Pour que RPons à l'ancienne grimpe les échelons,
VOTONS Smile
Futur(s) New Yorkais,
C'est la pénurie de personnages féminins, cette fois-ci.
Favorisez les filles, s'il vous plaît.
Les garçons peuvent être créé, malgré tout, nous tentons juste de rééquilibrer les choses Smile

Partagez | 
 

 À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin. (Alexi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin. (Alexi)    Mar 13 Fév - 16:48

Un message d'Alexi m'indiquant qu'elle avait besoin de sortir et de se changer les idées, et je lui proposais de me rejoindre au Coyote. J'avais moi même bien besoin de me changer les idées, mon cerveau était trop entravé par des merdes majeures en ce moment. Des sujets auxquels je refusais même de penser alors que je me roulais un joint. Un petit encas pour me mettre d'humeur pour la soirée. Je l'allumais alors que j'examinais les fringues que j'allais mettre pour la soirée. J'étais bien content de me barrer l'appartement avant que Matthew rentre à son tour. J'étais déjà peu présent ces derniers temps, mais depuis l'incident avec l'autre con, j'étais devenu invisible. Je ne supportais pas ce branquignol pour lequel mon frère avait décidé de se poser.

Après un petit joint, une douche et des nouveaux vêtements, je me barrais sans même prendre la peine de laisser un mot. J'enfourchais ma moto, et prenait la direction du bar, laissant le vent tardive me fouetter la peau. Une sensation jouissif alors que je poussais les vitesses au maximum, les montées d'adrénaline, j'adorais réellement. Y avait rien de tel pour se sentir vivant comme jamais. Une sensation que je cherchais encore et encore depuis l'adolescence.

Je finissais par arriver rapidement sur les lieux, me garant et rentrant dans les lieux, constatant que la jeune femme n'était pas encore là, j'allais jusqu'au bar pour commander un whisky bien tassé, histoire de commencer la soirée comme il fallait. Nous n'avions pas vraiment dit d'heure, parce que j'étais le pire au monde pour tenir un emploi du temps un tant soi peu. Pour une fois que j'arrivais le premier, c'était même un exploit en soit. Elle pouvait remercier Matthew et son roquet de me donner envie de me barrer le plus vite possible. Je laissais mon regard glissait, à la recherche d'un plan pour trouver une crèche pour la nuit, je vous fais pas de dessin.

Alexi finissait par arriver quelques minutes plus tard, et je l'accueillais avec un sourire, alors que je m'accoudais contre le bois du bar.

- Hello, ma belle, tu m'en veux pas, j'ai commencé la soirée sans toi ...

Je levais mon verre dans sa direction pour lui faire comprendre que je faisais référence à l'alcool, même si mes yeux légèrement rougis trahissait probablement le joint que j'avais fumé avant de venir.

- Pour me faire pardonner, on dira que l'addition de la soirée sera pour moi, okay ?

Ce qui était bien avec Alexi, c'est que j'avais de la compagnie sans avoir à rentrer dans les détails des merdes qui me bouffaient le cerveau. Elle respectait mes limites, je respectais les siennes, un accord tacite entre nous passait après une soirée trop arrosé.
avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 112 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin. (Alexi)    Sam 17 Fév - 4:17



« À nos vies de merde, dans ce
monde de merde, qui tire à sa fin »
Alexi Newman — Hunter Kennedy

Les cauchemars ont repris. Le retour d’Andrew dans ma vie avait bousculé quelque chose de trop grand dans ma vie. Remuer le passé de la sorte, alors que j’essaie de l’enfouir, m’en sortir, tourner la page… Je ne sais pas comment gérer cette situation. Je suis heureuse de l’avoir revu. Il ne faut pas se méprendre. Le savoir non loin, en train de rôder dans New York, ça me fait plaisir. Lui et moi partageons un drame bien trop grand, trop important, pour qu’on puisse en vouloir à l’autre d’avoir remué cette vieille plaie. Mon problème, c’est que je ne savais pas du tout comment gérer la situation.

En temps normal, je suis une personne qui a la tête sur les épaules, qui sait ce qu’elle fait ou ce que je dois faire. Je marche en ligne droite, la tête haute. J’essaie de ne pas m’emmêler les pieds. Mais depuis cette rencontre, j’ai l’impression que quelque chose m’échappe. Je fais des rêves dans lesquels ma meilleure amie est toujours vivante, et je me sens si seule quand je me réveille la nuit. Ce matin, j’ai envoyé un sms à Hunter. Ce soir, nous irons boire.

Quand je finis de me préparer à la maison, je sors pour me rendre au Coyote. Le froid me croque la peau tandis que je soupire. Je sens déjà la peur me prendre. J’aurais dû appeler un taxi au lieu de marcher. Oui, j’ai peur du soir. J’ai peur de marcher seule. C’est pourquoi je passe par Times Square. L’endroit étant plein et bien éclairé, ça me rassure un peu. Là, je me sens en sécurité. Jusqu’à ce que je quitte la cinquième pour me rendre au Coyote. Là, évidemment, je me fais aborder par des ivrognes qui sortent d’un autre bar de danseuse. J’accélère donc le pas. Je ne me fais pas suivre, mais j’ai tout de même la trouille.

J’arrive au Coyote avec les sourcils froncés et les épaules tendues. Mon regard s'adoucit quand je trouve mon ami au bar. Je vais donc le rejoindre et je commande rapidement un truc bien fort. « T’en fais pas, je te rattraperai bien assez vite. » Je soupire et détend mes épaules. « Merci de m’accompagner ce soir. » La barmaid m’apporte ma boisson et je la tend vers Hunter. « Santé. » Je porte ensuite la boisson à mes lèvres et le la cale au complet. Je dépose ensuite mon verre et soupire en posant mes deux mains sur mes épaules. « Comment tu vas ? »
avatarAlexi Newman
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 21/10/1990 à : Austin, Texas, USA. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 38 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 30/01/2018 Dans la vie, je suis : serveuse et mannequin. Côté cœur, je suis : célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin. (Alexi)    Lun 19 Fév - 17:08

Un clin d'oeil dans sa direction alors qu'elle m'assure qu'elle ne tarderait pas à me rattraper. Je devais bien l'admettre, je savais que ce soir, je pourrais me concentrer sur autre chose que mes problèmes et c'était pas plus mal. J'avais pas envie de m'épancher et ce n'était pas comme ci mon frère se souciait de quoi que ce soit. C'était terrible comme les gens changeaient quand ils rencontraient quelqu'un. Mais non, je n'allais pas assombrir mes pensées et je trinquais avec la jeune femme.

- C'est toujours un plaisir. A la tienne.

Et si j'ai une bonne descente, celle d'Alexi est encore plus impressionnante, elle ne doit pas aller vraiment fort mais je ne suis pas là pour la forcer dans ses retranchements et je me contentes d'un vague geste d'épaule dans sa direction. Parce que comme toujours, ca va. Enfin, je fais en sorte que ca aille. Je ne me laisse pas atteindre, ou plutôt j'anésthésie ce qui m'atteinds. Je le dissimule sous mes petits plaisirs coupables. Une fois bien défoncé pas vraiment besoin de prétendre ou faire semblant, les choses vont toujours bien mieux.

- Ca va, et toi ?

Même si je connais un peu la réponse, il est de coutume de rendre la politesse. Si elle veut parler, je l'écouterais même si je suis probablement la pire personne au monde au qui prendre conseil mais en tous les cas, je ferais en sorte de me montrer attentif, le temps que l'alcool ne me monte pas trop à la tête. Si elle a envie de se taire, je me contenterais de boire en sa compagnie pendant que le personnel s'agite sur le bar comme la tradition l'exige. Alexi me pige, ou comprends un peu ma façon de faire. C'est un soulagement de pas avoir à justifier le moindre de mes faits et gestes, de ne pas avoir à être ce que tout le monde attends. Je sais qu'une soirée en sa compagnie, va me permettre de souffler et de prendre un peu de distance avec mes doutes.

- Juste envie de boire, ou tu veux qu'on sorte s'amuser un peu plus tard ?
avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 112 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin. (Alexi)    Mar 6 Mar - 3:08



« À nos vies de merde, dans ce
monde de merde, qui tire à sa fin »
Alexi Newman — Hunter Kennedy

La barmaid semble partagée entre le dégoût et l’étonnement après que j’aie calé mon verre. Honnêtement, elle peut bien me juger comme elle veut. À la fin de cette soirée, je l’aurai oublié donc je n’en ai rien à faire. De toute façon maintenant que ma collègue au travail me prend secrètement pour une criminelle, autant m’y faire. En même temps, moi aussi je le croirais si j’étais elle. Tout le monde n’a pas le réflexe de se sauver quand ils voient un agent du FBI débarquer. Moi, ce n’était pas l’agent que je voulais fuir, mais la personne et tout le drame que nous partagions qui vient avec. Mais ça, ma collègue ne le sait pas. Elle ignore totalement que l’agent du FBI était le frère de ma défunte meilleure amie. Elle ignore simplement que ma meilleure amie est morte.

Je demande alors à mon ami si ça va puis me commande un second verre avant que la barmaid ne reparte. il me fait signe avec son épaule, l’air de dire qu’il va comme d’habitude avant de me renvoyer la question. D’un faux sourire, je répond nonchalamment « Ça va parfaitement bien. » Si quelqu’un d’autre m’avait posé la question, je n’aurais sans doute rien répondu. Néanmoins, avec Hunter c’est différement. Je sais pertinemment qu’il a posé la question sans attendre de réponse précise. C’était plus un réflexe qu’autre chose en fait.

C’est ce qui est bien avec lui. On a beau vivre le plus gros drame de notre vie, on ne se force pas de tout raconter en interrogeant l’autre et en insistant juste pour satisfaire notre curiosité. Je n’ai pas besoin de lui donner d’explication et il n’a pas à m’en donner. Certes, il peut très bien se douter de la seule chose qui puisse me mettre dans un tel état. Du moins, quand j’aurai bu plus qu’à mon habitude, il sera facile de s’en douter, mais je n’ai rien à dire, je n’ai pas à me justifier. On est juste bien en la présence de l’autre sans avoir à parler des mauvaises choses de la vie. Lui et moi, on sait que la vie est cruelle, surtout quand elle nous arrache quelqu’un qui nous est cher. Et quand la vie nous frappe au visage, on a qu’à s’appeler et se donner rendez-vous ici… ou dans n’importe quel bar ou boîte de nuit de la ville.

Bref, Hunter me demande si je veux faire autre chose que boire toute la soirée. Mon regard change alors. Je me laisse prendre par l’excitation, comme si je venais de recevoir un cadeau. « Oh ! » La barmaid pose mon verre sur le comptoir et je le prend. « Je dis oui pour m’amuser ! Tu as une idée en tête ? » Sur ces mots, je met ma paille dans ma bouche pour déguster ma nouvelle commande : un drink fruité. Oui, celui-là, je compte le boire un peu moins vite.
avatarAlexi Newman
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 28 ans et je suis né(e) le : 21/10/1990 à : Austin, Texas, USA. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 38 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 30/01/2018 Dans la vie, je suis : serveuse et mannequin. Côté cœur, je suis : célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin. (Alexi)    Sam 10 Mar - 17:02

La réponse d'Alexi sonne aussi fausse que la mienne, mais je ne pousse pas. Non, ce ne sont pas les règles du jeu entre nous. Elle et moi, on est là justement pour penser à autre chose qu'aux merdes qui parcourent notre vie. Que ce soit boire, jusqu'à plus soif, ou peut être même faire encore un truc marrant. C'est la raison pour laquelle, je lui demande quelles sont ses intentions pour la soirée. Je n'ai rien contre une soirée de picole pour être totalement honnête. Cependant, je dois admettre qu'une part de moi a du mal à rester en place à ce moment précis. Comme ci, un million de fourmis grouillait sous mon épiderme dans une course effrénée. Je ne sais pas si c'est la nervosité qui me suit en ce moment, l'herbe que j'ai fumé avant de venir ou encore tout autre chose. Mais comme d'habitude, je ne cherche pas de réponse précisément.

Quand elle répond par la positive à mon invitation, je ne peux empêcher le sourire en coin de se dresser sur mon visage. C'est ce qui est bien avec Alexi, elle sait se mettre au diapason, et qui plus est, elle me fait confiance pour s'amuser. Et si je pourrais lui proposer un tour en boîte, j'ai envie de faire un truc un peu plus dingue que d'aller me bouger sur une piste de danse. Parce que ce n'est pas vraiment hors de mes habitudes habituelles, et j'ai envie, non, j'ai besoin de plus, de faire quelque chose de totalement hors de mes habitudes. J'ai envie d'embrasser ma philosophie de vie à pleines mains.

- J'aurais bien suggéré qu'on aille se faire faire un petit tatouage, mais je n'ai pas qu'une décision d'ivrogne défigure ceux que j'arbore déjà.

Parce que des tatouages, j'en ai déjà plusieurs, chacun avec une signification connu seulement de moi-même. Des marques indélébiles sur mon épiderme pour me remémorer précisément certains évènements et les décisions que j'ai prises et qui en ont découlé. Oui, me faire tatouer n'est même pas en soit une idée stupide, mais mes tatouages ne sont pas que des décisions impulsives. Il y a quelque chose de réfléchi et je ne peux me résoudre à un dessin imbécile sans sens.

- Je propose un arrêt dans un déli douteux pour un sandwich et d'aller se taper l'incruste dans une soirée de bourge sur Park Avenue ?

Parce qu'en soit la soirée en elle-même n'aurait rien de bien particulièrement drôle, mais le défi que cela consistait de s’incruster dans ses hôtels particuliers de New York était déjà plus intéressants. Et puis, il y aurait peut-être deux ou trois objets de valeur traînants sans surveillance. Ca pourrait être drôle, prétendre être des gens importants et puis ne pas être moi pour une soirée pourrait peut-être chasser les nuages du moment.
avatarHunter Kennedy
New Yorkais
fraîchement débarqué !
j'ai : 25 ans et je suis né(e) le : 05/04/1993 à : Perth, Australie. Je suis accroc à mon portable et j'ai envoyé : 112 points de réputation. J'ai emménagé à NYC le : 04/02/2018 Dans la vie, je suis : dealer & braqueur amateur. Côté cœur, je suis : célibataire.

Journal de bord
Il était une fois ...:
Répertoire des liens:
Répertoire des RPs:
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin. (Alexi)    

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin. (Alexi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A nos vies de merde, dans ce monde de merde qui touche à sa fin ~
» À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin.
» La place d'Haïti dans le monde
» Les multinationales dans le monde
» Elliot Carver ◄► Y’a déjà assez de conneries dans le monde pour que j’en rajoute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPons à l'ancienne  ::  :: Manhattan :: Eden's Coyote Ugly Show-
Sauter vers: