Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Futur(s) New Yorkais,
C'est la pénurie de personnages féminins, cette fois-ci.
Favorisez les filles, s'il vous plaît.
Les garçons peuvent être créé, malgré tout, nous tentons juste de rééquilibrer les choses Smile

Partagez | 
 

 Il suffit de parler pour devenir un autre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Lun 29 Jan - 15:35


Il y avait certains défaut de Casey que je connaissais mais auxquels j'avais beaucoup de mal à m'habituer. Cet entêtement, il était pourtant tellement similaire au mien.. mais je détestais cette façon qu'elle avait de me tenir tête, d'être bornée au point que je doive réagir d'une toute autre manière que celle que j'aurais voulu. C'était pourtant si prévisible qu'elle ne veuille pas monter dans la voiture pour entamer une conversation qui allait probablement nous froisser tous les deux. Moi non plus, je ne voulais pas aborder ces sujets. Il s'avère que, malgré ma réticence, je ne pouvais pas la laisser rentrer chez elle comme ça. Rentrer de mon côté après une soirée arrosée et aller la voir le lendemain comme une fleur... J'avais bien trop de respect pour elle, et mes sentiments parlaient contre ma volonté.

Je lui avait, pour ainsi dire, courru après dans cette ruelle. Mais si elle ne daignait pas s'arrêter, je la laisserait s'en aller. Je n'étais pas d'humeur à m'égosiller ou à la supplier de revenir. La journée... que dis-je, la semaine avait été bien trop longue pour ça. Fort heureusement, Casey se résigna et me fit face. La première phrase qu'elle me lança sonnait comme une explication à sa présence chez Hank's.

- Je sais !

Répondis-je très vite. Il fallait être con pour penser qu'elle avait manigancé tout ça... Elle pouvait être du FBI, elle n'était pas encore détective à ce que je savais. Non.. à voir ses copines et leurs intentions qui se lisaient sur leurs visages, j'avais bien pigé que le hasard était seul acteur là dedans.
Casey ne savait pas quoi faire, ni quoi dire. On était bien barré, parce que moi non plus. Qu'est ce que je pouvais bien lui dire ? Que j'avais besoin de souffler ? Que je comptais passer cette soirée seul pour me détendre un peu ? J'imaginais que tout ça, ça n'allait pas lui plaire des masses. A contrario, j'avais l'envie de la rassurer. Surtout quand elle me regardait, l'air perdue...

- Je n't'ai jamais dis ça... !

Il ne me semblait pas avoir évoquer une potentielle rupture.. C'est vrai, j'avais laissé entendre que je devais rester concentré sur mes missions quand je n'étais pas à New York, et pour ça, il fallait que je coupe tout contact avec le reste, elle y comprit. Je me tenais là, j'avais l'air d'un abruti. La fatigue et les quelques shots d'alcool ne m'y aidant pas. Les mots ne me parvenaient que difficilement.

avatarAndrew Martyn
Agent du FBI
Sexy, Sexy, Sexy !

Agent du FBI Sexy, Sexy, Sexy !
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 18/05/1983 à : Austin (Texas, U.S.). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 1942 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Agent du FBI (de façon intéressée). Côté cœur, je suis : torturé.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Lun 29 Jan - 15:51

Si moi je suis têtue, lui, il est quoi ? Il l'est peut-être même plus que moi dans le sens où quand il a décidé de ne pas parler, il ne le fait alors que moi, même si j'en ai pas envie, j'ai plutôt intérêt à le faire parce qu'il peut vite vriller. Andrew est le genre de personne qui impose certaines choses que lui-même ne ferait pas. Même si au départ, ça me tapait sur le système, j'ai appris à faire avec parce que ça limite au maximum les conflits. Au fond, ça m'agace mais je fais des concessions parce que c'est ça, quand on aime quelqu'un. Il y a des choses que l'on fait plus facilement. De son côté, je crois qu'on peut mettre en avant le fait qu'il s'excuse assez souvent, suite à nos disputes. Si j'ai bien compris, il n'a pas le pardon facile et c'est la même chose quand il s'agit de l'exprimer. De nouveau, on fait des efforts sur certaines choses, j'en suis consciente. Mon entêtement, c'est une tout autre affaire. C'est comme mon impulsivité. Pourtant, je prend sur moi.

Je m'arrête quand sa main se saisit de mon bras et je lui fais face. Je n'ai pas dans l'idée de le faire me courir après. Ce que je voulais, c'était rentrer chez moi et me poser après avoir marché suffisamment et avoir réfléchi tout du long. Ce que je veux, c'est une discussion à tête reposée mais ça ne sera pas pour ce soir. Il veut que je parle et je vais le faire.

Il sait, qu'il dit. Ça me retire déjà un poids du coeur. Si comme je le pense, il se sent étouffé, s'il pense par dessus que je le traque en jouant la prédatrice et lui la proie, ça sera pire. Je n'ai aucunement envie de me disputer avec lui. Je veux que l'on parle sans se crier dessus et malheureusement, c'est jamais gagné, pour nous, ce genre de situation puisque l'on a tendance à vite s'emporter.

J'évoque ma crainte principale : qu'il ne me quitte. Clairement, si c'est dans son idée, je dois le savoir tout de suite. Pour mon plus grand bonheur et soulagement, il n'est pas question de ça. Donc, quelque chose d'autre se trame dans sa tête.

- Qu'est-ce qu'il y a alors ?

J'ai besoin qu'il me parle et qu'il me dise les choses pour les assimiler, les comprendre et me reprendre pour tenter d'améliorer la situation. Cette tension me dérange. Je le regarde dans les yeux. Le genre de regard qui en dit long sur le poids que j'ai sur le coeur. Je me pose des questions et j'ai besoin de certaines réponses.

- Tu t'éloignes de moi, Andrew et ça m'effraie ...
avatarCasey Cooper
Fondatrice
Agent du FBI

Fondatrice Agent du FBI
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/07/1989 à : Pasadena, Californie (États-Unis). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 2323 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/09/2017 Dans la vie, je suis : agent fédéral (FBI). Côté cœur, je suis : dans la crainte de le perdre mais dans l'espoir de le récupérer.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Lun 29 Jan - 17:48


Je rassurais Casey sur le fait qu'elle s'était retrouvés dans ce bar, alors que j'y étais moi aussi. Je comprenais qu'elle pouvait avoir planifié une soirée avec ses copines, j'étais capable de le comprendre et de ne pas m'acharner là dessus. En revanche, on en revenait au point où je ne savais pas, pour l'instant, lui expliquer pourquoi je ne l'avais pas appelé. Pourquoi je ne l'avais pas averti de mon retour à New York et pourquoi j'aurais voulu poursuivre cette simple soirée à boire des shots d'alcool avec une simple barmaid ! Il y avait bien une raison à tout ça...C'était en moi. J'avais besoin de me retrouver. De poser mon cul sur un tabouret, et de laisser passer quelques heures sans savoir ce qui allait arriver ni qui j'allais rencontrer. Je savais parfaitement qu'en me voyant chez Hank's, Casey allait me poser ces questions. Je devrais rendre des comptes sous prétexte qu'on était ensemble et c'était sans doute ça qui ne m'allait pas... Ma vie, celle que je menais depuis 14 ans maintenant, était clairement incompatible avec le fait de devoir rendre des comptes, et de devoir mettre des explications sur chacun de mes gestes.

Je ne voulais pas quitter Casey. Je tenais bien trop à elle. Mais... est-ce que j'avais voulu quitter Abi ? Absolument pas. Les choses avaient fini par devenir une évidence avec le temps. Elle m'avait fait comprendre qu'elle n'en pouvait plus, qu'elle me sentait trop loin d'elle et qu'elle ne pouvait passer sa vie à m'attendre...

Je ne répondais pas à la question de Casey. Tout simplement parce que j'avais du mal à y mettre des mots. J'étais certain que si je l'ouvrais, j'allais être dur, j'allais... employer des termes qui ne faciliteraient pas les choses. Et s'en suivit précisément ce que je redoutais. Ces deux verbes.. je les avais entendu tellement de fois lors de ma précédente relation..
Debout devant elle, dans cette ruelle uniquement éclairée par quelques réverbères, je la regardais, ignorant bien si après ça, on allait repartir chacun de notre côté, ou tous les deux dans le même sens.

- C'est justement ça qui m'emmerde.. que ça t'effraie. Je déviais le regard en relachant les épaules, l'air agacé. On y était. Je reposais mes yeux sur elle. - J't'ai pas appelé ce soir, c'était volontaire ! J'ai eu besoin de passer un peu de temps seul, loin de tous ces reproches sur la durée de mes absences, sur le peu de nouvelles que j'donne, sur l'inquiétude que tu ressens quand j'suis pas là et qu'tu n'reçois pas un seul message de ma part ! Je m'interromps, la fixant sans trop en montrer. Et je reprend. - Tu sais, j'commence à comprendre que la vie que j'mène... j'ai un sourire sarcastique - ... C'est pas super compatible avec une relation.

Je finis par baisser la tête, me rendant compte que cette révélation était bien que ce je pensais malgré moi. Moi aussi, ça me faisait chier de l'avouer. Je relevais la tête et repris sincèrement.

- Toi et moi, on sait bien que j'peux pas faire mieux... J'ai besoin d'espace, de temps... Et ça, ça va pas avec le reste. Par le reste j'entendais, nous, le couple que nous formions depuis quelques mois.
avatarAndrew Martyn
Agent du FBI
Sexy, Sexy, Sexy !

Agent du FBI Sexy, Sexy, Sexy !
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 18/05/1983 à : Austin (Texas, U.S.). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 1942 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Agent du FBI (de façon intéressée). Côté cœur, je suis : torturé.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Lun 29 Jan - 18:13

Il me rassure, sur le fait qu'il ne pense pas que je le traque, c'est déjà un bon point mais ce n'est justement qu'un point d'éclairci parmi tant d'autres. Je me pose des questions. Tout un tas de questions. J'attends qu'il me fournisse des réponses mais je ne sais pas comment les formuler sans que ça explose entre nous. L'un comme l'autre, nous sommes des bombes à retardement. Il suffit d'un mot, d'un seul pour que tout vrille et c'est parfois bien méchant.

Il n'est pas question d'une quelconque rupture. Ça aussi, c'est un point d'éclairci. Sûrement le plus difficile à aborder et certainement celui qui m'allège le plus le coeur. Je suis clairement, à l'heure d'aujourd'hui, amoureuse de lui et je ne supporterai pas de le voir s'en aller de ma vie. Pas après ce que nous avons construit ensemble. Pas après ce que nous avons vécu ensemble. On a eu des hauts et des bas mais c'est la normalité de la chose. Un couple, un vrai, bataille et avance ensemble.

Il ignore ma première question. Pourquoi ? J'en sais fichtrement rien. Peut-être qu'il n'a aucune réponse à y apporter ou ... peut-être qu'il ne sait pas comment amorcer la chose. C'est assez difficile, je peux le concevoir, compte tenu que nous sommes tout les deux debout, au milieu d'une ruelle mal éclairée, à discuter de notre vie ensemble. Y a mieux, comme endroit.

- J'peux malheureusement pas faire semblant, j'suis entière, tu le sais mieux que n'importe qui.

Il se met enfin à causer et ce que j'entends me coupe clairement le souffle. Je ne le coupe pas. Je le laisse déballer son sac, le regard rivé dans le sien. J'commence à comprendre que la vie que j'mène, c'est pas super compatible avec une relation ... Il n'est pas question de rompre mais il parle d'une incompatibilité. Je suis perdue mais ce n'est pas tout. La suite, c'est le pire, selon moi. Je n'ai jamais vécu ce genre de situation dans le passé et je ne suis clairement pas préparé à le vivre. Je sens une boule se former au fond de ma gorge.

- OK.

OK ... OK ! C'est le seul putain de mot qui sort de ma bouche. Je n'arrive pas à avoir une autre réaction que celle-là parce que ... ces révélations me foutent mal. Je suis en train de me dire que ma relation amoureuse ne tient qu'à un fil et pour cause, il a d'autres priorités que je n'ai jamais ignorées. C'était donc de ça qu'il parlait, l'autre jour, en évoquant son ex petite-amie ?

- Prends le temps qu'il te faut. Respires.

Je baisse les yeux un instant et je me racle la gorge. Je dois absolument m'en aller et faire le vide. Je dois absolument m'éloigner de lui parce que je sens mes émotions me submerger et je n'ai pas envie qu'il voit ça.

- Tu te sens étouffé et t'as besoin de prendre du recul.

Ça sonne comme un putain de mal-être. Je regarde partout, sauf dans sa direction. Mes yeux ne vont pas tarder à se mettre à briller, si ce n'est pas déjà le cas. Bon dieu ... je sens cette maudite flotte me monter aux yeux.

- On en reparlera quand tu te sentiras prêt.

Je ne lui ferme pas la porte. Je ne lui fermerai jamais la porte. J'ai ce sentiment d'échec en moi. J'ai l'impression d'avoir mal fait les choses et c'est clairement ce qu'il se passe puisque je n'ai plus réussi à le faire parler depuis bien longtemps, ni même sourire. J'ai encore cette image de lui et de cette fille, chez Hank's.

- J'te retiens pas.

Oh que non, je ne le retiens pas parce que je vais me mettre à chialer comme la fille fragile que je suis dans quelques secondes à peine. Je tourne les talons, d'ailleurs, prête à reprendre ma route parce que c'est sûrement le mieux à faire.
avatarCasey Cooper
Fondatrice
Agent du FBI

Fondatrice Agent du FBI
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/07/1989 à : Pasadena, Californie (États-Unis). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 2323 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/09/2017 Dans la vie, je suis : agent fédéral (FBI). Côté cœur, je suis : dans la crainte de le perdre mais dans l'espoir de le récupérer.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Mar 30 Jan - 18:27


Il y avait, certes, beaucoup mieux comme endroit quand il s'agissait de déballer son sac. Je ne savais même pas où on était dans Brooklyn, je ne savais pas l'heure qu'il était et à vrai dire, j'en avais strictement rien à foutre. J'aurais donné tellement pour que Casey et moi ayons cette conversation dans d'autres conditions, et surtout... plus tard ! C'était trop rapproché de mon retour. Trop rapproché de la conversation téléphonique qu'on avait eu et qui nous avait laissé tous les deux une tonne de questions dans le crâne. Des questions que j'avais voulu faire disparaitre à coup de shots chez Hank's !

Je savais bien que ma coéquipière était entière et vraie. Je commençais à bien la connaitre et je ne pouvais pas lui retirer ça. C'était une qualité, plus qu'un défaut ! Et j'appréciais vivement qu'elle soit comme ça. Seulement... ma vie à moi est faite de risques, parfois de dangers et plein de mystères. Je n'étais pas sûr que ça aille de paire avec l'inquiétude, l'appréhension et le doute. Je ne pouvais pas passer mon temps à mentir à Casey en lui écrivant que tout allait bien, que j'allais bien alors que quand je m'en vais, c'est pour être confronté à une chose qui ne me rend pas bien du tout. Mais qu'est ce que je pouvais bien lui dire. "Non, j'vais pas bien. J'ai piraté un système informatique et volé un dossier médical. Suivi un type pendant trois longues journées et manqué de m'faire tirer dessus à plusieurs reprises." ? Elle ne voulait pas entendre ça.

Je lui déblatérais tout ce que j'avais à l'intérieur. Du moins, j'essayais de choisir les bons mots. Je ne voulais pas être trop dur mais je voulais qu'elle me comprenne. Et autant dire que quand il s'agit de parler, ce n'était pas la chose la plus simple pour moi, ni celle que je préférais. Je voyais déjà ce regard... cette petite lueur d'émotions dans les yeux de Cooper. Elle ne se tenait pas loin d'un lampadaire, je pouvais voir chacune de ses expressions. Elle réagissait en résumant, mais elle ne pouvait pas faire semblant. Pas devant moi. Je m'en voulais déjà de voir la tournure que ça prenait. Je ne reviendrai pourtant pas sur mes paroles... J'encaissais les siennes et elle s'apprétait à prendre la fuite une fois encore...

- J'tiens à toi Casey !!

Je montais un peu la voix. Comme pour qu'elle l'entende, ou qu'elle s'arrête pour que je vois son visage... la faire pleurer était tout ce que je redoutais. Ca me crevait déjà l'intérieur !

- Laisses moi te raccompagner. S'il te plait.
avatarAndrew Martyn
Agent du FBI
Sexy, Sexy, Sexy !

Agent du FBI Sexy, Sexy, Sexy !
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 18/05/1983 à : Austin (Texas, U.S.). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 1942 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Agent du FBI (de façon intéressée). Côté cœur, je suis : torturé.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Mar 30 Jan - 20:18

Tout ça, ça me fiche un sacré coup au moral parce que j'ai clairement peur de le perdre, malgré ce qu'il dit et je n'ai pas envie. Le lieu n'est pas le plus adapté pour parler mais on fait avec. Je tente de fuir, une première fois pour éviter tout ça mais il me rattrape et exige, rien qu'avec le regard, que je parle. J'en ai pas envie mais je le fais. Je lui fait part de mes craintes et il finit par déballer son sac et sincèrement, je crois que depuis que lui et moi, nous sommes ensembles, nos disputes passées, c'est rien comparé à ce que j'entends.

Je ne sais pas ce qu'il se passe quand il est loin de moi et c'est bien ça le problème. Je ne serai jamais un obstacle à ce qu'il fait parce qu'il doit le faire, autant pour lui que pour la mémoire de sa soeur. Je me doute que ce n'est pas forcément les meilleurs moments de sa vie et ... je m'inquiète ... je m'inquiète pour lui ... pour sa vie ... pour tout un tas de trucs parce que je suis comme ça. Même quand il est en ville, j'arrive encore à ressentir ce sentiment. Une partie de moi veut savoir. L'autre non.

J'écoute. J'encaisse. Je subis. Il n'est pas ferme comme lorsque l'on se dispute. Il est juste, à sa façon. Dans ma tête, ça sonne pourtant comme une putain de rupture qui s'annonce et je ne veux pas. Je ne peux pas concevoir de le perdre. Je suis prête à faire tout un tas de sacrifices pour ne pas que ça arrive. Je suis prête à l'attendre toute ma vie pourvu qu'il veuille bien de moi. Je résume et je cache mes émotions parce qu'il est hors de question que je verse ne serais-ce qu'une seule larme face à lui. Il a pas besoin de se retrouver en plus, en face d'une nana submergée par ses émotions qu'elle peine à contrôler.

Je prend la fuite, de nouveau. Je sens mes yeux se remplir de larmes. Je suis une fille, après tout et même si je joue les durs, sentimentalement parlant, je suis très faible. Faible parce que je l'aime et qu'il m'a permis de reconstruire mon propre monde effondré. J'tiens à toi, Casey. Sa voix raisonne dans la ruelle. Ses mots raisonnent dans mes oreilles et percutent chaque recoin de ma tête, dans un lourd écho. Des mots significatifs selon moi. Jamais, il ne les as prononcés jusqu'à maintenant. Je m'arrête, la tête baissée. Il me faut quelques secondes pour me reprendre et ravaler cette maudite boule formée au fond de ma gorge. Je me retourne et je lui fais face, à distance.

Il sait ce que je ressens pour lui et ce n'est pas prêt de changer. Il est mon oxygène et j'ai besoin de lui, pour avancer. De nouveau, au risque de me répéter, je suis prête à faire des concessions ... des sacrifices ... si ça peut s'arranger entre nous et effacer cette tension malsaine qui me bouffe littéralement et qui me rend faible. J'avance vers lui et je hoche la tête, sans parvenir à croiser son regard. Je ne peux pas le regarder alors que j'ai les yeux noyés par mon chagrin de faiblarde sentimentale.

- D'accord ... raccompagnes-moi.
avatarCasey Cooper
Fondatrice
Agent du FBI

Fondatrice Agent du FBI
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/07/1989 à : Pasadena, Californie (États-Unis). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 2323 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/09/2017 Dans la vie, je suis : agent fédéral (FBI). Côté cœur, je suis : dans la crainte de le perdre mais dans l'espoir de le récupérer.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Mer 31 Jan - 13:52


La situation était des plus compliquée en ce qui me concernait. Bien que je n'étais pas le genre de type très sentimental, qui se lance dans des projets à long termes avec une fille et qui se jette à corps perdu dans une relation, je savais que je voulais rester avec Casey. Je m'étais beaucoup attaché à elle, j'aimais être avec elle. Et ça, ça venait buter contre le mur si solide qu'il y avait dans ma tête. Celui où la photo de ma petite soeur était épinglée, celui qui me faisait partir durant des jours entiers et qui refusait de laisser passer tous les autres sentiments, hormis le désir de vengeance et sa détermination. Concilier ma relation et cette quête... c'était trop. J'avais déjà échoué avec Abigaïl, et je commençais à croire que ce serait la même chanson avec Casey... La combinaison n'était pas idéale et j'avais même du mal à la supporter.

Elle tournait les talons et je ne savais pas quoi faire pour la retenir. Parce qu'après avoir vu cette émotion dans ses yeux, je ne pouvais pas la laisser repartir comme ça. Je ne le voulais pas. J'avais besoin d'espace, mais loin de moi l'envie de la blesser... je me blessais moi en le faisant. Je ne lui faisait pas une grande révélation en lui disant que je tenais à elle. C'était ce que je ressentais depuis un moment maintenant, mais il était vrai que je ne lui avais jamais dit... J'étais pas le meilleur quand il s'agissait de parler de ses sentiments. En tout cas, je tentais le tout pour le tout ma sincérité était complète.

Casey acceptait que je la raccompagne et les yeux rivés sur elle, je pouvais voir qu'elle n'allait pas bien et ce même si elle esquivait mon regard. Je ne savais même pas ce que j'allais bien pouvoir lui dire durant ces quelques prochaines minutes... Quand elle arrivait à ma hauteur, je me retournais et marchais à ses côtés.. je fourrais mes mains dans mes poches de jean à défaut de pouvoir lui prendre la main, ou même d'en déposer une dans son dos. Je n'osais pas, elle ne le prendrait certainement pas très bien après tout ce que je venais de lui dire. On rejoignait ma voiture, garée à l'arrache sur le bord d'un trottoir. Si je m'étais pris une amende, ce serait pas de bol, mais bon Dieu qu'est ce que je m'en foutrais ! Pour couronner le tout, il commençait à pleuvoir. Je grimpais côté conducteur. Le silence qui régnait dans la caisse une fois que les portes furent fermées... c'était lourd. Je ne mettais pas le contact immédiatement et me tournais vers elle.

- Je suppose que tu n'veux pas retrouver tes amies chez Hank's ?

La question était bête. Je savais que j'allais la raccompagner chez elle... mais, fallait bien rompre ce silence.
avatarAndrew Martyn
Agent du FBI
Sexy, Sexy, Sexy !

Agent du FBI Sexy, Sexy, Sexy !
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 18/05/1983 à : Austin (Texas, U.S.). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 1942 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Agent du FBI (de façon intéressée). Côté cœur, je suis : torturé.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Mer 31 Jan - 14:25

Niveau relation amoureuse, Andrew et moi, nous ne sommes pas toujours sur la même longueur d'onde mais jusqu'à présent, on s'est toujours parfaitement bien compris et on a su gérer notre vie de couple sans problème. La seule ombre au tableau reste cette mission qu'il a et qui lui prend beaucoup de temps. Quand il est plongé dedans, il n'est plus le même homme. Plus rien ne compte pour lui. De mon côté, j'accepte et je l'encourage mais à certaines conditions : qu'il me tienne au courant un minimum. J'ai l'espoir qu'une fois qu'il aura résolu cette affaire, il sera en paix et plus apte à avancer à mes côtés. En attendant, il fait de son mieux et moi ... j'en demande apparemment de trop. Je me remet en question parce que si ça foire, ça sera en partie de ma faute et je ne me le pardonnerai pas.

Ses mots raisonnent encore dans ma tête. Si pour lui, c'est pas grand chose, pour moi, c'est énorme, surtout venant de sa bouche à lui. Il tient à moi ... même si je le savais déjà, ça me fait du bien de l'entendre. Je ne sais juste pas sur quel pied danser.

J'accepte qu'il me raccompagne et je le rejoins, par quelques pas, jusqu'à l'atteindre. Je n'ose pas croiser son regard. Pas comme ça. Je suis sentimentale à croire ou, émotive ? Je ne sais plus vraiment faire la différence entre les deux mais une chose est certaine, cette situation me fait un mal de chien. On rejoint sa voiture, côte à côte, dans le silence. La pluie se met à tomber, rendant le décor encore plus triste. Mon sac posé à mes pieds, j'attache ma ceinture de sécurité et je regarde devant moi. Je ne sais pas quoi lui dire. Je ne sais pas quoi faire non plus. Si je le regarde, il pourra lire en moi et j'ai pas envie. Si je le regarde, il va clairement voir que mes yeux brillent par l'émotion qui m'a submergée et je ne veux pas non plus. Si j'ouvre la bouche, encore, ma voix va trembler. Je suis faible face à lui et ça me consume.

- Non, merci ... j'préfère rentrer. On se verra une autre fois, elles et moi.

Je me suis excusée auprès d'elles, les aléas de la vie, ça arrive à n'importe qui. Evy ne m'en voudra pas, elle va seulement m'appeler et me harceler jusqu'à ce que je réponde et m'assommer une horde de questions auxquelles je n'aurai pas envie de répondre.

- Démarres, s'il te plaît.
avatarCasey Cooper
Fondatrice
Agent du FBI

Fondatrice Agent du FBI
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/07/1989 à : Pasadena, Californie (États-Unis). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 2323 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/09/2017 Dans la vie, je suis : agent fédéral (FBI). Côté cœur, je suis : dans la crainte de le perdre mais dans l'espoir de le récupérer.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Jeu 1 Fév - 10:08


Pour une fois, il me semblait avoir bien plus causé que ma coéquipière. Je venais de lui débité ce que je ressentais au fond et même de lui exprimé concrètement que je tenais à elle. Je considérais ça comme un effort particulier quand on savait à quel point j'étais avare de ce genre de révélation romantique. Ce qui me perturbait assez, c'était le silence de Casey. Elle qui était d'ordinaire si réactive et qui m'aboyait au nez dés qu'elle pouvait me répondre et dés qu'elle souhaitait me prouver qu'elle ne se laissait pas faire.. Cette fois, elle s'était contentée de résumer les faits et elle s'en était tenu à ça. J'ignorais si c'était l'émotion qui la gagnait qui l'empêchait de rajouter quoi que ce soit, ou bien si c'était la peur de s'emporter face à ce qui était déjà très compliqué... Dans tous les cas, ce silence jusqu'à la voiture était pesant, mais je ne pouvais que m'en sentir coupable.

Je lui proposais naïvement de la raccompagner chez Hank's, bien que c'était complètement con. Comment pouvait-elle retrouver ses amies et s'amuser, comme s'il ne s'était rien passé dans cette ruelle ? Comme si on ne s'était rien dit ? Moi même je n'avais plus le coeur à continuer ma petite sauterie de mon côté. Toutes les conversations sérieuses qu'on avait, Casey et moi, ça m'épuisait ! Je détestais me prendre la tête avec des situations complexes, et on était en plein dedans.

Je la regardais, assise côté passager et un blanc s'imisca après qu'elle m'ait informé sur la suite de sa soirée. Elle me supplia presque de démarrer, comme pour être chez elle au plus vite et se libérer de ma présence. Je passa nerveusement ma langue sur mes lèvres avant de reposer un regard agacé devant moi. Je tournais la clé pour faire grogner le moteur et mes mains tournèrent le volant sans retenue pour que je sorte la caisse de sa place temporaire. Je réalisais, à peine quelques minutes après, que le CD que j'avais inséré dans le lecteur s'était mit à chanter... ça sonnait très désagréable à mes oreilles. Pourtant, j'adorais ce groupe de rock ! D'un geste presque énervé, j'éteignais le poste et reposais mes yeux sur la route. Je ne parlais pas, je ne la regardais pas... j'avais l'impression que le moindre mot qui pouvait sortir de ma bouche pourrait empirer les choses.

Je tournais et m'embarqua dans l'allée du garage de la grande maison dont Casey était encore propriétaire. Je n'éteignais pas le moteur et tournais légèrement la tête sans pour autant la regarder.

- Navré d'avoir gâché ta soirée.

Au moins, je brisais le silence et ces mots ne pourraient pas m'être reprochés par la suite...
avatarAndrew Martyn
Agent du FBI
Sexy, Sexy, Sexy !

Agent du FBI Sexy, Sexy, Sexy !
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 18/05/1983 à : Austin (Texas, U.S.). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 1942 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 10/08/2017 Dans la vie, je suis : Agent du FBI (de façon intéressée). Côté cœur, je suis : torturé.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   Jeu 1 Fév - 10:27

Les rôles s'inversent. En temps normal, c'est moi qui cause et qui lui balance tout ce que j'ai sur le coeur, sans retenu. Je débite des mots à la minute mais là, j'en suis carrément incapable. Ce qu'il a dit, ça m'a atteint au plus profond de mon être et cette putain de crainte de le perdre, malgré les mots prononcés est plus forte que tout. Elle me coupe littéralement la chic. J'ai peur de l'ouvrir, de m'emporter et d'aggraver mon cas. De tout ce que l'on a vécut, lui et moi, cette situation, c'est la pire de toutes.

Je lui demande de démarrer parce que je veux me retrouver chez moi au plus vite, me torcher sûrement la gueule dans mon coin et oublier l'espace de quelques heures avant que le réveil ne soit brutal et me ramène à la réalité. Il le fait, sans douceur. Ce silence de mort durant le trajet est glaçant. Seul divertissement, ce son qui raisonne dans l'habitacle de la voiture et qui finit par disparaître quand Andrew éjecte subitement le CD de son boîtier de lecture. Je garde les lèvres clos. Le regard rivé sur la route. Plus on approche de chez moi, plus la petite voix au fond de moi, la meilleure des deux, me pousse à dire ou faire quelque chose qui puisse jouer en mon avantage. Quoi ? J'en sais fichtrement rien.

Il finit par se garer dans l'allée, derrière ma propre voiture. Je n'ai toujours pas récupéré mon sac. J'ai une putain d'extinction de voix ou c'est comment ? Même mes gestes, j'ai du mal à les contrôler. Quand il ouvre la bouche pour briser ce silence, comme il l'a fait tout à l'heure, c'est presque un soulagement pour moi. Je daigne enfin tourner les yeux vers lui. Des yeux rougis par le chagrin. J'ose parce que l'allée n'est pas éclairée et que je suis certaine qu'il ne pourra rien distinguer, de où il est.

- C'est qu'une soirée ... ce sera partie remise.

Je ne lui en veux pas d'avoir "gâchée" ma soirée, comme il le dit. Je ne lui en veux pas du tout, en finalité. Ce qui cloche, c'est ce qu'il a dit. Ce qui cloche, dans ma tête, c'est que j'ai peur. Peur de vraiment le perdre. Pourtant, il m'a clairement dit tenir à moi et venant de lui, ce n'est pas rien puisqu'il n'est pas du genre à s'exprimer sur ses sentiments.

- Je t'aime, Andrew ...

Ma voix est calme et posée et ne tremble presque plus. J'ai lâché une grosse partie de mon mal-être en laissant ces fichues larmes couler hors de mes yeux. Je me sens un peu plus apte à parler avec lui et à dire deux ou trois choses.

- J'veux pas te perdre et si pour te garder avec moi, j'dois faire des concessions et des sacrifices, je le ferai.

J'ose le contact physique après avoir détachée ma ceinture et pivoté vers lui pour mieux le voir. Je pose ma main sur son bras et j'attrape doucement sa main.

- Tu te sens étouffé ... j'ai sûrement merdé quelque part pour que ça soit le cas. Prends du recul. Prends le temps qu'il te faut. Je t'attendrai. Je t'attendrai toute ma vie s'il le faut.

Je ne peux pas faire mieux. Je ne peux pas en dire plus. Je crois que j'ai résumé au mieux. Je presse doucement sa main dans la mienne, sans le quitter des yeux. J'attends une réaction ? Certainement ... j'attends de lui qu'il me dise ce qu'il en est et j'aviserai ensuite.
avatarCasey Cooper
Fondatrice
Agent du FBI

Fondatrice Agent du FBI
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 08/07/1989 à : Pasadena, Californie (États-Unis). Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 2323 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/09/2017 Dans la vie, je suis : agent fédéral (FBI). Côté cœur, je suis : dans la crainte de le perdre mais dans l'espoir de le récupérer.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il suffit de parler pour devenir un autre...   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Il suffit de parler pour devenir un autre...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pour devenir partenaire
» Astuce pour devenir riche ou "moyen"
» Une quête pour devenir un pirate !
» Un jeu vidéo pour devenir chirurgien... virtuel...
» Votre Parcours pour Devenir Maître Pokémon !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  ::  :: Brooklyn-
Sauter vers: