Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Futur(s) New Yorkais,
C'est la pénurie de personnages féminins, cette fois-ci.
Favorisez les filles, s'il vous plaît.
Les garçons peuvent être créé, malgré tout, nous tentons juste de rééquilibrer les choses Smile

Partagez | 
 

 Wilder than lions, louder than sound — Mabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Mer 21 Fév - 15:01


Il se sentait obligé d’être désolé, après tout, il mettait Mason mal à l’aise, et maintenant, il avait peu à peu la confirmation que c’est bien son corps qui jouait un rôle principal dans cette histoire, plus que des sentiments… Du moins, c’est ce qu’il pensait. C’est vrai qu’il n’avait jamais été pudique, mais dès le début, il avait considéré Mason comme « un deuxième père » et donc, n’avait pas eu de pudeur, comme avec son vrai père. Jusqu’à ce que les choses changent… Lui était persuadé que même sans liens de sang, c’était impossible qu’une attirance se créee. Il était bien loin du compte… Il était bien dans cette situation, maintenant, et Mason avait raison, il fallait qu’il se calme, et ne se montre plus autant, si ça attisait quelque chose. Aussi agréable soit le fait de plaire à l’homme qu’on aime, il fallait qu’il se retienne… Ce n’était pas sain.

— Non, c’est normal que je le cache, si ça attise quelque chose… chez toi.

Il avait un petit air triste en disant ça. Il aurait voulu se frapper, pourquoi être triste de ça ? Ce n’était pas sain, comme histoire… Mais pourtant ça lui serrait le coeur. Dans quoi c’était-il fourré ? Le voilà amoureux de son beau-père, avec l’envie de lui plaire, d’en faire plus pour lui, alors qu’au fond il savait très bien que c’était mal. Mal moralement, et par rapport à sa mère…

Abel sort, il sent le regard de Mason ne se relever que quand il noue sa serviette. Il lui sourit, un peu timidement, l’air bloqué. Après tout, il avait posé la question, alors… Il devait se préparer à la réponse. Mais il n’aurait pas pensé que Mason soit aussi clair, cette fois-ci. D’habitude, il ne parle pas autant. Là, il était servi, il avait ses réponses, et il appréciait ça autant que ça l’angoissait d’entendre Mason débiter mot après mot. Là, devant lui, presque nu… Il sentait que Mason était attiré. Et ses paroles le confirmaient, alors qu’il va ouvrir la fenêtre pour mieux respirer. Le petit air froid n’était pour l’instant pas désagréable, mais lui filait la chair de poule, les pigments de sa peau s’hérissant.

Oui. Il avait dit oui. Son corps le perturbait. Il n’avait pourtant rien de spécial ? C’était juste un gosse de dix sept ans, moins formé que les gens de son âge, à part au niveau des fesses. Il n’était pas vraiment musclé, juste mince, élancé, et fin sans être maigre, avec des traits très fins et un aspect juvénile… C’est ce qu’il voyait dans le miroir. Il ne savait pas quoi répondre à ses premiers mots. Mais il se rendait peu à peu compte que Mason était vraiment mal, perdu, à cause de tout ça, et que ce n’était pas juste l’histoire d’un dérapage. Que c’était plus important que ça encore… Il parlait même de trahir sa mère, c’est que pour lui, comme pour Abel, ça ne s’arrêtait pas à une simple erreur répétée de baisers. Qu’est-ce qu’il devait en penser ? Quelle était la nature de cette attirance… Vu que comme il disait, il n’était pas gay, n’avait jamais été attiré par un homme avant lui.

L’une de ses dernières phrases le secoue un peu. Il se sent coupable d’avoir dit tout ça. Il ne voulait pas lui mettre de pression, rien de ce genre, et pourtant dans ses mots, c’est ce qu’il ressentait. Le plus jeune baisse les yeux, l’air coupable. Peut-être avait-il été trop loin ?

— Pardon… J’ai… J’ai juste voulu être honnête avec toi, je ne veux pas te mettre une quelconque pression ou autre, Mason…

Puis parler du fait de se pencher, de se frotter… Ce n’était pas volontaire ! En dehors des baisers, du moins celui qu’il lui a donné dans sa chambre de sa propre volonté, jamais il n’avait voulu l’attiser ainsi. C’était dans sa nature trop candide, et il se rendait compte que ça pouvait lui porter préjudice d’agir ainsi. Il fallait qu’il grandisse… Mais il était bien, dans sa bulle. Il n’arrivait pas à relever les yeux vers Mason, trop honteux, les joues rouges, et l’air coupable.

— Je ferais attention. Tout ça… Je pensais pas à mal en le faisant, je n’avais pas de mauvaises intentions tu sais… J’imagine que j’ai fait ça… Naturellement… Parce que je me sens bien avec toi.

Les baisers, c’était autre chose. Une toute autre chose, bien plus importante. Mais après tout, il n’avait pas été le premier à lui donner. Mais il n’avait pas refusé non plus et lui avait fait clairement comprendre que ça lui avait plu…

— Et les baisers… Oui.. On aurait pas du. Je vais faire attention, promis. Tu devrais… Oublier, simplement. Et de mon côté, je ferais attention à ce que je dis, et fais…

Et ressens. Son coeur battait plus vite, mais le pincement était brutal. Il allait devoir faire une croix sur Mason, il le savait… Mais ça lui faisait mal.

avatarAbel Grant
Administrateur
Felix Culpa

Administrateur Felix Culpa
j'ai : 17 ans et je suis né(e) le : 10/08/2000 à : Orlando, en Floride. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 86 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant, encore au lycée. Et.. secrètement coyote dans un bar. Côté cœur, je suis : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Mer 21 Fév - 21:00


Il accepte de cacher son corps ? C'était... une bonne nouvelle pour moi je suppose, au moins nous n'aurions pas à revivre des situations comme ça à l'avenir. Je le connaissais, et le moindre petit truc qui lui semblait normal n'allait pas me mettre à l'aise. Je sais d'avance que lorsque je vais le voir revenir d'un cours de danse ou quoi, et qu'il retire son t-shirt, ça va déjà me mettre des vues que je ne devrais pas voir.. Et des idées en tête, alors que je devrais me concentrer sur mon mariage prochain.

J'étais tout de même assez gêné de devoir dire tout ça à Abel.. Parce qu'au final, il devait avoir une belle idée sur moi maintenant... Son beau père qui au final, est incapable de le voir dénudé sans avoir d'arrière pensées. Je me sentais encore plus horrible de devoir penser à tout ça, et de le lui avouer parce que ça n'a pas été foutu de partir de mon esprit...

" - Ce n'est pas vraiment toi qui me la met... Enfin, tu n'as rien fait pour, c'est juste.. arrivé "

J'essaye de trouver son regard, mais il reste là, les yeux baissés, et les joues rouges. Il est... adorable, les joues rouges. Cela lui donne un petit air tendre et innocent, ce qui le représente parfaitement, en définitive. Il a toujours été ce jeune homme plutôt calme et sensible, qui ne montrait pas grand chose au monde, mais qui, quand on le connaissait, était tout à fait étincelant. Je l'avais connu comme ça, au fil des années. Il y avait eu un déclic, qui nous avait rapproché, et qui m'a permit de mieux le connaitre. Au final, Ce n'était pas mieux de rester éloignés ?

Je commence à me poser la question, parce que clairement, je commence à avoir de sérieux doutes. Est-ce qu'il a vraiment fait tout ça par hasard, alors qu'il vient juste de m'avouer que je n'étais pas que le futur mari de sa mère, pour lui ? Bon... si on reprend depuis le début... lorsqu'il a fait les branchements pour le film, j'avoue.. ça, il n'avait pas du le faire exprès. Puis le fait qu'il se couche prêt de moi, il dormait, alors... ça non plus, il n'avait pas du le contrôler... Au final, oui, je le croyais.

Mais... Le fait qu'il revienne dans le salon.. que sa serviette tombe, alors que je me trouvais dans la pièce... Est-ce que ça, c'était fait exprès ?

" - Donc même quand tu fais tomber la serviette, tu fais pas exprès ? Je me fais des films en plus.. "

Je lâche un rire qui, sans aucun doute, traduit à merveille à quel point je suis nerveux.

" - Comment tu veux que j'oublie ? Alors que tu m'as dis clairement ce que toi tu en pensais. ça ne va pas être si simple Abel "

Et au fond ? Je ne sais même pas si j'en ai envie...

" - Mais ce n'est pas comme si on avait une autre solution.. si ?  "
avatarMason Campbell
Administrateur
Pater Peccavi

Administrateur Pater Peccavi
j'ai : 39 ans et je suis né(e) le : 21/04/1979 à : Austin, Texas, E-U. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 93 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : menuisier, je travaille à domicile. Côté cœur, je suis : fiancé à Sara Grant, se marie bientôt..
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Mer 21 Fév - 22:12


C’était réellement ça. C’était juste… arrivé. Pourquoi, comment, on ne sait pas trop. Une histoire de phéromones, d’attirance, un mélange de tout, un véritable cocktail explosif. De son côté, Abel s’était attaché plus que d’ordinaire. Il le ressentait de jour en jour, et c’était difficile de ne pas admettre que ses sentiments amoureux naissants grandissaient de jour en jour. C’était terrible à accepter, tout comme très doux à ressentir. La douceur d’un premier amour… Aussi douloureux et compliqué soit-il, ça avait un goût sucré qui vous apaisait le coeur que vous y pensiez, mais l’amertume de la réalité troublait un peu ce bonheur. C’était un peu comme la vie, l’amour. Il y avait un côté noir, et un côté blanc. Et Abel, découvrait tout juste ça.

— Oui… C’est juste arrivé.

Abel acquiesçait, il ne pouvait pas dire le contraire, après tout. Lui avait ses raisons, celles de Mason étant elles un peu floues. Mais lui ne s’attendait pas à ce que l’amour lui tombe dessus comme ça. Il n’osait toujours pas le regarder dans les yeux, les joues enflammées par la honte, et sa timidité prenant le dessus. Il n’était peut-être pas pudique parfois, mais il était profondément timide, à contrario. Du coup, en sortant de là, à moitié nu, il ne savait même plus ou se mettre. Il sentait le regard de Mason sur lui, et ça le perturbait énormément. Peut-être plus que d’ordinaire, dans ce genre de situation, ou il se sentait coupable de quelque chose. Sa candeur était parfois un handicap, plutôt qu’une qualité, on dirait.

Il se met alors à lui parler du coup de la serviette. De tout ce qu’a cité Mason, maintenant, le dernier en date était bien le seul qui était volontaire. Et incapable de mentir, le plus jeune lui dit la vérité, concernant son petit manège de tout à l’heure.

— Non… Les autres trucs, j’ai vraiment pas fait exprès, Mason. Le coup de la serviette, j’avoue qu’il était un peu prémédité… Mais c’était juste pour voir tes réactions… Et savoir si c’est uniquement mon physique qui… t’intéressais. Je sais, c’est stupide, j’ai juste… Eu besoin de constater quelques trucs…

Il était mort de honte d’avouer ça. Après tout, qu’est ce qu’il pourrait ressentir d’autre ? Il venait d’avouer qu’il avait volontairement « allumé » son beau-père, pour voir ses réaction, face à son corps… Mais soudainement, il se rattrapa, pour qu’il n’y ai aucun malentendu.

— Mais je n’ai pas fait ça pour qu’il se passe quoi que ce soit ! Je… J’étais juste à l’affût de tes réactions, c’est tout…

Il était encore plus rouge en disant ça. Rien que l’idée d’un rapprochement avec Mason lui faisait brûler les joues. Il n’avait jamais goûté à ça, il en était bien loin, très loin même. Et pourtant, il se rappelle encore de ce frisson qui l’a traversé, lui faisant également bouillonner le bas-ventre…

— Ce que je pense, c’est pas grave Mason. Le plus important… C’est toi, et maman… J’ai pas dirigé ce qu’il m’arrive, je ne l’ai pas vu venir… Mais pour ton bien et le mien, j’imagine que c’est mieux… d’oublier. De faire comme si de rien n’était… Quelque chose comme ça.

En vérité il n’était sûr de rien, concernant cette histoire. Ca le blessait autant que ça le rendait heureux, et pourtant, ce n’était que le début. Il ne pouvait s’empêcher de ressentir cette euphorie amoureuse, tout en sachant que c’était impossible que ça aboutisse à quelque chose.

— Je ne crois pas qu’il y aie d’autre solutions… A moins que toi tu en imagines une autre.

Il était triste, de dire ça. Mais que faire d’autre ? Jouer les amants ? Dans le dos de sa mère ? Abel n’avait jamais fait de bêtises, jamais désobéi à sa mère… Mais là, il s’apprêtait à rattraper toutes ses années de sagesse en une seule grosse bêtise.

— Je pense qu’on a trouvé ce qui te perturbait… et moi ce qui m’arrivait, alors maintenant… J’ai juste à essayer d’oublier, et toi, je ferais en sorte de ne plus… t’attirer ?

Il avait réellement mal au coeur en disant ça. Mais il ne pouvait clairement pas lui dire « testons, pour voir ce que tu ressens vraiment, Mason » Non. Mason était le futur mari de sa mère…



avatarAbel Grant
Administrateur
Felix Culpa

Administrateur Felix Culpa
j'ai : 17 ans et je suis né(e) le : 10/08/2000 à : Orlando, en Floride. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 86 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant, encore au lycée. Et.. secrètement coyote dans un bar. Côté cœur, je suis : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Mer 21 Fév - 23:48


Il a admit ! Alors... C'était fini le petit Abel qui transpirait l'innocence et qui n'avait aucune mauvaise pensée. Bon après, il est vrai que je ne qualifierait pas tout ça de mauvaises pensées, mais il avait fait ça avec préméditation, alors... Comment est-ce qu'on pourrait le prendre ? Voir mes réactions ? Oh et bien... Il avait été servi, et puis.. Moi j'étais tombé dans le panneau... Et ça, c'était terrible. Comment est-ce que je n'avais pas pu voir la chose venir ? J'aurais pu tout simplement ignorer, et faire autre chose ! mais non. J'ai plongé.

Je le croyais pour le reste.. Bien sur qu'il n'avait pas fait exprès de faire tout cela pour me... chauffer ? Mon sang, chauffer... c'est terrible comme mot, mais il était tellement proche de la vérité.. Mais en tout cas, il avouait, et ne mentait pas. Là, je retrouvais aussi le Abel que je connaissais, et qui n'avait pas besoin de mentir même si ce n'était pas forcement à son avantage. Puis du coup, une question vient s'ajouter à la longue liste qui nous. concernait : Est-ce que c'était simplement physique ? ou autre ? Même moi, je n'en savais rien..

Il est vrai qu'Abel est vraiment beau.. Un physique élancé, avec de nombreux atouts.. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser qu'en vieillissant un peu, il serait vraiment irrésistible... Le genre de personne qui sont relativement effacer, mais qui sont magnifiques, et encore plus parce que justement, elles ne sont pas perdues dans la masse. Abel, c'était exactement ça. En tout cas, je ne sais pas trop quoi dire à ça... Je ne voulais pas lui mentir non plus, mais je ne pouvais pas non plus lui dire que ça pourrait être le cas.

" - Je te crois, ne t'en fait pas. Mais.. Tu sais, moi même je ne sais pas pourquoi j'ai réagis comme ça... Comme je te l'ai dis, je suis vraiment... Perdu. Je suis incapable d'avoir des certitudes.. "

J'étais quand même curieux de savoir les conclusions qu'il en avait tiré... Mais je n'ai pas envie de le lui demander, parce qu'en vrai... J'ai peur de savoir ce qu'il a vraiment pensé de moi, et de mes réactions. C'est dingue, j'ai peur d'être jugé par Abel ! En tout cas, il continue de me dire que ses pensées ne comptent pas, mais je ne suis pas d'accord. Ce n'était pas parce que j'étais dans le lot qu'il fallait que lui soit négligé. Mais.. Quoi dire ?

" - Pas vraiment... J'ai pas de solutions, parce que je suis incapable de savoir le problème réel... "

Bon, bah au moins j'ai la réponse... Une attirance pour moi, et des sentiments pour lui... ça paraissait être horrible, surtout pour lui, parce qu'au final... Il semblait être vraiment accroché, et c'était quelque chose d'assez difficile à vivre. Je veux qu'il soit heureux, et je m'inquiète pour son bonheur, au final.

" - C'est pas ce que tu veux. Et ce n'est pas ce que je veux non plus. "

Mais voila. Je ne savais pas ce que je voulais. Et c'était bien ça le problème. Mais en tout cas, j'allais le laisser parce que... le voir nu là, ce n'était pas ce qui allait aider, même avec une serviette.

" - Je vais te laisser t'habiller.. Je serais à l'atelier, au cas où. "

Un moyen pour moi de partir quelques instants, pour reprendre un peu le contrôle de moi même. Loin de la tentation.
avatarMason Campbell
Administrateur
Pater Peccavi

Administrateur Pater Peccavi
j'ai : 39 ans et je suis né(e) le : 21/04/1979 à : Austin, Texas, E-U. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 93 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : menuisier, je travaille à domicile. Côté cœur, je suis : fiancé à Sara Grant, se marie bientôt..
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Ven 23 Fév - 13:28


Ce n’était pas réellement une mauvaise pensée qu’il avait eu, mais bon, c’est sur que c’était un peu plus déplacé que d’habitude, lui qui est si innocent, avoir une pensée par rapport à de l’attirance physique, et utiliser son corps pour voir si « ça marche » … Ce n’était effectivement pas quelque chose d’habituel chez lui. Mais sur le coup, il n’avait pas trop réfléchi, comme si il avait des choses à constater, ou même à se prouver… Il grandissait, après tout, et à l’âge ou ses camarades avaient déjà passé le pas, lui était encore dans sa petite bulle. Il avançait pas à pas dans ce monde qu’il ne connaissait pas trop.

Mason lui disait qu’il était perdu. C’était compréhensible, mais du coup, ça voulait dire beaucoup de choses… Ces baisers n’allaient pas être qu’un passage furtif de leur vie, Abel en était sûr, ça cachait autre chose. Et là ou il aurait dû très vite renoncer à lui, son coeur lui disait de continuer, malgré la situation. Et Mason semblait avouer qu’il ne le laissait pas indifférent, et que c’est sûrement pour ça que c’est arrivé. Ils n’en étaient qu’au début, mais sans le savoir, ça allait être bien plus compliqué que ça.

— Si tu te sens si perdu… C’est que tes baisers n’étaient pas… inoffensifs ? Je veux dire… Pas l’histoire d’une fois… C’est que ça te perturbe plus que prévu…

Abel ne jugeait pas Mason. Il n’était pas comme ça, et il ne voyait absolument pas le mal derrière ses actes. Là ou des gens l’auraient traité de pervers, ou autre, Abel ne pouvait pas penser ça. Bien au contraire, il était tellement… dans une idéalisation totale de Mason, que ça ne lui avait pas effleuré l’esprit. Le plus vieux n’était pas comme ça. Jamais il ne le verrai comme un détraqué, ou autre. Non, pour lui, c’était bien plus profond que ça… Même si il était perdu, qu’il ne connaissait pas les réelles raisons de ses actes et ressentis, ça arrivait à beaucoup de gens. Ca ne faisait pas de lui une mauvaise personne.

— Bien sûr que ce n’est pas ce que je veux, mais…

Il rougissait, encore, en entendant ce que Mason disait. Il ne voulait pas que ça s’arrête, et pourtant ça le perturbait énormément. Ils étaient conscients tous deux des choses qu’ils entamaient… Et pourtant, aussi déstabilisant soit la situation, quelque chose les empêchaient de vouloir arrêter, malgré que l’idée soit là, présente, pour tout arranger.

— Je ne sais pas non plus Mason…

Abel était tout aussi perdu. D’un côté il ne voulait pas aggraver les choses, mais il était irrestiblement attiré par Mason. Il voulait faire des efforts, mais le plus vieux ne semblait pas être catégorique là dessus, perdu également. La situation s’envenimait doucement mais sûrement…

— D’accord.

Conscient que ça pouvait le perturber, Abel attendit que Mason sorte de la salle de bain pour enlever sa serviette, se sécher les cheveux, et partir dans sa chambre pour s’habiller. Il enfila un jean simple, un sweat un peu universitaire, et restait en chaussette. Il resta un petit moment dans sa chambre, à se demander ce qu’il pourrait bien faire de cette situation. Ils avaient déjà parlé, ils ne pouvaient rien dire de plus, après tout. Et il avait un peu peur de trop coller Mason, malgré son envie de le faire, maintenant. Il réfléchissait. Il se trouvait bête, idiot de penser de telles choses. Après tout, c’était peut-être lui, le vrai détraqué… Préférer et tomber amoureux d’un homme de vingt et un an son aîné, qui en plus est son beau-père, bientôt marié à sa mère… Mais qu’est ce qu’il avait dans la tête ?

Au bout d’un petit moment, après avoir réfléchi, et beaucoup pensé, il alla rejoindre Mason dans son atelier. En vérité, il ne savait même pas comment formuler ses mots… Mais ça allait probablement sortir tout seul. Il entra, en lançant un petit sourire un peu faiblard à Mason. Puis il ouvrit enfin la bouche, après l’avoir observé travailler un peu.

— Tu sais Mason, j’ai pensé à quelque chose… C’est bête, mais… Ce qui est arrivé est arrivé, on peut pas le nier. Maintenant… Vu que toi et moi, on en est au même point, à ne pas savoir quoi faire… Ne pas avoir envie de se restreindre, ou même de continuer… On devrait simplement… Agir naturellement. Et voir comment les choses se passent… Ça se trouve… ça passera ?

Il était persuadé du contraire. Mais voulait s’imaginer que non.

avatarAbel Grant
Administrateur
Felix Culpa

Administrateur Felix Culpa
j'ai : 17 ans et je suis né(e) le : 10/08/2000 à : Orlando, en Floride. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 86 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant, encore au lycée. Et.. secrètement coyote dans un bar. Côté cœur, je suis : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Dim 25 Fév - 14:16


Oh que non, les baisers n'étaient pas inoffensifs. Et c'était bien ça qui me faisait flipper ! L'adultère, je n'ai jamais été pour, mais j'avais toujours imaginer que si on trompait quelqu'un, c'était parce qu'on ne l'aimait plus, ou qu'il n'avait pas d'autre choix. Mais là... J'avais le choix, non ? Et puis, je sais que ce n'est pas forcement évident vu comme ça, mais je l'aime, Sara... Ce n'est pas pour rien que je suis avec elle depuis tout ce temps.. Mais voilà, Abel avait raison sur ce point : ils n'étaient pas inoffensifs. Mais qu'est-ce que ça pouvait faire ?

Effectivement, j'étais perturbé, et il l'avait vu. J'étais en position de faiblesse, ayant la désagréable impression qu'Abel savait très bien tout ce que nos gestes allaient me mettre mal à l'aise. Oui, j'étais perturbé, plus que prévu, mais jamais il n'aurait du s'en rendre compte ! C'était quelque chose entre moi et mon inconscient. Sauf que là, j'étais à découvert, comme un homme, bras tendu, en plein milieu d'un champ de bataille. La balle était inévitable, alors j'attendais, paniquant à l'idée que oui, j'allais forcement me faire avoir.

Abel était foncièrement gentil... beaucoup trop... La preuve en est que même lorsqu'il s'avérait qu'il avait des sentiments pour moi, apparemment, il était prêt à ce que nous laissions tout tomber, et a oublier tout cela. Mettre le tout dans un coin de sa tête, et de la mienne. S'habiller même, histoire de ne pas éveiller en moi quelques pulsions que pour le moment, je contrôle encore un peu.

" - Je ne te demande rien.. On en a parlé, au moins nous avons été francs.. Et c'est déjà pas mal "

Et sur ces mots, je rejoins mon atelier. Le Havre de paix qui allait me permettre de passer à autre chose, d'avoir une autre pensée, et de me concentrer sur mon boulot. C'était vraiment une chose qui me permettait de m'évader. Travailler le bois avait toujours été quelque chose qui me permettait de m'évader de mon quotidien. Un peu de musique sur la radio de l'atelier, comme à mon habitude, je mets un album des Fleetwood mac, quelque chose de calme, d'apaisant.

Alors oui, j'attrape ma cire, et me met à m'occuper de la table de chevet qu'on m'a commandé. Je commençais à avoir une petite clientèle de riche héritier, à Manhattan, et du coup, ça me forçait à m'investir d'avantage. Le site marchait bien, et je comptais maintenant pour le bouche à oreille. Pour cette pièce là, elle était quasiment finie, je n'avais qu'à faire les finitions. Sauf que pendant que j'applique la cire, je sens un regard sur moi, qui me fait relever la tête. Abel, contre la porte, qui me regarde. Le répit aura été court, mais après tout, je lui ai dis où j'étais. Je pose mes gants, et la cire.

Et il se met à parler. Pour un garçon de son âge, je trouve qu'il est très posé, et qu'il prend vraiment le temps de réfléchir à la situation. La preuve en est que la plupart des personnes dans cette situation auraient sûrement agit comme leur coeur les guidaient, et pas l'esprit. Abel, lui, faisait la liste des deux. Du moins, je le pense. Mais la proposition qu'il me fait.. Il n'avait pas tort, mais je n'étais pas sur que ça soit une bonne idée.

" - Et si ça ne passe pas ? "

Et puis même, je ne pouvais pas me laisser aller ! J'ai naturellement envie d'aller vers lui, de chercher le contact, de continuer de voir si le fait de l'embrasser me fait toujours le même effet. Je ne pouvais décemment pas le laisser faire ça ! Mais d'un autre côté.. Ce n'était pas idiot... Céder à la tentation...

" - Agir naturellement, ça implique aussi de passer du temps ensemble, tout en sachant très bien ce qu'il risque d'arriver. "

Je ne sais pas si il comprend exactement tout ce que ça implique. Je m'approche, contournant ma table de travail, venant lui faire face.

" - Mais oui... peut-être que ça passera... "
avatarMason Campbell
Administrateur
Pater Peccavi

Administrateur Pater Peccavi
j'ai : 39 ans et je suis né(e) le : 21/04/1979 à : Austin, Texas, E-U. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 93 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : menuisier, je travaille à domicile. Côté cœur, je suis : fiancé à Sara Grant, se marie bientôt..
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Dim 25 Fév - 15:00


Si ça ne passait pas… Là était la question. Est-ce que ça allait réellement passer, pour l’un comme pour l’autre ? Ça devenait de plus en plus compliqué, et Abel était incapable d’aiguiller Mason autrement qu’en lui disant ses dernières paroles. Qui vivra verra, c’est ce qu’on disait. Après tout, quand on est perdu… On ne peut pas trouver une solution comme ça. Alors autant laisser les choses venir à eux, même si ça comportait un risque. Un risque de rechute encore plus important. Mais si c’était le cas… ça voulait dire qu’ils n’auraient pu échapper à cette fatalité de craquer l’un pour l’autre. C’était une réponse comme une autre, à leurs doutes.

— Je ne sais pas… Seul l’avenir nous le dira, je crois…

Abel était tout aussi perdu que son beau-père, et pourtant, ce n’était que le début. Ils n’avaient rien fait de grave, disons, même si le geste en lui même, concernant les baisers, était tendancieux, déjà. Ce n’était peut-être pas une autre femme, mais Sara, sa mère, prendrait sûrement ça pour une tromperie, quoi qu’il en soit, homme, femme… Mais son fils ? C’était une trahison par dessus tout. Abel n’osait même pas penser à ça… Et pourtant, son coeur lui, lui disait tout l’inverse. Il battait de plus en plus fort pour Mason, et aussi euphorique soit l’impression que ça lui donnait, ça l’inquiétait énormément de ne pouvoir maîtriser ce sentiment… incontrôlable.

— Oui, ça comporte un risque… Mais on ne peut pas non plus… Couper les ponts, net… Je.. Le supporterai pas. Il faut juste qu’on essaye de se contrôler… J’imagine.

Se contrôler, c’était une chose. Le dire, en était une, mais l’appliquer… C’était très différent. A chaque fois qu’il voyait Mason, chaque minute de plus en sa compagnie, lui donnait envie de se blottir dans ses bras, d’avoir de la tendresse de sa part… De l’affection, du temps. Tellement de choses qu’il aurait voulu, et qui lui serraient le coeur à la simple pensée de ne pas pouvoir les avoir. Puis il pensait à sa mère… Un mélange de honte, et de jalousie. Ses sentiments devenaient plus forts, plutôt que de faiblir.

Mason vint se mettre face à lui, alors qu’il était en train de se battre contre lui même, en son for intérieur. Il leva les yeux, avec un air un peu triste, le regardant dans les yeux, mais esquissant un simple petit sourire, dans le silence, comme pour approuver le fait que « oui, ça passera, peut-être… »

Ou peut-être pas.

Il se mordit la lèvre, et dévia le regard sur le côté. Il ne savait pas quoi dire, ni quoi faire, et refoulait au maximum son envie de sauter dans ses bras. C’était tellement dur, de plus en plus dur de concevoir sa présence sans avoir le droit à son affection. Il aurait voulu pleurer, mais se retenait. Tout était arrivé si vite, il n’avait même pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Enfin… En vérité, tout était là, caché, puis les derniers événements avaient tout révélé au grand jour.

— Est-ce que… tu as besoin d’aide ?

Il lui demande, légèrement renfrogné, essayant de refouler ses envies. Son coeur battait trop vite, et s’en était oppressant. Puis il repensait au contrôle… Non. Il ne fallait pas…

Puis finalement, il releva les yeux vers Mason. Puis dans un élan, il refoula de moitié sa pulsion, et se jeta simplement dans ses bras, pour se serrer et blottir contre lui, la tête contre sa clavicule, l’air apeuré.

— Je suis désolé pour tout ça…

avatarAbel Grant
Administrateur
Felix Culpa

Administrateur Felix Culpa
j'ai : 17 ans et je suis né(e) le : 10/08/2000 à : Orlando, en Floride. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 86 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant, encore au lycée. Et.. secrètement coyote dans un bar. Côté cœur, je suis : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Dim 25 Fév - 19:05


Je n'étais pas certain que ça soit une bonne idée, mais alors... vraiment pas. Et pourtant, j'avais écouté ses propos de bout en bout, tout en essayant de trouver des solutions à mon tour. Mais rien ne venait. Tout ce qu'il y avait dans ma tête, c'était un énorme voyant rouge qui me disant "Mason, tu crains" "Mason, tu fais des conneries, reprends toi" "Mason, tu y étais presque !" Mais... Presque ? Presque quoi ? Est-ce que tout ce temps, je m'étais persuadé d'aimer quelqu'un alors que... Je ne faisais que de vouloir l'aimer ?

Non, impossible.. Mais je n'arrêtais pas de penser à mon père, et au fait que lorsque je lui ai annoncé mon mariage, il m'a félicité. Pour la première fois de ma vie, mon père avait été fier de la voie que je prenais. Il ne m'a pas dit que j'aurais du faire autrement, ou que je ne devais pas faire ça, que j'allais le regrettais. Il ne m'a pas fait me sentir comme de la merde. Pour une fois, ce n'était pas Jude qui avait tout réussi. Il avait foiré sa vie sentimentale avec son divorce ? Et bien j'allais mieux faire.

Et regardez moi maintenant... Je suis là, à aimer avoir embrassé mon beau fils. Oh, stop. J'ai réellement aimé ? J'ai avoué avec aimé... C'est encore pire que ce que je croyais. Je ne peux pas nier ou quoi après ça, du moins pas envers moi même. Je suis tout simplement foutu.

" - Je n'aurais pas voulu couper les ponts non plus.. Mais je t'avoue.. Je ne sais pas trop comment je vais pouvoir stopper mes pensées, mais on peut essayer, oui "

Je n'avais rien à perdre à essayer de toute façon, au point où j'en étais... Alors oui, même face à lui, il fallait que je me maitrise. Non, je ne devais pas avancer plus, on vient de dire qu'il fallait qu'on essaye de se contrôler. Et voilà.. En quelques minutes, j'en suis déjà à devoir prendre sur moi... Chose qu'Abel ne fait pas. Parce qu'après quelques secondes, le voilà dans mes bras, accroché comme si je pouvais partir d'une seconde à l'autre, et sa tête encrée sur mon corps.

" - Je n'ai pas besoin d'aide non... C'est juste une couche de cire à mettre, c'est pas grand chose... "  

Je le garde contre moi. Il ne faisait pas totalement le contraire de ce que nous avions décidé ? Et puis... Comment est-ce que j'allais pouvoir ne rien faire moi ? J'étais obligé de le garder contre moi... de poser mes mains sur son dos, de le rassurer... Le problème me diriez vous ? C'est que derrière ce câlin qui semble chaste et totalement dénué de désir, et bien moi, je ne sentais que son corps contre le mien, et quand je dis contre, c'est... collé ! Puis son odeur, lui qui vient de se doucher, c'est vraiment quelque chose de naturel, et pas avec un quelconque parfum...

Je suis certain qu'il ne se rend compte de rien... et c'est peut-être ça le pire. Je suis certain qu'il ne fait pas exprès, et pourtant.. L'avoir contre moi, et bien... ça me donne une proximité, alors que je suis sensé m'éloigner... Tant pis.. Autant en profiter une dernière fois avant de faire un effort dans ce sens là. Alors oui, je m'adosse contre ma table centrale, en le gardant contre moi. Mes mains qui descendent dans son dos, afin de les poser dans le creux de son dos. Puis un baiser, sur son front, lorsque j'y accède.

Je n'ai pas de réaction au niveau intime... mais en tout cas, mon coeur s'emballe.. comme tout à l'heure, dans la cabine. Sauf que cette fois, ce n'est qu'une étreinte chaste... Et pourtant... Je ferme les yeux, et continue de balader mes mains, sans jamais descendre plus bas que la décence le voudrait. Je recule la tête, et le regarde, un simple instant.

" - Une dernière fois "

Que je mette un point final à tout ça. Alors oui, de nouveau, nos lèvres se collent, sauf que cette fois ci, je ne me laisse pas diriger par mes pensées. J'en profite. D'un baiser tendre, bien qu'avec un peu plus de fougue après quelques secondes. Sûrement nos deux corps l'un autre l'autre qui me pousse à y aller un peu plus franco. Je vide ma tête de toute tentation, ou alors.. Pas du tout, au final.
avatarMason Campbell
Administrateur
Pater Peccavi

Administrateur Pater Peccavi
j'ai : 39 ans et je suis né(e) le : 21/04/1979 à : Austin, Texas, E-U. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 93 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : menuisier, je travaille à domicile. Côté cœur, je suis : fiancé à Sara Grant, se marie bientôt..
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Lun 26 Fév - 12:53


Non, ce n’était pas une « bonne » idée, mais c’était une idée, déjà, et une sorte… d’excuse ? Une excuse pour ne pas être radical, et rompre tout lien. Une excuse pour laisser place au doute, au risque… Mais aussi parce qu’ils étaient tout simplement incapable de renier ce qu’il s’était passé entre eux, de manière différente pour chacun. Abel n’était pas dans la tête de Mason, mais il se doutait bien du bordel que ça devait être là dedans. Si seulement ça n’avait été qu’un accident… Ca aurait été sûrement plus simple des deux côtés. Abel aurait réagi comme Mason l’aurait imaginé, la première fois, et l’aurais rejeté un petit moment. Puis tout serait rentré dans l’ordre… Mais non, c’était bien plus compliqué que ça.

Abel ne pouvait pas nier que ça avait réveillé ses sentiments enfouis. Les moeurs l’avaient sûrement fait refouler automatiquement ce sentiment d’amour naissant. Mais au moment même ou Mason l’a embrassé… Les barrières ont été brisées, et tout, en lui, s’est libéré. Il ne pouvait pas dire le contraire, ni même le refouler, maintenant que tout était sorti. Une véritable bombe avait explosé en lui, et dans son coeur.

— Je ne garantis pas d’y arriver non plus… Mais voilà, le principal, c’est d’essayer… C’est tout ce qu’on peut faire maintenant.

Après tout… Quoi faire d’autre ? La « solution » était là. Enfin, si l’on pouvait appeler ça une solution. Mais Abel avait déjà du mal à résister. Mais pour lui, ce n’était pas mal. C’était, comme une dernière étreinte avant de faire des efforts. Un câlin chaste pour sceller leur décision. Et rester sur une bonne note, si c’est la dernière…

Mason le garde contre lui. Abel aurait voulu que ça dure éternellement. Même dans une situation pareille, il se sentait bien, dans ses bras, blottit, réfugié, laissant de côté les problèmes qu’il engendrait. Il sentit ses mains se glisser dans son dos, lui tirant un frisson tout le long de sa colonne vertébrale, jusqu’au bas de ses mains. Il imaginait les mains de Mason englober sa taille fine. Son esprit vagabondait… Son torse contre lui, son visage contre sa clavicule, il n’y avait aucun espace entre eux. Il se surprends même à imaginer la sensation que ça lui ferait de sentir les mains de Mason parcourir son corps, nu, et des frissons parcourent sa peau subitement. Son coeur bat plus vite. Cette proximité lui fait un effet énorme. Mason l’embrasse sur le front, il ferme les yeux le temps de ce baiser, et garde la tête levée, cette fois-ci, regardant Mason avec ses grands yeux.

Il sentait ses mains qui semblaient vouloir l’explorer un peu plus. Il se sentait fébrile, là, entre ses doigts. Puis doucement, il lui propose une « dernière fois », et vient déposer ses lèvres sur les siennes. Abel rougit furieusement, et ferme les yeux, les mains collées à son torse. Il sent son coeur battre aussi vite que le sien. Le baiser était tendre, puis un peu plus fougueux par la suite… Et le plus jeune se laisse emporter. Il remonte ses mains au niveau de son visage, et les pose sur ses joues, ensorcelé par ce baiser intense. Si intense… Il brûlait.

Il se laissait totalement aller, contre lui, ne brisant pas cette proximité. Puis le baiser se rompt très légèrement, le temps pour Abel de le regarder… plus fiévreux que jamais. Ses joues roses, et ses yeux humides, il n’attends pas une seconde, et reprends le baiser. Non, il ne veut pas le rompre, il ne veut pas s’arrêter. C’est bien trop intense, bien trop fort… Ses deux mains glissent sur son torse, jusqu’à son ventre, ou il s’arrête, au niveau du nombril. Son corps se colle un peu plus. Son coeur s’agitait, tout comme son bas-ventre le brûlait. Il sentait cette excitation qu’il n’avait jamais connu avant, et ça le perturbait énormément. Il remue, machinalement, collé contre Mason.

Doucement, il rompt le baiser, gardant la proximité, de nouveau. Il semblait ailleurs, complètement perturbé, fiévreux. Il ne se rendit même pas compte qu’en bas… C’était un peu éveillé.
avatarAbel Grant
Administrateur
Felix Culpa

Administrateur Felix Culpa
j'ai : 17 ans et je suis né(e) le : 10/08/2000 à : Orlando, en Floride. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 86 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant, encore au lycée. Et.. secrètement coyote dans un bar. Côté cœur, je suis : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   Lun 26 Fév - 22:26


Il n'avait pas tort, Abel. Essayer était bien la seule chose que nous pouvions faire, en espérant, chacun de notre côté et pour des raisons qui divergeaient, que ça marcherait. Moi, pour maintenir à flot mon mariage à venir, et garder un équilibre de vie stable, et lui... Parce qu'il serait tellement mieux avec un homme de son âge. Ou même plus âgé, mais... pas trop, et surtout, pas qu'il soit dans une situation délicate. Quelqu'un qui l'aimerait, et qui le respecterait. Oui, je fais tout ça, mais ça ne serait pas pareil.

Il méritait d'avoir quelqu'un à lui tout seul, quelqu'un qui serait la pour lui, qu'il n'ait pas de culpabilité à l'idée d'un baiser, ou d'une scène avec trop de proximité. Quelque chose de simple, de naturel, une relation dans laquelle il pourra se donner coeur et âme, sans avoir peur de regretter ou de souffrir. Franchement... Comme première relation et premiers émois, il aurait pu avoir beaucoup mieux que moi... Et puis, je ne le dis pas souvent, parce que je suis focalisé sur le fait que je sois avec sa mère mais... Du coup, ça implique qu'il soit extrêmement jeune..

D'ailleurs, en admettant que nous soyons dans un univers parallèle. Que je ne sois pas en couple avec Sara, ni même fiancé, à personne. Que je sois bisexuel, ce qui m'étonnerait énormément, mais bon, admettons... Et que je sois libre de faire ce que je veux, sans avoir peur que mon père me tombe dessus, ou que je le déçoive, encore. et bien... Est-ce que j'aurais tenté un quelconque rapprochement avec un mec aussi jeune ? Parce qu'il n'avait que dix sept ans, ça, je l'oublie trop rapidement.

Et là ? Maintenant que ma langue avait trouvé le chemin pour arriver à la sienne, et que nous étions en train de nous chercher, l'un et l'autre, dansant dans un ballet plein de sensualité et de caresses que je n'arrivais pas à contrôler... Ma tête était sur pause, alors que mon corps lui, trouvait pour la première fois ses marques sur le jeune homme. Comment est-ce qu'un corps masculin pouvait me donner tant de sensations ? Alors qu'en plus, nous étions habillés, et simplement... dans les bras l'un de l'autre ?

Un baiser s'arrête, un autre reprend. Nous étions tous les deux tellement demandeurs que nous en avions sûrement oublier le reste, l'atelier nous offrant une intimité et une pause dans le temps bienvenue. Puis nous étions tout d'un coup beaucoup trop proche, les doigts à travers le tissu me faisant revivre les préliminaires d'une première fois, où nous étions hésitant, de peur de mettre les doigts trop loin, et de toucher un endroit qui risquerait de nous faire prendre peur. Y aller doucement, petit à petit.

Sauf que voilà, alors qu'Abel commence à remuer sur moi... Et bien j'arrive à sentir que quelque chose s'est rajouté entre nous. Je ne veux pas pour le moment mettre un terme au baiser, surtout si c'est le dernier... Autant que j'en profite le plus possible. Mais voilà, est-ce qu'Abel était vraiment en train de... Par réflexe, sans vraiment y réfléchir, ma main s'y pose, mais lorsque je sens qu'effectivement, il... merde. Putain, mais qu'est-ce que je suis en train de faire ?

Je retire ma main, comme traversée par un éclair, pour la reposer plus haut, sur son torse. J'ouvre les yeux, pendant que je reprend ma respiration, mais... à mon tour de reprendre le baiser. Bizarrement, la réaction de son corps me... Flatte ? Et la sentir... ne me dérange pas plus que ça, bien qu'elle me mette mal à l'aise dans le sens ou.. Je ne pouvais rien y faire, et je n'en avais pas spécialement envie. Enfin, pas envie, mais... Je crois que la barrière de la morale est toujours là, au fond.

Alors oui, je continue de bouger contre lui. Le frottement est agréable, et je sais très bien que je ne tarderais pas à être dans le même état... D'ailleurs, en parlant de ça.. Okay, là, ça va trop loin. C'est terrible, comme sensation, et puis... Comment j'allais faire moi ? Une douche, sûrement, et puis... Du travail manuel. Je suis doué pour ça, en ce moment, pour tout dire. Nous avions l'air de quoi comme ça ? à être dans la même situation, sans pouvoir s'aider à se calmer ? Bien au contraire, c'était pire que ça. Chaque frottement devenait une torture.

J'ouvre les yeux, le regarde. Bordel, Abel, qu'est-ce qu'on fait ? Qu'est-ce qu'il faut qu'on fasse ?
avatarMason Campbell
Administrateur
Pater Peccavi

Administrateur Pater Peccavi
j'ai : 39 ans et je suis né(e) le : 21/04/1979 à : Austin, Texas, E-U. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 93 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 28/10/2017 Dans la vie, je suis : menuisier, je travaille à domicile. Côté cœur, je suis : fiancé à Sara Grant, se marie bientôt..
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Wilder than lions, louder than sound — Mabel   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Wilder than lions, louder than sound — Mabel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vend armure des lions
» Armure des Lions -U- Prix de départ: 400K!
» The Scarlet Lions
» Can you hear this sound ? [Privé Luna & Elisan]
» Aelia de Lydes ɤ Rise and rise again until lambs becomes lions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  ::  :: Brooklyn-
Sauter vers: