu mal pris, comme remarque, mais bon, c’est parce qu’il n’aime pas ce que je fais et Eitel. Je met ça sur le compte de la jalousie.

Du coup, j’expose ma tenue, et je le regarde, dans l’encadrement de la porte, à me scruter pour me donner son avis. Je suis alors ses conseils, et ouvre un bouton de ma chemise, et va me chercher une autre paire de chaussettes plus discrètes.

— Merci.

Je lui souris, au moins, j’suis sûr d’être correct. Vu que visiblement j’ai pas trop de goût quand ça me concerne moi… Avec Eitel, j’étais sûr d’assurer. Enfin d’être potable, quoi. Du coup, je le laisse prendre la bouteille dans ma cuisine, et on se met en route pour le studio. L’heure approchait… C’était encore pire, la pression montait. Et avec ce qu’Eitel allait me demander.. ça allait être pire. Je prends mon téléphone, et je fais une recherche sur le créateur de la soirée. Je prends quelques minutes pour recueillir des infos, avant de lui en faire part. Il voulait quand même beaucoup savoir de lui… J’me demande ce qu’il avait derrière la tête.

— Il s’appelle Ilario Gaspare, c’est un créateur de mode italien… Un jeune créateur qui se lance, et qui est soutenu par les grands de la mode. Il a vingt quatre ans, pas marié visiblement. Pour ce qu’il aime, y a pas trop d’infos en dehors du fait qu’il est amateur d’art moderne, et de musique classique.

C’était pas grand chose, mais c’est tout ce que je pouvais trouver en fouillant sur les sites, genre wikipédia, quelques blogs et autres trucs du genre. Mais c’était déjà ça… Mais j’aurais aimé trouver sa sexualité, ça m’aurait évité d’entendre Eitel me donner un ‘ordre’ un peu… particulier.

— Quoi ? Non mais imagine il me recale… Moi je suis rien, dans ce monde, j’suis pas un star, je vais m’afficher… et t’afficher aussi par la même occasion.. La seule chose que les gens savent de moi c’est que j’suis ton assistant.

J’essayais de me sauver la mise, mais j’savais que ça allait pas être gagné comme ça. Puis lui a toujours vouloir séduire et se taper tout le monde… En même temps, il pouvait avoir qui il voulait. Il était séduisant, beau comme un dieu, et il était connu, pété de fric… Bref, il avait tout pour lui, et j’pouvais comprendre que son physique attire beaucoup. Combien de fois des nanas m’ont dit « Nooon mais t’as trop de chance quoii ! Tu le vois tous les jours dans son intimité ! » Ouais… mais c’était pas si simple que ça !

On arrivait au studio, quand je disais ça. Je descend en premier et lui ouvre, pour monter dans sa loge, ou il allait se préparer. Il fallait que j'lui trouve une autre chemise, ce que je fis de suite en allant dans son dressing, vu qu'il avait salopé l'autre... J'étais un peu silencieux, stressé.

avatarAaron Smith
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 27 ans et je suis né(e) le : 02/07/1991 à : Lakewood, New Jersey. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 15 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 09/01/2018 Dans la vie, je suis : Assistant d'Eitel Brown. Côté cœur, je suis : En couple, et heureux... ?
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So, it's begin... — EiRon   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
So, it's begin... — EiRon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Steve Begin
» Signature de contrat - Steve Begin
» Lets the show begin !
» [TOP] The Propheties Begin
» The Propheties Begin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  ::  :: Manhattan-
Sauter vers: