Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Futur(s) New Yorkais,
C'est la pénurie de personnages féminins, cette fois-ci.
Favorisez les filles, s'il vous plaît.
Les garçons peuvent être créé, malgré tout, nous tentons juste de rééquilibrer les choses Smile

Partagez | 
 

 We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Mer 7 Fév - 18:54


J'avais l'impression de ne plus voir mon frangin ces derniers temps. Il n'était sûrement pas le seul à blâmer, alors que je disparaissais la plupart des nuits pour mes petites affaires, mais Matthew me cachait un truc, je le sentais bien. Ou plutôt, il ne me cachait pas tant quelque chose que j'avais l'impression que je ne connaissais rien de sa vie ses derniers temps. Ca avait commencé par ce mec qu'il avait ramené, une anomalie dans les pratiques de mon frère, et maintenant, j'avais l'impression qu'il semblait bien trop sage niveau conquête. Alors j'avais décidé d'y remédier. Exagérant mon minois de chien battu pour le convaincre de m'accompagner en boîte de nuit. J'allais quand même pas le laisser devenir un moine bien rangé. Il était déjà bien plus sérieux que moi, si je le perdais comme compagnon de fête, j'avais bien peur que sa tolérance à l'égard de mes écarts ne diminue dramatiquement et que je ne finisse à la rue. Non pas vraiment à la rue. Matthew ne me ferait jamais ça mais ... Enfin pour revenir au sujet, nous étions à l'entrée d'une des plus populaires boites de Manhattan, j'avais passé un bras autour de son cou.

- Je commence à m’inquiéter pour toi, Matty ... Je lui lance un sourire en coin, amusé. - On dirait presque même que t'es devenu un de ses adultes sérieux et raisonnables.

Je le traînais en direction du bar, et sortait un billet sur ce dernier pour prendre commande d'une bouteille. Ce soir, nous allions faire la fête jusqu'à pas d'heure et j'allais le pousser à consommer sans modération que ce soit l'alcool ou les hommes. Parce que même si j'aimais le charrier, j'étais son plus grand supporter. Et je chercherais probablement quelqu'un pour me tenir compagnie aussi, même si j'allais d'abord m'occuper de mon grand frère. J'allais être le meilleur copilote de drague du monde pour lui.

- Souris, grand frère. Ce soir, c'est moi qui régale.

Je faisais un clin d'oeil à la serveuse qui revenait avec notre bouteille, et deux verres, la gratifiant d'un beau pourboire, encore les poches pleines d'une de mes ventes. Le bit de la musique techno résonnant dans mes oreilles. Ce n'était pas ma musique favorite, je devais l'admettre mais je pouvais apprécier la décadence de ses corps se mouvant sur la piste de danse. De manière erratique et sensuel. Je servais un verre à mon frère, et un pour moi avant de prendre place sur un des tabourets, tapotant mes doigts sur le goulot de la bouteille.

- Alors, toujours pas prêt à faire de moi le tonton le plus cool du monde en te casant avec une de ses gentilles filles qui doivent te courir après ?

Je plaisantais parce que j'avais toujours un peu de mal à aborder le sérieux de front, sans une bonne dose de sarcasme mais il était assez rodé à l'exercice pour savoir que c'était ma façon à moi de venir aux nouvelles et de m'enquérir de ce qui se passait dans sa vie.
avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 112 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Jeu 8 Fév - 11:56


Ah, mon frère... Autant il y a des fois où il me casse les couilles, autant des fois, il arrive à faire ressortir en moi l'image du grand frère prêt à tout pour le remettre dans le droit chemin. Faut dire que depuis qu'il est arrivé à New York, les conneries, ça lui connait... Et moi, je dois me débrouiller pour ne pas me griller, ni le griller, et rassurer mon père qui téléphone depuis l'autre côté de la planète et qui s'inquiète toujours autant pour ses fils. J'ai beau avoir la trentaine passée et Hunter vingt quatre, ça ne l'empêche pas de vouloir que tout se passe bien.

Mais il est vrai que depuis quelques temps, je vois beaucoup moins Hunter. Il y a plusieurs raisons à cela : Nos emplois du temps sont tous les deux très chargés, ses activités l'occupant quand même pas mal s'il ne veut pas se faire griller, et moi j'avais un boulot qui me demandait pas mal de temps tout de même. Et pour les soirées, j'avoue aimer les passer en compagnie de mon procureur... Celui qu'avant je ne voyais que pour m'envoyer en l'air, maintenant et bien... C'était tout autre chose. même si l'un n'empêche pas l'autre.

Et puis, j'essayais d'être au maximum chez lui.. Je savais qu'Hunter et Lewis, ce n'était pas le grand amour. Qu'il lui était rentré dedans, le jour où je l'avais ramené à la maison pour qu'il y passe la nuit. Le problème de notre duo, c'était que chez moi, il y avait Hunter, et que chez lui, il y avait Morgan. Autant dire qu'il y avait forcement l'un d'entre nous qui prenait le risque de s'en prendre plein la face. Mais du coup, quand mon frère m'a demandé de sortir avec lui ce soir, comme avant... J'ai pas pu dire non ! C'est vrai que c'était quelque chose que nous ne faisions plus aussi souvent.

" - Sérieux et raisonnable ? Nan, ça va, je pense que j'en suis encore loin "


Je lui souris, alors que nous entrons dans la boite de nuit. La soirée promettait d'être sympa malgré tout, et je pourrais lui montrer que non, je n'étais pas encore au stade d'être vraiment rangé et calme.

" - Oh, t'invite ? Prends deux bouteilles alors "


Que je dis, sur le ton de la plaisanterie. Une bouteille déjà, c'était pas mal. De plus, nous sommes rapidement servis. Je me doute que l'argent qu'il est dépense est certainement sale, mais je n'ai pas envie de me prendre la tête avec lui là. Je préférais fermer les yeux là dessus. Et Hunter ne tarde pas avec ses remarques. Mais ça me fait sourire ! Il ne changera donc jamais là dessus.

" - Et non ! Puis tu sais, les femmes me courent pas vraiment après. Du moins, je ne les laisse pas croire longtemps "


Je prend mon verre, et le lève vers lui comme pour trinquer avant de le porter à mes lèvres. Ah, l'alcool... Putain, en vrai, ça me fait grave du bien une petite soirée en boite. ça faisait réellement longtemps. Puis faut que je bois, si je veux aller danser !

" - T'as qu'à avoir ton propre gamin ! Comme ça moi je serais tonton. "


Un petit clin d'oeil, alors que je me ressers.

" - Puis tu me connais. Avant que je me case, y'a du chemin à faire ! "


Pas si grand, au final..
avatarMatthew Kennedy
Administrateur
AU GROS MARTEAU.

Administrateur AU GROS MARTEAU.
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 07/12/1983 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 558 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/10/2017 Dans la vie, je suis : Avocat. Côté cœur, je suis : En couple

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Jeu 8 Fév - 20:22


J'avais pas pu empêcher un sourire rassuré de franchir mes lèvres quand mon grand frère m'avait dit qu'il était loin de devenir sérieux et raisonnable. C'était un peu con, c'est pas que je voulais pas qu'il soit heureux ou une connerie dans le genre mais un psy aurait probablement dit que j'avais une peur bleue de l'abandon depuis la mort de Jayden. Ouais sauf que la psy, j'avais évité d'y retourner et que je gérais mes angoisses de manière très personnelle. Certains pourraient dire de manière pas forcément saine mais ca me convenait. Pour le moment en tous les cas.

Mais nous n'étions pas là pour ressasser des mauvais souvenirs ou se prendre la tête, non on était là pour faire la fête, et Matt semblait prêt à me suivre dans mon délire, ce que je ne pouvais qu'apprécier. Et il faisait même l'effort de ne pas questionner la provenance de l'argent que je déballais sans vergogne. Ca devait probablement le chatouiller mais il avait beau ne pas apprécier, il savait fermer les yeux de temps à autre pour éviter que nos rapports ne se dégradent de trop. J'avais conscience que je lui pourrissais sûrement un peu l'existence, mais vivre dans le déni des conséquences, c'était un peu mon leitmotiv. Parce que je faisais un paquet de conneries, fallait l'avouer et si je commencais à me prendre la tête avec la culpabilité, j'aurais probablement du mal à dormir la nuit.

Alors parler et déconner sur les sujets habituels, c'est un peu un garde fou pour éviter que les choses débordent et tourne vite à un climat hostile. Matthew réponds avec la même honneteté dont il doit aussi faire preuve face à la gente féminine. C'est un gars bien mon frère, bien meilleur que moi et c'est une des raisons pour lesquels je l'admire autant.

- Putain ... Moi avec un gamin ? T'imagine le désastre ? Pauvre gosse.

Parce que j'ai beau m'occuper de mes chats, ils sont indépendants et si je me retrouve sous les barreaux ou pire encore gisant dans le fond d'un caniveau, ils retomberaient sur leurs pattes. Non, je serais un médiocre père et je peux pas infliger ce genre de trucs à un gosse. J'ai eu la chance d'avoir un bon père, et je sais que Matthew en ferait un excellent ... si il avait des gosses un jour. Mais moi, certainement pas.

Enfin, il me rassurait aussi en m'annonçant qu'il était pas près de se caser, parce que bordel ce type avec qui il couchait commençait sérieusement à me filer les jetons, de le voir bientôt m'annoncer qu'il fallait que je décampes parce qu'il allait emménager avec. C'était pas le genre de truc que j'exprimais, ca ne les empêchait pas de tourner dans ma tête, ces stupides questions.

- Tant mieux alors parce que je suis sûr qu'on va trouver un homme qui ne demande qu'à être combler par l'expertise des prouesses d'un Kennedy.

Un sourire à l'arrache aux coins des lèvres, je jette un vague coup d'oeil aux alentours pour prouver mon point. Je sais que cela ne sert à rien de jouer les faux modestes, et on a beau être différents physiquement on a tous les deux hérités d'un physique plus que flatteur qui nous aide bien à trouver un brin de compagnie.

- T'as envie de quoi ce soir, blond, brun, roux ? Non, pas blond.

Une décision unilatérale parce que je voulais le détourner de ce judas qui essayer de lui passer la corde au cou, alors mieux fallait prendre un modèle aux antipodes.

- Pas besoin de décider tout de suite ... On a toute la nuit devant nous.

Je levais mon verre dans sa direction pour trinquer avec un mouvement de sourcil amusé.
avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 112 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Jeu 8 Fév - 23:09


Ce n'est pas parce que je suis avocat, et que j'ai trente quatre ans, que je ne prend plus de plaisir à aller en boite de nuit. La plupart des gens de mon âge prennent leur pied en allant à des tests de vin, ou des trucs du genre. Rien de passionnant, pour moi. Je préférais encore passer mes soirées de libre autour d'un alcool fort, à me rappeler que non, je n'étais pas vieux. Putain d'anniversaire de merde. C'est vraiment pas quelque chose que j'aime. En tout cas, ce soir, je vais kiffer ! Puis ça fera plaisir à mon frère, en même temps.

Je peux comprendre qu'il soit un peu soulé qu'on ne se voit plus autant, parce qu'au fond, moi ça me fait chier quand il ne rentre pas, et qu'on ne se voit pas pendant plusieurs jours. C'est mon frère, après tout, et puis notre relation était vraiment.. Spéciale. Il a beau être dealer et toutes ces merdes, ça ne m'avait pas fait le détester pour autant... je ne pourrais pas. La seule chose que je peux faire, c'est de lui faire comprendre que c'est de la merde. Et que ça va lui gâcher la vie. Mais malheureusement, c'est pas moi qui vais décider pour lui.

" - Qui sait, peut-être qu'un gosse, ça te pousserait dans l'âge adulte ! "


Bien sûr que je le taquine, être parent, c'est quelque chose de très compliqué, et l'encourager s'il n'est pas prêt. Et puis il savait très bien que je n'étais pas sérieux, la taquinerie était devenu quelque chose de commun entre Hunter et moi. Je n'ose même pas le contredire quand il me parle de quelqu'un devant passer sous mes mains expertes. J'avais pas spécialement envie de casser mon image de séducteur, mais... La vérité, c'est que j'en ai pas très envie. J'ai trouvé celui qui arrivait à me combler.

D'ailleurs il enchaine bien vite sur le fait de me trouver un mec pour la nuit. Mon envie du soir, comme il l'aurait appelé. Il est vrai qu'avant, c'était monnaie courante... Nous passions rarement la soirée seule, même si bien sûr, nos petites affaires, c'était chacun dans nos coins... Mais quand il me demande de choisir, je me contente de lui sourire, et de continuer de boire quelques gorgées. Pas de blond. A coup sur, il me dit ça pour justement, faire référence à Lewis.

" - ouais mais Hunt, clairement, je ramènerai personne hein... "


Je ne voulais pas non plus lui mentir, il se devait de savoir.

" - Je sais que ça fait bizarre, dis par moi, mais... Lewis, à lui seul, il me suffit "


Je regarde même autour de nous, mais tout ce que j'y vois, ce sont des jeunes qui dansent. Après, je ne peux pas nier qu'il y en a qui sont sexy, mais de là à vouloir les avoir dans mon lit. J'avoue, les temps changent... Il y a quelques mois, j'aurais sûrement dit que je n'étais pas contre me taper un beau brun, bien moulé dans un jean. Mais là... C'était moi, le mec bien moulé dans un jean, et me tapant une chemise avec ça. Et dommage pour ceux qui matent, parce qu'en vrai... ils ne m'auront pas.

" - Et toi, tu comptes te trouver une proie ? "
avatarMatthew Kennedy
Administrateur
AU GROS MARTEAU.

Administrateur AU GROS MARTEAU.
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 07/12/1983 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 558 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/10/2017 Dans la vie, je suis : Avocat. Côté cœur, je suis : En couple

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Dim 11 Fév - 13:09


Je grimaçais légèrement à sa remarque sur mon entrée à l'âge adulte, je savais qu'il n'avait pas tort, je me comportais comme un gosse la plupart du temps mais je n'avais que 24 ans après tout. J'avais encore du temps devant moi, enfin si j'arrivais jusqu'à l'âge de mon frère. Mais peut être que c'était ça qui le poussait dans une relation avec cet espèce de connard arrogant. Peut être une question d'horloge biologique qui le titillait. J'en savais trop rien, je savais même pas ce qu'il pouvait lui trouver pour être honnête.

Son pseudo mec était arrogant, imbu de lui même et franchement rasoir. Quitte à avoir un beau frère, il était certain que j'aurais préféré un type sympa et drôle. Matthew méritait tellement mieux, mais je ne pouvais pas lui dire, je savais qu'il le prendrait mal. Je me contentais donc de siroter mon verre tranquillement, tentant néanmoins de trouver une cible à sa hauteur qui le distraierait suffisamment pour qu'il reprenne ses esprits. Cependant malgré mes tentatives, Matthew était loin d'être réceptif, et je laissais un soupir franchir de mes lèvres.

- Putain ... Il doit être drôlement doué au plumard pour que tu en oublies sa personnalité désastreuse.

C'était peut être la seule explication plausible que j'envisageais parce que je ne voyais pas d'autres solutions. Et j'évitais de m'alourdir un peu trop sur la pensée, parce qu'il restait mon frère et que c'était assez dégueulasse de m'imaginer ce qu'il pouvait faire dans son plumard avec les mecs avec qui ils couchaient. Pour chasser l'amertume du moment, je finissais mon verre d'une traite et m'en servait un second. La soirée était probablement plombé d'avance si on devait parler de l'autre trou de balle.

Il était de loin, mon sujet de discussion le plus irritant.

- Peut être ... Faut bien que je trouve un pigeon qui me laissera crécher chez lui quelques temps, le temps que je me retourne.

Parce que fallait bien que j'envisage la possibilité de trouver un autre endroit où je pourrais pieuter, et j'avais pas vraiment beaucoup de vrais amis, de ceux sur qui je pouvais compter. Par choix. Je pensais quand même à Gabriel, même si je m'efforçais de ne pas me lier trop d'amitié avec lui, il était probablement le seul sur qui je pourrais peut être compter en cas de difficulté. Sauf que j'avais fais en sorte de ne jamais m'investir dans cette amitié pour me protéger.

- J'ai pas envie de me taper sa tronche à longueur de temps pour être honnête. J'admets ma défaite, je le laisse gagner, il a voulu me virer de l'appart depuis notre première rencontre.

Et j'en voulais un peu à mon frère momentanément, alors je me plongeais dans un silence glacial. J'aurais pourtant cru qu'il ne laisserait jamais sa précieuse princesse se foutre entre nous. Ce type qui m'avait toujours traité comme une vermine, qui se croyait supérieur à moi en tous les sans parce qu'il avait son petit boulot bien rangé.
J'avais conscience que je boudais comme un gosse, mais je m'en foutais après tout, c'était déjà ce qu'ils pensaient de moi tous les deux.
avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 112 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Mar 13 Fév - 20:32


Doué au lit ? Ah, ça oui, il l'était... C'est d'ailleurs pour ça que les premières fois, j'avais gardé contact je crois... Sauf si c'était mon inconscient qui c'était au final révélé. Non, je ne crois pas. Les premières fois que je l'ai recontacté, clairement c'était pour baiser. Parce que ouais, il m'avait vendu du rêve, et j'avais envie de l'avoir de nouveau totalement soumis à moi, bien qu'en dehors de mon bureau... Mais j'étais certain que ce n'était pas non plus pour ça que j'avais voulu continuer de le revoir, au jour d'aujourd'hui.

Mais en tout cas, ça se voyait qu'il ne portait pas mon amant dans mon coeur. Je ne trouvais pas qu'il avait une personnalité désastreuse, maintenant que je le connaissais un peu plus en profondeur. Et non, pas de ce côté là, bande de pervers ! Juste que maintenant que j'en avais appris plus sur lui et sur qui il était derrière son petit côté séducteur et prêt à ne rien lâcher au niveau du boulot, et bien... Je pouvais comprendre qu'Hunter ne l'aime pas, en vrai... Parce que moi non plus, au début, je ne l'aimais pas.

" - ça ne fait pas tout... Mais il faut juste que tu essayes de creuser. Au début aussi je le prenais pour un connard "


Peut-être qu'avec ça il ferait un effort ? Non, ça m'étonnerait... Mais c'est moi ou aucun de mes proches n'aime le mec que je fréquente ? Génial... tout simplement génial... Mais bon, je ne disais pas mon dernier mot... que ça soit Andrew ou même Hunter, peu importe comment ça a démarré entre eux, je ne compte pas rester la sans rien faire. Je reviendrais à la charge, et je tenterais de les faire s'entendre mieux que ça ne l'est maintenant... Et dans les deux cas, ça ne peut qu'aller mieux, vu comme ils se détestent !

" - Comment ça un pigeon pour que tu te retournes ? "


Attend, j'ai loupé un épisode ? Comment ça il veut se retourner ? Il veut vraiment quitter notre appart là ? Et le mec il m'en parle maintenant, comme ça, sans que je ne sois préparé ? Merde, enfin... ça reste mon frère, même avec ses conneries là... je ne me voyais pas être tout seul du jour au lendemain ! Enfin, seul, non, mais... ça ne serait tellement pas pareil, en vrai. Mais voila, il continue, et d'un coup, je comprend exactement ce qu'il cherche à faire. Me culpabiliser.

Sa défaite... N'importe quoi ! Depuis quand c'est une guerre entre les deux ? Non mais ils ne se sont vraiment parlé qu'une seule fois, y'a un moment ou il ne peut pas déjà s'être fait un avis ! Je termine mon verre, et pose ce dernier vide à côté du sien, pour qu'il me le remplisse, tant qu'à faire.

" - Franchement Hunter, ça fait des mois que je le fréquente, tu ne l'as pas vu beaucoup, abuses pas... "


Pour moi ce n'était pas une raison pour partir.

" - Puis t'es chez toi hein. Bon, je sais que vous vous êtes pris la tête, mais il va falloir que vous appreniez à cohabiter ! "


Mais je ne pouvais pas non plus laisser faire comme ça..

" - Ecoute, je f'rais gaffe. On ira dormir chez lui, même si je dois me taper son putain de meilleur pote, mais j'veux pas que tu partes non plus "


Surtout que ça, j'étais certain, ça casserait un lien je pense. Non pas que je ne le verrai plus, mais.. ça ne serait pas pareil.

" - Alors ouais, cherche un mec si tu veux. Mais va pas habiter là bas ! "


Je lui souris, histoire de le rassurer. Mon frère restait mon frère !
avatarMatthew Kennedy
Administrateur
AU GROS MARTEAU.

Administrateur AU GROS MARTEAU.
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 07/12/1983 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 558 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/10/2017 Dans la vie, je suis : Avocat. Côté cœur, je suis : En couple

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Mer 14 Fév - 18:09


De façon qui ne m'étonnait plus vraiment après la façon dont j'avais appris leur relation, mon frère prenait automatiquement la défense de son crétin de roméo. Et aussitôt la morsure que je portais se consummer de nouveau. Non, parce qu'évidemment c'était bien sûr à moi de faire des efforts, hein ? Parce que c'était normal, la façon dont ce sale type me rabaissait. Matthew devait probablement penser la même chose de moi mais n'osait juste pas ma l'avouer. J'aurais pas du être si étonné.

Et mon mécanisme de défense s'activait directement, je me refermais comme une huitre. Non, j'évoquais rarement les choses qui me chagrinaient. Un mode de vie que j'avais pris depuis la disparition de Jayden. Une façon de gérer avec mon deuil qui avait inquiété mes parents à l'époque, mais j'avais prétendu, j'avais souri, fait semblant d'aller mieux. Je savais qu'ils n'avaient jamais été dupes. C'est la raison pour laquelle j'avais fini par m'envoler vers les Etats Unis, oubliaient leur regard plein de compassion qui me rendait si mal à l'aise.

Je n'avais même pas envie de me défendre, pas envie de protester, à quoi bon ca tomberait dans l'oreille d'un sourd. Je regrettais amèrement ma volonté de passer du temps avec mon frère comme un chien qui quémande de l'attention, j'aurais pu passé une soirée à me défoncer la tête, et oubliait tous mes foutus problèmes à la place.

- T'sais quoi, peu importe, j'ai pas envie de parler de ça.

Je prenais une profonde inspiration, et détournait le regard vers la sortie. J'avais besoin de reprendre un peu mes esprits.

- Je reviens je vais prendre l'air.

J'avalais mon verre d'une traite, avant de me diriger vers la porte. Je le plantais un peu là, mais je m'en foutais pas mal pour être honnête, je lui laisserais pas le plaisir de me voir dans un moment de faiblesse et de vulnaribilité. Je faisais un signe de tête au videur, mimant de fumer une cigarette avant d'avoir son aval, et d'aller dans une ruelle sur le côté de la boite. Je sortais mon matériel et me roulait un joint. Une dose de courage pour prétendre, faire semblant le restant de la soirée. Et tant pis si Matt me jugeait, apparemment son estime n'appartenait qu'à son mec.

Je prenais mon temps, et revenait quelques minutes plus tard dans la boite, les yeux dilatés par la substance coulant dans mon sang, un mélange efficace d'alcool et d'herbe qui me permettait d'arborer le sourire de circonstances qui étaient attendus de moi. Je flirtais en passant avec quelques autres clients des lieux avant de retrouver mon frère.

- Bon alors, on fait la fête ou on fait la fête ?

J'arborais une belle rangée de dents blanches dans sa direction, déjà passé à autre chose grâce à mon intoxication.
avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 112 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Lun 19 Fév - 13:02


J'ai bien vu que mon frère était dérangé... Bon, il fallait que je lui en parle, je ne pouvais pas faire comme si de rien était. Je n'allais quand même pas le laisser me trouver un mec pour la nuit, et faire semblant de l'amener dans ma chambre sans le sauter... Surtout que ça faisait un faux espoir pour le mec aussi. En vrai, je ne pouvais pas faire semblant pour préserver mon frère... Alors j'avais avoué, d'une certaine manière. Mais même si j'y avais mis les formes, j'avais l'impression que ça n'allait rien changer.

Hunter n'aimait pas Lewis. Je ne connaissais pas exactement les détails de leur première rencontre, je sais juste que ça s'est mal passé, mais... Chacun me dit que c'est la faute de l'autre, alors comment est-ce que je peux me faire un avis ? Alors j'essayais d'arrondir les autres des deux côtés, mais bon, ça commence à être fatiguant. Alors je me contente d'essayer de faire au mieux, mais encore une fois, ça ne semble pas suffir. Et là, Hunter me lâche pour aller dehors, prendre l'air, comme il le dit.

Je le laisse partir, le retenir serait surement pire. J'suis seul, sur cette banquette, avec mon verre que je remplis à nouveau. C'est chiant, cette situation me tape sur les nerfs, mais bon. Je ne dis rien. Buvant tranquillement, ma tête bouge en même temps sur le rythme de la musique. Un mec s'approche, et s'assoit à côté de moi, là où Hunter était il y a quelques secondes. Bon, il me parle, je lui répond, c'est pas le genre de mec lourd alors ça passe. Oui, on prend un verre, et oui, je répond à ses questions.

Jusqu'à ce qu'il me demande si j'ai un petit ami... Je ne sais pas quoi répondre. Oui et non ? Je lui souris, et le repousse gentiment, prétextant que ce n'est pas mon type. Franchement, c'est tranquille, le mec se barre avec un sourire, sûrement à la recherche d'une autre proie. Mon frère revient, et je remarque directement ses yeux. Je suis contre toute prise de drogue, c'est vraiment quelque chose que je ne supporte pas, mais bon... Je ne vais rien dire, parce que je ne veux pas qu'on passe une mauvaise soirée.

" - On fait la fête ! "


Je remplis de nouveau nos verres, et regarde la piste de danse

" - Tu sais que ça fait une éternité que je n'ai pas dansé en vrai ! "


et j'allais y aller. Lui aussi ! Parce qu'au final, le fait d'avoir un amant régulier.. je n'avais plus trouvé de raisons pour trainer dans ce genre d'endroit !
avatarMatthew Kennedy
Administrateur
AU GROS MARTEAU.

Administrateur AU GROS MARTEAU.
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 07/12/1983 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 558 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/10/2017 Dans la vie, je suis : Avocat. Côté cœur, je suis : En couple

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Sam 24 Fév - 19:02


L'herbe et l'alcool aidant, je finis par chasser les nuages qui couvrent mon esprit et je me sens prêt à passer une bonne soirée. Avouons ce qui est, je ne néglige pas de me reservir à boire, et je ne me prives pas non plus pour regarder les alentours à la recherche d'une quelconque proie. Je suis mon motto qui me permets de survivre, de ne pas me laisser noyer par tout ca : drogue, alcool et sexe. Il manque encore la partie sexe mais la nuit est encore jeune, et j'ai encore le temps de voir venir pour trouver.

Il y aussi la recherche du frisson d'adrénaline, mais avec mon frère comme chaperon, ca va être plutôt dur pour moi de provoquer une bagarre, juste pour le plaisir du risque. Je trouverais bien une contrepartie acceptable en tous les cas. Quelque chose qui atténue la douleur en faisant grimper l'excitation. Un sourire en direction de mon verre alors qu'il remplit encore mon frère et propose d'aller sur la piste de danse ou quelque chose dans le genre. Bordel, il risque de se faire chier un maximum mais pas moi.

La danse dans ce genre d'endroits, c'est un peu un prémice au sexe. Une promesse, ou un essai de compatibité mais je vais pas le priver de vouloir tenter l'expérience alors qu'il a la corde au cou ou un truc dans le genre. Il m'a dit ne pas vouloir coucher avec un autre en tous les cas. Mon regard traîne sur un habitué du coin, au mouvement plutôt envoutant avant que je ne cherche autre chose dans la foule. Un partenaire adéquate, parce qu'autant j'aime mon frère, je suis pas vraiment prêt à me lancer dans un collé serré avec lui.

- Y a rien de mieux qu'une bonne danse pourtant ... Et surtout un bon danseur pour aller avec.

Je soupire rêveur, complètement détendu par ce qui court dans mon sang. Mon esprit s'éloigne de l'objet de contention entre nous pour se concentrer sur l'alcool et les corps en sueurs.

- Ca peut être même presque aussi bon que le sexe, minus l'orgasme ...

Quoique, j'ai quelques souvenirs plutôt savoureux de fin de danse traînait dans les chiottes de la boite. Motivé par la suggestion de mon frère, je me tourne vers lui et arque un sourcil dans sa direction pour savoir si il veut y aller tout de suite ou boire encore un peu avant de se lancer dans la foule.

avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 112 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    Dim 25 Fév - 18:27


Bon, au moins, mon frère avait arrêté de faire la gueule apparemment... Maintenant, il fallait simplement que je tente de ne pas en remettre une couche, et donc pour cela, il ne fallait pas que je remette le sujet de Lewis sur le tapis... Au moins, il était au courant que je ne comptais pas avoir un autre homme dans mon lit ce soir. Ni même demain, ou n'importe quand, en vrai... Mais je n'avais pas d'autre raison de l'embêter avec ça, alors qu'il n'avait clairement pas envie que l'on en parle.

Alors oui, je n'ai pas hésité quand il me parle de fête, parce qu'au final, nous n'avions pas eu l'occasion de le faire depuis longtemps... Et j'allais même oublier de mon esprit que mon frère venait de prendre l'air à coup de joint et de drogue. J'allais faire un effort de mon côté, parce qu'au fond, il en faisait un du sien en étant pas parti. Alors oui, j'allais aller danser, bien que son discours sur la danse...

Il n'avait pas tort, bien au contraire... Oui, la danse avait quelque chose de magique, et dans la séduction, c'était important... Combien de mec j'ai emballé après quelques frottements et coups de bassins pendant une danse. Oui, ça pouvait être relié aux préliminaires, la dessus j'étais totalement d'accord avec mon jeune frère, et.. Je pouvais n'être que fier de voir qu'au final, nous nous ressemblions vraiment la dessus.. Sauf que contrairement à moi, Hunter continuait de le faire.

Alors quand il me regarde, je comprend rapidement le message. Oui, nous allions y aller... Mais je n'avais pas fini mon nouveau verre... Du coup, je me dépêche, et prend le reste du verre en une gorgée, avant de me lever.

" - Allez ! "

Je lui fais signe d'y aller, et comme à notre habitude, nous ne dansions pas ensemble, mais.. Pas très loin l'un de l'autre. Je me demandais si c'était réellement fini du côté de Hunter, cette histoire de jalousie et de vouloir me trouver un mec. Mais en tout cas, je ne tarde pas à voir un mec lui tourner autour. Ouais, mon frère, il est pas moche. Il a cette attraction là, digne d'un Kennedy, comme j'aime le dire. Moi aussi, on m'accoste, et... je ne refuse pas. Je danse avec, bien entendu sans pour autant laisser croire à un quelconque after.

La température monte vite. L'alcool, la danse, les gens serrés sur la piste... C'est une sensation que j'avais oublié, depuis le temps, mais que j'aime retrouver, je l'avoue. Le mec avec qui je danse est jeune, et pour ne pas lui laisser de l'espoir, je change plutôt rapidement de cible. Un petit regard à mon frère, tout semble aller bien pour lui. Oui, mon côté protecteur me force à ne pas trop le lâcher, tout en le laissant respirer. Mais voila. Une main, deux mains... Non, là, je me sens obligé de dire à l'homme face à moi que je ne suis pas intéressé.

Pour la première fois : je recale un mec.
avatarMatthew Kennedy
Administrateur
AU GROS MARTEAU.

Administrateur AU GROS MARTEAU.
j'ai : 34 ans et je suis né(e) le : 07/12/1983 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 558 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 07/10/2017 Dans la vie, je suis : Avocat. Côté cœur, je suis : En couple

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère    

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
We're going till the world stops turning while we burn it to the ground tonight|| Mon grand frère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  ::  :: Manhattan :: Pink Paradise-
Sauter vers: