Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Futur(s) New Yorkais,
C'est la pénurie de personnages féminins, cette fois-ci.
Favorisez les filles, s'il vous plaît.
Les garçons peuvent être créé, malgré tout, nous tentons juste de rééquilibrer les choses Smile

Partagez | 
 

 (appt de Gabriel) Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageAuteur
MessageSujet: Re: (appt de Gabriel) Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.   Sam 24 Mar - 16:30

Je frottais la cicatrice se trouvant au niveau de mon sourcil dans un geste presque inconscient. Un léger tic signifiant mon anxiété. Non pas que je ne puisse son besoin de comprendre pourquoi je me conduisais comme je me conduisais, mais je n'avais aucunement envie de parler, les conversations à cœur ouvert très peu pour moi et surtout pas alors que nous nous connaissions si peu. Je ne parlais même pas à mon propre frère alors le faire avec Gabriel, c'était une mission presque impossible. Je commençais aussi à me demander si cet interrogatoire valait vraiment la peine de le subir.

Alexi semblait être la seule personne dont j'étais proche qui semblait comprendre le besoin de ne pas poser de questions, mais c'était peut-être aussi parce qu'elle usait des mêmes mécanismes que moi. Je savais que la plupart des humains exigeaient des explications sur le moindre de vos gestes, de vos comportements. C'était frustrant, pourquoi personne ne pouvait accepter les gens tels qu'ils étaient. Si j'avais envie de parler de mes histoires, je suis sûr que mon père serait ravi de me payer le psy. Il en serait même soulagé, au vu du besoin compulsif qu'il avait d'aborder le sujet de manière plus ou moins discrète.

- Pourquoi devrait il y avoir une raison, Gabriel ? Je suis un connard égoïste et je ne t'ai jamais menti là-dessus. Un léger soupir s'échappait de mes lèvres, avant de reposer la bière qu'il m'avait offerte sur la table. Et je préférais nettement la compagnie de Chaussette à ce moment précis que celle du jeune homme. Nous étions diamétralement différents et ce qui semblait être une source de repos, devenait une véritable prise de tête à cet instant précis. C'était bien la raison pour laquelle m'attachait à des gens étaient une erreur gravissime.

- Écoute, y a pas de raison. Je suis comme ça, et si ca te semble vraiment si insupportable, rien ne t'oblige à rester amis avec moi. C'est ton choix après tout, personne te force. Une main dans les cheveux, je sortais mon portable dans l'espoir d'un message de la part de mon grand frère, mais rien du tout. Tout le monde semblait en avoir marre de moi ces derniers temps. Et je serais peut-être un meilleur type, je prendrais peut-être la peine de me remettre en question, mais à quoi bon changer leur opinion sur moi. J'étais ce que j'étais et si je devais finir seul, c'était probablement la meilleure des solutions.

Je me retournais vers le jeune homme qui se trouvait près de moi, et je me disais que c'était probablement la dernière fois qu'on se voyait. Je comprenais d'où il venait, je n'étais pas totalement obtus cependant je ne pouvais pas lui offrir ce qu'il voulait de moi alors à quoi bon prolonger l'agonie et le faire souffrir de par mon comportement à son égard. Rien de bon n'en sortirait et pour être honnête, j'avais bien trop de souci en tête en ce moment pour m'en rajouter plus.


avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 111 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (appt de Gabriel) Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.   Lun 26 Mar - 18:55

Je vais vous annoncer quelque chose, un scoop: j'étais humain. Un humain qui faisait beaucoup d'erreur.  Mais un humain qui avait foi en l'humanité dont il faisait parti. J'avais du mal à imaginer une personne complètement mauvaise à la Voldemort. Pour moi, tout le monde avait une part de bon en soi. C'était juste que le bien était relatif, que la vie comportait des contraintes. Du coup, j'avais du mal à croire ce que me disait Hunter. C'était faux.
« Tu n'es pas si mauvais que tu le dis. Déjà, si toi-même tu le dis, c'est qu'il y a quelque chose de bon en toi. »
J'étais niais. Complètement. Je lui portais probablement trop d'espoir. J'étais stupide. Complètement stupide. Et j'avais l'impression de perdre la partie. Il m'invitait à couper les ponts avec lui. Mais je ne voulais pas. Je détestais perdre des personnes que j'aimais, comme tout un chacun. Je restais silencieux de longues secondes. J'étais dans une impasse. Je regrettais au final d'avoir abordé ce sujet. Qu'est-ce qui m'avait pris de m'enticher d'un gars comme lui ? Comme s'il n'y avait que lui dans la grande ville qu'est New York.
Je suppose que je ne pouvais pas avoir toute ma vie de la "chance" en amour. Les sentiments étaient rarement réciproques. Oui, je baissais les bras. Je détestais ça. Je devais prendre une décision. Je sentais son regard sur moi, j'avais l'impression qu'il me pressait. Quant à moi, je regardais fixement mes genoux. Ils ne m'avaient jamais paru aussi intéressant qu'à cet instant là. Le malaise prenait racine. Je finis finalement par lever mes yeux vers Hunter.
« Mais est-ce que toi tu veux toujours être mon ami ? » demandai-je soudain. « La question n'est pas de savoir ce que seulement moi je veux. En soi, toute relation quelle que ce soit requiert au moins deux personnes. »
J'essayais de m'accorder un crédit, un temps pour réfléchir. C'était lâche alors que je savais déjà que je ne me sentais pas capable, dans l'état actuel, de faire comme si je n'avais jamais connu Hunter. J'avais peur de sa réponse mais je supposais qu'il allait éviter la question, ne pas y répondre clairement. Je le sentais venir gros comme une maison. Ça, ou une réponse qui n'allait pas me plaire. Je m'y préparais, mentalement. J'espérais que si la réponse était négative, cela m'aiderait à rompre le lien.
« Réponds-moi et après on n'en parle plus. Promis. »
Je crois que je l'agaçais profondément.
avatarGabriel Rosenbach
Porcinet Consciencieux
Porcinet Consciencieux
j'ai : 24 ans et je suis né(e) le : 14/02/1994 à : Versailles, France. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 178 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 26/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant en langues étrangères et serveur. Côté cœur, je suis : Célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (appt de Gabriel) Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.   Dim 1 Avr - 11:27

Gabriel me donnait le vertige, si en colère après moi un instant, si vulnérable l'instant d'après. Je détestais le sentiment de savoir que c'était moi qui lui faisait du mal parce que je n'étais pas fait de la bonne manière. Que j'étais né avec un vice de fabrication qui m'empêchait de rendre les gens autour de moi, heureux. Je regrettais presque de m'être immiscé dans son existence si c'était pour le rendre misérable. Peut être que la solution, c'était le laisser partir, après tout c'était bien la raison pour laquelle j'avais toujours gardé mes distances avec lui, pour éviter de souffrir, le jour où inévitablement il en aurait ras le bol.

Je jouais avec la couture de mon jean, l'écoutant m'assurer que je n'étais pas si mauvais et me demandant si je voulais toujours être son ami, sans répondre à ma question. Je laissais un soupir, et m'affalait dans le canapé, ma tête sur le rebord de celui ci, fermant les yeux, plutôt que de contempler la douleur que j'avais encore provoqué bien malgré moi. J'étais venu pour passer une bonne soirée avec lui, j'avais même pris sur moi quand il m'avait menti parce que je savais que je méritais qu'il se venge de tous mes faux bonds.

- Gabe, on est potes ... T'es mon pote et je serais pas là si c'était pas le cas. Je laissais les mots sortirent de ma bouche, même si ce n'était pas vraiment ce que j'appréciais le plus les conversations à coeur ouvert. C'était hors de ma zone de confort mais je lui devais au moins cela, je supposais. J'aurais néanmoins bien volontiers été dans le premier bar pour me bourrer la gueule plutôt que de devoir avoir à affronter ce genre de conversation. Je passais une main sur mon visage, et avec un nouveau soupir, exhalant entre mes lèvres, je finissais ma phrase.

- Je pense néanmoins que tu souffres bien trop de ma personnalité ... T'es mon pote, je veux pas te blesser, mais on connait rien de l'autre. Tu peux encore faire marche arrière, et ce sera sans rancune. Parce que si il me connaissait un tant soi peu, il ne serait pas là à me forcer à parler de notre amitié. Un rendez vous chez le dentiste serait plus agréable. Je savais aussi qu'il fondait peut être un peu trop d'espoir sur moi ou notre amitié. J'aurais voulu lui rendre, mais je n'étais pas moulé dans le même bois que lui.

Ma façon à moi de prouver mon amitié était probablement bien trop superficiel à son goût, mais c'était le seul moyen que je connaissais. Et pour être honnête, ma façon d'agir n'était pas sans raison. Je détestais déjà de savoir que nous en étions réduits à cela. J'avais plutôt tendance à fuir ce qui était dangereux pour moi, et cette part de moi qui désirait retrouver des vrais attaches. Peut être pour ça que je me disputais tant avec mon frère, ces derniers temps.


avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 111 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (appt de Gabriel) Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.   Mer 4 Avr - 22:55


J'avais l'impression de pisser sur un violon pour le faire chanter. Notre amitié ne tenait plus qu'à un fil, en voulant bien admettre qu'on eut été véritablement amis un jour. Je commençais à ne plus croire Hunter quand il me disait qu'on était "pote". Je m'embrouillais dans mes pensées. C'était le flou total. Il me proposa encore de faire "marche arrière", comme il disait. J'hésitais. J'avais besoin de réfléchir sans avoir la pression de sa présence. Mais j'avais peur que si je lui demandais de s'en aller, cela allait être la dernière fois que nos chemins allaient se croiser. Ça n'aurait pas été plus mal, au fond, même si j'allais devoir faire face à la frustration, à son absence définitive.
« Tu ne m'as jamais donné l'occasion d'apprendre à te connaître... » marmonnai-je presque sur un ton de reproche.
C'était la stricte vérité. Je le regrettais amèrement. C'était comme s'il ne voulait pas que j'"entre" véritablement dans sa vie, que je le connaisse. Je ne le comprenais pas. Je ne le connaissais pas. Je regardais mes mains distraitement, silencieusement. Je savais que je n'allais plus rien retirer de lui qui aurait pu m'aider à y voir plus clair. Cette conversation n'avait aucune issue. En tout cas moi, je n'en voyais pas. Alors n'était-il pas plus simple de le laisser partir ? De me laisser l'occasion de réfléchir, de parvenir réellement à couper les ponts pour mon plus grand bien ? Vu comment j'étais chanceux, j'allais finir par le recroiser. On connaît ma chance légendaire, n'est-ce pas ?
« Tu peux partir s'il te plait ? J'ai besoin de réfléchir. » lui demandai-je gentiment, poliment en levant mon regard vers lui.
Je doutais qu'il n'allait pas s'attarder ici trop longtemps. Il était trop exposé. La tension était trop forte. Je lui donnais l'occasion de pouvoir se défiler. Il allait la saisir. J'attendais de lui qu'il la saisisse. Sinon, ça aurait voulu dire que je n'avais rien compris.
avatarGabriel Rosenbach
Porcinet Consciencieux
Porcinet Consciencieux
j'ai : 24 ans et je suis né(e) le : 14/02/1994 à : Versailles, France. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 178 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 26/10/2017 Dans la vie, je suis : Etudiant en langues étrangères et serveur. Côté cœur, je suis : Célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (appt de Gabriel) Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.   Dim 15 Avr - 18:29

Il avait raison, je ne lui avais jamais donné l'occasion de me connaître vraiment, mais c'était prendre trop de risque, non ? Sauf que visiblement, j'avais encore chassé une personne de ma vie. Et que peut être que c'était le temps qui passé, peut être que c'était autre chose. Mais ca faisait de plus en plus mal, cette carapace, cette solitude. C'était comme ci le souvenir de Jayden n'était plus suffisant et je détestais cette impression. J'avais l'impression de trahir sa mémoire en l'oubliant.

Je secouais la tête, avant de finir par acquèscer quand il me demandait de partir. Ca avait une saveur d'adieu cette scène mais c'était la meilleure solution pour lui. Il irait vite de l'avant. Il était sociable, jovial et avait son lot d'amis. Il n'avait pas chassé toutes les personnes ayant une signification hors de sa vie comme j'l'avais fait.

- J'suis désolé, Gabe ... Parce que je n'avais jamais voulu le faire souffrir, je n'avais jamais voulu que les choses se compliquent.

Je voulais juste savourer la vie au jour le jour sans me soucier du reste, mais la vie d'adulte n'était pas comme ca et je commençais à le comprendre. Toutes nos actions avaient des conséquences et je ne pouvais m'empêcher de penser à ma dernière bêtise en date. Je ne savais vraiment pas ce que j'allais devenir. Je déposais son chat sur le côté et me levait pour prendre congé de l'appartement. Arrivé à la porte, je me retournais vers lui, une dernière fois vers celui qui était mon ami.

- Je te souhaite le meilleur pour la suite, tu le mérites vraiment, Gabe. Tu es un mec bien. Je concluais avec un clin d'oeil parce que je ne pouvais pas le laisser voir combien tout cela m'affectait. Il avait le droit de vouloir prendre ses distances et je n'avais aucune intention de le faire culpabiliser.

Cependant en fermant la porte, mon coeur se nouait, je n'avais aucun endroit où allait pour passer une soirée tranquille. Je décidais d'aller me promener seul dans les rues

TERMINE


avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 111 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (appt de Gabriel) Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
(appt de Gabriel) Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Hannah:Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre. (terminer)
» Bart - Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.
» (M)Ian Somerhalder + Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.
» DEREK (+) Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre.
» Mohéni- Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  ::  :: Queens :: Les logements-
Sauter vers: